ICI Radio-Canada Première

Y a pas deux matins pareils

Y a pas deux matins pareils rss

En semaine de 6 h à 9 h

Marjorie April

Y a pas deux matins pareils

Archives

dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
 
 
 
1
2
3
45678
9
10
1112131415
16
17
1819202122
23
24
25
26272829
30

Les meilleurs moments : Émission du lundi 25 avril 2016


Santé

Hausse importante des cas d'anaphylaxie chez les enfants

Une petite fille étend du beurre d'arachide sur un pain.
.Une petite fille étend du beurre d'arachide sur un pain.     Photo : iStock

La façon dont on introduit des aliments aux enfants et le fait d'être moins exposé aux infections aurait une incidence sur les cas d'anaphylaxie chez les enfants, c'est ce que soutient le chercheur et spécialiste en allergie et immunologie pédiatrique à l'Hôpital de Montréal pour enfants, Dr Moshe Ben-Shoshan. 
 
Une nouvelle étude dirigée par une équipe de l'Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill révèle que l'anaphylaxie semble de plus en plus fréquente chez les enfants. On parle ici d'une réaction allergique sévère qui peut se produire soudainement et même être mortelle. En 4 ans, le nombre de cas de réaction allergique grave a doublé dans les urgences.  
 
Selon Dr Ben-Shoshan, les enfants sont en quelque sorte trop protégés. Souvent ils consomment des produits dont des arachides ou les fruits de mer trop tard. Bien qu'il n'y a pas de guide clair, il est possible d'introduire graduellement divers aliments dans le régime de l'enfant à partir de quatre ou six mois. Il soutient qu'il est important de surveiller les réactions des enfants après qu'ils aient mangé. 
 
Cette même étude de l'Université McGill, indique l'épinephrine n'est pas utilisée suffisamment. Dr Ben-Shoshan recommande d'administrer ce médicament si la personne a des symptôtmes sévères dont des problèmes respiratoires ou des vomissements.

Société

Légalisation de la marijuana  :  l'importance d'avoir le pouls des jeunes

Ali Liénaux, directeur général adjoint du Centre francophone de Toronto.
Ali Liénaux, directeur général adjoint du Centre francophone de Toronto.

L'inclusion des jeunes dans le processus de légalisation de la marijuana est une bonne chose. C'est ce qu'affirme le directeur général adjoint du Centre francophone de Toronto, Ali Liénaux. Selon lui, cette approche permet de mieux tenir compte de leurs besoins et bien-être en étant au fait de leurs perceptions et préoccupations. 
 
Travailleur social de formation, Ali Liénaux ne croit que la légalisation de la marijuana engendrera une hausse considérable de la consommation de la substance. Il cite en exemple le cas des Pays-Bas où la légalisation n'a pas causé de problèmes. Il croit plutôt que se sont les dynamiques familiales difficiles qui pourraient avoir une incidence sur la consommation de marijuana. 
 
Si un parent veut parler de drogue avec les jeunes, il rappelle l'importance d'établir un lien de confiance. M. Liénaux croit que c'est vraiment de cette façon que les parents auront l'heure juste.  
 
M. Liénaux déplore le mythe que la marijuana est une drogue légère. La consommation de cette substance peut devenir prendre un virage dangereux pour une personne qui a un problème de dépendance. «Le risque d'ingérer une substance qui peut modifier la façon dont le cerveau fonctionne, c'est un acte vraiment lourd de conséquence», affirme-t-il. 
 
 

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
 
 
 
1
2
3
45678
9
10
1112131415
16
17
1819202122
23
24
25
26272829
30

Réseaux Sociaux Y a pas deux matins pareils Y a pas deux matins pareils