ICI Radio-Canada Première

PM

PM

En semaine de 14 h à 15 h (sur tout le réseau) 
De 15 h à 16 h (plusieurs régions) 
(en rediffusion à minuit)

Karyne Lefebvre

PM
Logo Radio-Canada

Arts et culture

Beau Dommage : la genèse d'un classique

Le jeudi 24 avril 2014

Le premier disque homonyme de Beau Dommage est certainement l'un des albums québécois les plus importants de l'histoire. Dans sa chronique « La petite histoire des grands disques », Olivier Robillard Laveaux raconte la genèse de ce classique qui aura bientôt 40 ans puisqu'il est paru en décembre 1974.  
 
Beau Dommage est né de la troupe théâtrale La Quenouille Bleue. En 1972, trois membres de Beau Dommage, Robert Léger, Pierre Huet et Michel Rivard, étaient membre de la troupe, qui mêlait théâtre, musique et humour. Pépinière à talent, le collectif se spécialisait dans l'humour absurde. 
 
Selon le chroniqueur, ils étaient des enfants de Félix Leclerc, mais aussi des Beatles. Ils connaissent bien la chanson québécoise, mais n'en avaient pas une conception rigide de puristes. Le plus étonnant de l'histoire, souligne-t-il, c'est que le trio ne pensait même pas former un groupe. Ils avaient plutôt décidé d'offrir des chansons au chanteur Donald Lautrec.  
 
Donald Lautrec a refusé leurs chansons et les a forcés à fonder leur propre groupe. Michel Rivard a donc appelé son ami Pierre Bertrand, et Beau Dommage a pris forme tranquillement. Huet est devenu le parolier, Léger, le pianiste, et Rivard chantait et jouait de la guitare, tout comme Bertrand, qui jouait aussi de la basse. 
 
Les quatre musiciens travaillaient et composaient dans le sous-sol des parents de Michel Rivard, à Boucherville, et dans l'appartement de Robert Léger, au 6760, rue Saint-Vallier à Montréal, une adresse qui laissera justement sa marque sur la pièce Tous les palmiers. L'appartement a contribué à l'identité très montréalaise du groupe, qui contraste avec l'esprit du retour à la terre alors présent dans la chanson québécoise avec Harmonium, Les Séguin ou Jim et Bertrand.  
 
Pierre Bertrand et Michel Rivard ont réalisé qu'ils avaient besoin d'une voix de fille pour étoffer leurs harmonies vocales. Ils se sont donc tournés vers une amie commune, Marie-Michelle Desrosiers, qui étudiait à l'École nationale de théâtre. Pour ce qui est du batteur Réal Desrosiers, il est entré dans le groupe en répondant à une annonce de « batteur recherché » que Beau Dommage avait affiché sur le babillard de l'Université du Québec. 
 
La compagnie de disque Capitol a approché le groupe pour signer contrat avec lui. Le groupe s'est rendu au Studio Tempo pour enregistrer le disque le 21 août. Beau Dommage a mis au total 10 jours pour enregistrer le disque, et 4 jours pour le mixer. Le 27 septembre 1974, tout était prêt. Le lancement officiel s'est fait le 9 décembre 1974, à l'Évêché de l'Hôtel Nelson. Le disque est vite devenu le cadeau idéal de ce Noël 1974. Sur les 11 chansons du disque, 8 sont devenues des succès radio.


Créer un compte

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes

Chroniques récentes

12 août 2015

Dis-moi c'est quoi ta toune qui fait lever un plancher de danse

5 août 2015

Dis-moi c'est quoi ta toune de films d'horreur

8 juillet 2015

Dis-moi c'est quoi ta toune de bouffe

1 juillet 2015

Dis-moi c'est quoi ta toune de big band

24 juin 2015

Dis-moi c'est quoi ta toune de RBO

16 juin 2015

Dis-moi c'est quoi ta toune de Robert Charlebois