ICI Radio-Canada Première

PM

PM

En semaine de 14 h à 15 h (sur tout le réseau) 
De 15 h à 16 h (plusieurs régions) 
(rediffusion à minuit)

Patrick Masbourian

PM
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
1234
5
6
7891011
12
13
1415161718
19
20
21222324
25
26
27
28
29
30
 
 
 

Les meilleurs moments : Émission du jeudi 24 avril 2014

Arts et culture

Brigitte Boisjoli : aussi énergique, mais plus soul

Brigitte Boisjoli
Brigitte Boisjoli     Photo : Radio-Canada/Michel Harvey

Depuis son apparition à l'émission Star académie en 2009, la pétillante Brigitte Boisjoli en éblouit plus d'un par sa spontanéité et son style énergique. Plus de trois ans après la sortie de son premier album, Fruits défendus, qui lui a permis de remporter le Félix de la révélation de l'année, elle fait un retour attendu. À l'occasion du lancement de son deuxième album, Sans regret, Karyne Lefebvre la reçoit. 
 
Cet album en est un de groupe, enregistré en studio tout le monde ensemble comme à une certaine époque. La liste de ses collaborateurs est enviable : à la coréalisation, Antoine Gratton et Jonathan Dauphinais; au texte, Dumais, Yann Perreau, Alex Nevsky, Mathieu Litté, Ingrid St-Pierre, Amélie et Betty Bonifassi. 
 
Brigitte Boisjoli affirme que chacun de ces artistes touche à un aspect de ce qu'elle recherche. Elle aime Yann Perreau pour sa sensualité et comme bête de scène. Le côté touchant et la féminité d'Ingrid St-Pierre la rejoignent. Dumas exprime un volet plus cérébral.  
 
L'animatrice souligne la sonorité jive et rockabilly de l'album : « Je voulais que ça soit un album énergique et personnel, et la commande a été bien comprise par tout le monde pour arriver une ambiance motown et soul. » 
 
 

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Le site officiel de Brigitte Boisjoli

Arts et culture

Beau Dommage : la genèse d'un classique

Détail de la pochette de la réédition du premier album de Beau Dommage
Détail de la pochette de la réédition du premier album de Beau Dommage     Photo : Pierre Gimond

Le premier disque homonyme de Beau Dommage est certainement l'un des albums québécois les plus importants de l'histoire. Dans sa chronique « La petite histoire des grands disques », Olivier Robillard Laveaux raconte la genèse de ce classique qui aura bientôt 40 ans puisqu'il est paru en décembre 1974.  
 
Beau Dommage est né de la troupe théâtrale La Quenouille Bleue. En 1972, trois membres de Beau Dommage, Robert Léger, Pierre Huet et Michel Rivard, étaient membre de la troupe, qui mêlait théâtre, musique et humour. Pépinière à talent, le collectif se spécialisait dans l'humour absurde. 
 
Selon le chroniqueur, ils étaient des enfants de Félix Leclerc, mais aussi des Beatles. Ils connaissent bien la chanson québécoise, mais n'en avaient pas une conception rigide de puristes. Le plus étonnant de l'histoire, souligne-t-il, c'est que le trio ne pensait même pas former un groupe. Ils avaient plutôt décidé d'offrir des chansons au chanteur Donald Lautrec.  
 
Donald Lautrec a refusé leurs chansons et les a forcés à fonder leur propre groupe. Michel Rivard a donc appelé son ami Pierre Bertrand, et Beau Dommage a pris forme tranquillement. Huet est devenu le parolier, Léger, le pianiste, et Rivard chantait et jouait de la guitare, tout comme Bertrand, qui jouait aussi de la basse. 
 
Les quatre musiciens travaillaient et composaient dans le sous-sol des parents de Michel Rivard, à Boucherville, et dans l'appartement de Robert Léger, au 6760, rue Saint-Vallier à Montréal, une adresse qui laissera justement sa marque sur la pièce Tous les palmiers. L'appartement a contribué à l'identité très montréalaise du groupe, qui contraste avec l'esprit du retour à la terre alors présent dans la chanson québécoise avec Harmonium, Les Séguin ou Jim et Bertrand.  
 
Pierre Bertrand et Michel Rivard ont réalisé qu'ils avaient besoin d'une voix de fille pour étoffer leurs harmonies vocales. Ils se sont donc tournés vers une amie commune, Marie-Michelle Desrosiers, qui étudiait à l'École nationale de théâtre. Pour ce qui est du batteur Réal Desrosiers, il est entré dans le groupe en répondant à une annonce de « batteur recherché » que Beau Dommage avait affiché sur le babillard de l'Université du Québec. 
 
La compagnie de disque Capitol a approché le groupe pour signer contrat avec lui. Le groupe s'est rendu au Studio Tempo pour enregistrer le disque le 21 août. Beau Dommage a mis au total 10 jours pour enregistrer le disque, et 4 jours pour le mixer. Le 27 septembre 1974, tout était prêt. Le lancement officiel s'est fait le 9 décembre 1974, à l'Évêché de l'Hôtel Nelson. Le disque est vite devenu le cadeau idéal de ce Noël 1974. Sur les 11 chansons du disque, 8 sont devenues des succès radio.

Mémoire qui chante

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes!


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
1234
5
6
7891011
12
13
1415161718
19
20
212223
24
25
26
27
28
29
30
 
 
 

Réseaux Sociaux PM