ICI Radio-Canada Première

Samedi et rien d'autre

Samedi et rien d'autre rss

Le samedi de 7 h à 11 h

Joël Le Bigot

Samedi et rien d
Logo Radio-Canada

Livres

La colorisation de Tintin au pays des Soviets

Le samedi 14 janvier 2017

Tintin dans une voiture sur la couverture de Tintin chez les Soviets
Le nouvel album colorisé de Tintin.     Photo : Site officiel Tintin

De toutes les bandes dessinées d'Hergé, l'album Tintin au pays des Soviets était le seul de la collection à n'avoir jamais été colorisé. Puisque c'était un travail colossal pour chaque histoire en raison du changement de format, il n'a jamais eu le temps de le faire. L'album est paru cette semaine et constitue un grand événement dans le monde de la bande dessinée. Le spécialiste d'Hergé Philippe Goddin et le bédéiste Jean-Paul Eid nous font part de leurs observations. 
 
Un album maladroit 
Auteur d'une vingtaine d'ouvrages sur Hergé, Philippe Goddin parle des débuts du dessinateur : « Quand j'ai entendu parler, pour la première fois, de mettre Tintin au pays des Soviets en couleur, je me suis dit : "Bof, qu'est-ce que ça peut ajouter ?" Je fais partie des gens qui savent que, dans ce livre, il y a toute une série d'éléments en germe qui vont s'épanouir au fil du temps pour donner tout le génie d'Hergé et toutes les qualités qu'on lui connaît aujourd'hui. Pour moi, il aurait pu rester en noir et blanc, ça ne me gênait pas du tout. Ce n'est pas le cas pour tous. Il ne faut pas oublier que les albums en noir et blanc, on entre difficilement dedans. » 
 
Album déconsidéré par plusieurs, on dit de lui que c'est un laboratoire. « Les gens n'ont pas envie de le lire pour deux raisons : c'est en noir et blanc, et c'est maladroit. Si ça peut inciter les gens à aller voir cet album qui n'est pas inintéressant, au contraire, alors je pense que ça méritait d'être fait. » 
 
Des couleurs qui rappellent la gouache 
Pour le bédéiste québécois Jean-Paul Eid, il s'agit d'une réussite. « C'est une très belle facture, un très bel album, et les couleurs aident énormément à la lisibilité. J'ai l'impression qu'on s'est approché non pas du vocabulaire chromatique des autres albums, mais plutôt de ce que Hergé faisait à l'époque quand il était illustrateur et faisait des affiches. Ça se rapproche plus des couleurs qu'on faisait à la gouache. » 


Créer un compte

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes

Chroniques récentes

4 mars 2017

Le magazine papier, cette chose si tenace

24 décembre 2016

Luc Ferry et les paradoxes du bonheur

10 décembre 2016

Pierre Assouline : un dictionnaire sélectif de la vie littéraire

26 novembre 2016

Un dictionnaire pour les amoureux de Tintin

19 novembre 2016

Des livres pour découvrir la science et le cinéma