ICI Radio-Canada Première

Y a pas deux matins pareils

Y a pas deux matins pareils rss

En semaine de 6 h à 9 h

Marjorie April

Y a pas deux matins pareils

Archives

dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
 
 
 
1
2
3
45678
9
10
1112131415
16
17
1819202122
23
24
25
26
272829
30

Les meilleurs moments : Émission du mardi 26 avril 2016


Société

Tramways Bombardier  :  la Commission des transports de Toronto s'impatiente

L'un des nouveaux tramways de Toronto
L'un des nouveaux tramways de Toronto     Photo : Radio-Canada/Marjorie April

«Bombardier m'a fait beaucoup de promesses, mais ne m'a pas donné beaucoup de tramways!» Cette affirmation d'Andy Byford, président directeur-général de la Commission des transports de Toronto (CTT) résume bien le sentiment de frustration par rapport aux retards de livraison des nouveaux tramways pour le transport en commun de la Ville Reine. 
 
La CTT ne recevra que 16 tramways d'ici la fin de l'année. Dix-sept des nouveaux véhicules circulent actuellement sur les rails des grandes artères de Toronto. 
 
En entrevue à Y a pas deux matins pareils, Andy Byford s'est cependant s'est senti rassuré par le président de Bombardier Transport, Amérique, Benoît Brossoit. «Pour la première fois maintenant je travaille avec quelqu'un qui est réaliste et qui peut trouver des solutions pour nous donner de nouveaux véhicules», affirme-t-il.  
 
Bombardier a fait appel aux travailleurs de son usine de La Pocatière, au Québec, pour accélérer l'assemblage des tramways en cours à Thunder Bay. 
 
La compagnie s'assure que l'ensemble des 204 tramways commandés par Toronto devraient être livrés fin de 2019 comme prévu.

International

Tchernobyl 30 ans plus tard  :  les constats d'un Canadien

La centrale nucléaire de Tchernobyl, en URSS (aujourd'hui en Ukraine).
La centrale nucléaire de Tchernobyl, en URSS (aujourd'hui en Ukraine).     Photo : ICI Radio-Canada/Pierre Mainville

Une quantité énorme de machines abandonnées, des camions, des grues et des hélicoptère, voilà ce qu'avait observé le professeur émérite de l'Université du Manitoba, Ostap Hawaleshka alors qu'il a visité les alentours de Tchenobyl avec une délégation canadienne en 1989, trois ans après la catastrophe. Trente ans, jour pour jour après la catastrophe nucléaire la plus importante du vingtième siècle, il partage ses souvenirs.  
 
En entrevue à Y a pas deux matins pareils, celui qui a été directeur-fondateur du centre technologique de l'Ukraine de 1994 à 1998 rappelle que la radiation totale qui a été émise par la catastrophe nucléaire de Tchernobyl a été plus grande que deux bombes atomiques de la deuxième Guerre mondiale. 
 
Au fil des ans, un nombre considérable d'animaux ont peuplé cette zone qui avait jadis été abandonnée par l'homme. M. Hawaleshka raconte que certains anciens habitants ont décidé de retourner dans la région. Il explique que ces personnes seraient en sécurité. Il y a des secteurs qui sont radioactifs et d'autres qui ne le sont pas.

Société

Bertrand Piccard partage le secret du succès du Solar Impulse 2

Le Solar Impulse 2 survolant la baie de San Francisco
Le Solar Impulse 2 survolant la baie de San Francisco     Photo : Reuters

«Déterminé». Voilà comment il serait possible de décrire l'aéronaute et pilote de Solar Impulse, Bertrand Piccard. Joint à San Francisco après avoir traversé l'océan Pacifique façon complètement indépendante grâce à l'énergie solaire, il partage les secrets de cet exploit. 
 
Psychiatre de formation, M. Piccard est croit que relever de grands défis est à la portée de tous. Selon lui, tout est dans la pensée. «Ce n'est qu'en dehors de notre zone de confort qu'on peut trouver nos ressources intérieures pour le faire», affirme-t-il. 
 
C'est justement ce qu'il a fait à bord du Solar Impulse en traversant le Pacifique. Son collègue André Borschberg a piloté l'appareil pendant cinq jours et cinq nuits entre le Japon et Hawaï. M M. Piccard, a pris les commandes entre Hawaï et la Californie pendant trois jours et deux nuits.  
 
L'atterrissage était en quelque sorte un soulagement d'avoir réussi cette imposante traversée. Toutefois, c'est le fait d'être en plein vol qui a fasciné Bertrand Piccard. 
 
«Le plus beau c'est quand le Soleil revient le matin, redonne de l'énergie à l'avion pour faire encore un jour, encore une nuit», explique-t-il.

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
 
 
 
1
2
3
45678
9
10
1112131415
16
17
1819202122
23
24
25
26
272829
30

Réseaux Sociaux Y a pas deux matins pareils Y a pas deux matins pareils