Note*

x

Le moteur de recherche donne accès aux contenus diffusés depuis mai 2009.

Pour des contenus antérieurs, veuillez consulter la section Saisons précédentes.

Pour nous joindre

Adresse postale

Tout le monde en parlait
1400 boul. René-Lévesque est
Montréal, Québec
H2L 2M2

Hyperlien de la nouvelle saison:
http://ici.radio-canada.ca/tele/tout-le-monde-en-parlait/2015/

Logo Radio-Canada
Commanditaire

L'école de la résistance de Penetanguishene

Reportage du mardi 21 juin 2011


L'école de la résistance de Penetanguishene

Les francophones représentent une importante minorité à Penetanguishene, une petite ville située sur la baie Georgienne. Mais, selon la loi sur le financement public des écoles françaises en Ontario, leur nombre n'est pas suffisant pour justifier une école secondaire française.

Conscient des ravages de l'assimilation et excédé par la nature purement symbolique du français à l'école secondaire bilingue de la ville, un groupe fonde alors l'école secondaire de la Huronie, dans l'espoir de faire bouger les choses. La lutte prend un caractère national, alors que l'imminence du référendum québécois de 1980 met les questions linguistiques au sommet des préoccupations politiques. Ce contexte contribuera à la décision du gouvernement ontarien de financer une école secondaire francophone.

Mais l'obtention d'une école n'est pas tout. Encore faut-il qu'elle offre des services équivalents. Ce sera l'affaire des tribunaux, dans une cause testant la nouvelle Charte des droits et libertés. La construction d'une aile supplémentaire dans l'école française Le Caron scellera la victoire des francophones de Penetanguishene.

Plusieurs acteurs importants évoquent cette bataille qui a divisé la communauté et même les francophones. Denise Jaiko, élève de l'École secondaire Penetanguishene Secondary School, avait écrit une lettre dénonçant le bilinguisme de façade, prélude à la création d'une école française indépendante. Basile Dorion a été l'un des principaux organisateurs de l'école secondaire de la Huronie. Victor Dupuis fut l'un des premiers à s'y inscrire et est devenu président du Conseil étudiant de l'école. Parent d'élèves, Jacques Marchand a mené la bataille juridique pour que l'école française puisse offrir des services équivalents à l'école anglaise. Thérèse Maurice Schell, qui s'est objectée à la création d'une école française à l'époque, considère toujours qu'elle est un facteur de division. Enfin, Bill Davis, qui était premier ministre de l'Ontario, rappelle le contexte dans lequel ont été prises les décisions dans ce dossier.

Présentement à l'antenne de la télé

20 h 00

DEUXIÈME CHANCE

Ailleurs sur Radio-canada.ca