ICI Radio-Canada Première

Plus on est de fous, plus on lit!

Plus on est de fous, plus on lit! rss

En semaine de 13 h à 15 h 
(en rediffusion à 1 h)

Marie-Louise Arsenault

Plus on est de fous, plus on lit!
Logo Radio-Canada

Livres

Les bibliothèques d'Alberto Manguel

Le mardi 27 octobre 2015

L'écrivain canadien d'origine argentine Alberto Manguel
L'écrivain canadien d'origine argentine Alberto Manguel     Photo : Radio-Canada/Olivier Paradis-Lemieux

« Le point de départ est mon livre La bibliothèque, la nuit. Robert Lepage l'a imaginé comme un préambule à l'exposition », dit l'auteur Alberto Manguel. Présentée à la Grande Bibliothèque, l'exposition qui porte le même titre que cet essai paru en 2006 est une exploration virtuelle et immersive des bibliothèques les plus fascinantes du monde. Avec plus de 40 000 livres, celle d'Alberto Manguel ouvre le parcours. L'écrivain canadien d'origine argentine répond à notre questionnaire « Pourquoi j'écris ». 
 
Le plus récent livre d'Alberto Manguel, De la curiosité, paraîtra sous peu aux éditions Actes Sud. 
 
À quel âge avez-vous écrit votre premier texte?  
Probablement à 12 ans, une pièce pour marionnettes inspirée de L'apprenti sorcier
 
Qu'est-ce qui vous a donné envie d'écrire?  
Aucune idée! 
 
Vos parents étaient-ils fiers de vous?  
Je les connaissais à peine jusqu'à mon adolescence. Après, peut-être.  
 
Qui vous a donné votre première chance ou vous a donné confiance?  
Une romancière appelée Marta Lynch. 
 
Quel est le meilleur conseil qu'on vous a donné?  
Quand vous écrivez, pensez qu'il a un petit lecteur perché sur votre épaule qui vous regarde écrire et vous demande : « Et pourquoi me racontez-vous tout ceci, à moi qui ne suis pas votre maman? » 
 
À quel moment avez-vous compris que ça deviendrait votre métier?  
Je ne l'ai pas encore compris. Je me sens plutôt lecteur. 
 
Quel autre métier avez-vous exercé?  
Libraire, éditeur. 
 
Quel sentiment avez-vous éprouvé lorsque vous avez vu votre première oeuvre publiée?  
Étonnement devant ce miracle. 
 
Quelle est votre motivation quotidienne?  
L'espoir du lendemain. 
 
Qu'est-ce qui vous comble le plus dans votre travail?  
L'intelligence d'une page écrite par quelqu'un d'autre. 
 
Dans tout ce que vous avez écrit, de quoi êtes-vous le plus fier?  
Comme toujours, de mon dernier-né. Mais cela ne dure pas. 
 
Écrivez-vous à voix haute?  
Parfois. 
 
Quel mot ou quelle ponctuation affectionnez-vous particulièrement?  
Deux mots que j'utilise trop souvent : « vaste » et « consolation ». 
 
On ne parle que de soi : commentez.  
Non, on ne parle pas vraiment de soi puisqu'on ne se connaît pas. On s'invente à chaque page. 
 
Avez-vous déjà été censuré?  
Oui, en France, quand j'ai écrit un texte dans lequel je place Sarkozy en enfer. 
 
Êtes-vous sensible aux commentaires, aux critiques, ou au regard des autres?  
Oui, quand les critiques sont injustifiées. 
 
Pourquoi ou pour qui écrivez-vous?  
La réponse de Beckett à cette question me convient : « Bon qu'à ça ». 
 
Comment imaginez-vous vos lecteurs?  
Comme moi, mais moins bêtes. 
 
Avez-vous été étonné par certaines perceptions qu'on avait de votre travail?  
Oui, surtout si elles sont admiratives. 
 
Quel lieu vous inspire?  
L'île de Robinson Crusoé. 
 
Avez-vous expérimenté la création sous l'emprise de la drogue ou de l'alcool?  
Oui, sous LSD. 
 
En vous relisant, à jeun, vous êtes-vous trouvé bon?  
Parfois, mais pas très souvent. 
 
Quel serait l'honneur qui vous comblerait le plus?  
Que Robert Lepage mette en scène mon travail. Et c'est déjà fait. 
 
Comment souhaiteriez-vous que l'on se souvienne de vous?  
Comme un lecteur de Lewis Carroll, Montaigne, Stevenson, Borges.


Cr�er un compte

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes

Chroniques récentes

7 décembre 2015

Au club de lecture : le polar, pour le meilleur et pour le pire

7 décembre 2015

L'actualité vue par les livres : le racisme envers les Autochtones

4 décembre 2015

Micro ouvert de Mélissa Verreault : Rimes embrassées pour peuple éploré

4 décembre 2015

Ode insomnie

4 décembre 2015

La liste de Pierre Curzi

4 décembre 2015

Au cabaret : enquêtes et réprimandes littéraires