ICI Radio-Canada Première

Plus on est de fous, plus on lit!

Plus on est de fous, plus on lit! rss

En semaine de 13 h à 15 h 
(en rediffusion à 1 h)

Marie-Louise Arsenault

Plus on est de fous, plus on lit!

Archives

dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
 
 
12
3
4
56789
10
11
12
13
141516
17
18
1920212223
24
25
2627282930
31

Les meilleurs moments : Émission du mardi 13 octobre 2015


Livres

Portrait d'une France au bord de la crise de nerf

Des manifestations contre le mariage gai à Paris
Des manifestations contre le mariage gai à Paris     Photo : ERIC FEFERBERG

Le constat de Charles Dantzig est implacable : « la France est un pays malade : intellectuellement malade et politiquement malade ». Ce diagnostic est tombé quand il a vu les Français se mobiliser par centaines de milliers lors des « manifs pour tous » contre le mariage homosexuel. C'est dans ce contexte qu'il campe son dernier roman, Histoire de l'amour et de la haine, un chassé-croisé de sept personnages dont la vie est infléchie par les événements politiques qui ébranlent la France. 
 
Charles Dantzig résume Histoire de l'amour et de la haine 
 
 
Résumé 
Voici sept personnages avec qui nous vivons, des premières manifestations contre le « mariage pour tous » jusqu'aux dernières. Il y a Ferdinand, garçon de 20 ans blessé par la vulgarité de son père, le député Furnesse, vedette homophobe des médias et fier de l'être; Pierre, le grand écrivain n'écrivant plus; Ginevra, qu'il tente d'aimer; Armand et Aron, qui vivent en couple; Anne, si belle et victime de sa beauté, et bien d'autres encore. Tous apportent leur voix à ce concert de l'esprit où le comique le dispute à la rage.  
 
Que s'est-il passé durant cette période? Quel esprit est entré dans Paris, si contraire à Paris? Comment ce qu'on appelle un événement transforme-t-il la vie des hommes? Une peinture de la France d'aujourd'hui.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Archives: La Manif pour tous contre la «déconstruction de la famille» | 5 octobre 2014

Livres

La Bible, histoire du plus grand succès de librairie de tous les temps

Un prête catholique montre une bible écrite en langue arabe
Un prête catholique montre une bible écrite en langue arabe     Photo : Muhammad Bakusai/Reuters

N'en déplaise à J.K. Rowling ou à E.L. James, le livre le plus lu de tous les temps reste de loin la Bible. Il faut dire que l'ouvrage a quelques longueurs d'avance : il a été le premier à sortir des presses de Gutenberg en 1450 et a depuis été traduit en 2454 langues. Le théologien et pasteur protestant Olivier Bauer retrace la phénoménale histoire de cet ultime succès de librairie. 
 
Un livre dont vous êtes le héros 
Difficile de comparer la Bible à quelconque autre livre. Rédigé sur une période de plus d'un millénaire par un collectif d'une quarantaine d'auteurs, l'ouvrage est en fait un recueil qui compte de 66 à 82 livres, selon les sectes chrétiennes. 
 
Des traditions orales juives aux lettres des apôtres, les textes sont imposants. « C'est le livre dont vous êtes le héros », s'amuse le théologien. « Chacun peut s'y projeter. Il y a des histoires d'amour, de combat, de guerre, de relations humaines, de famille et de malédiction comme de bénédiction... et même un épisode sensuel. Bref, ça ressemble beaucoup à la vie de tous les jours ».  
 
Résolument moderne 
Les textes ne sont évidemment pas à prendre à la lettre, selon le théologien, mais bien comme le reflet d'une époque. Il y a des archaïsmes dans la Bible, mais aussi des idées résolument modernes, comme celle d'une égalité fondamentale entre les humains, portée par cette phrase de Saint-Paul : « Il n'y a plus homme ni femme, il n'y a plus Juif ni Grec, il n'y a plus homme libre ni esclave, mais nous sommes tous enfants de Dieu ».  
 
On ne vous dit pas la fin, mais on vous révèle tout de même ce petit indice : c'est Dieu qui gagne. En prime, la réponse à cette question : Qui fait de l'argent avec les ventes de la Bible?

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Une théologie au quotidien - Olivier Bauer

Arts et culture

Patti Smith : prochaine station, mélancolie

Patti Smith, photographiée lors d'un moment de recueillement à Berlin en 2008.
Patti Smith, photographiée lors d'un moment de recueillement à Berlin en 2008.     Photo : Reuters

Après l'étincelant Just Kids, l'égérie de la contre-culture new-yorkaise publie M train, le deuxième volet de ses mémoires, que Nicolas Tittley a lu pour nous.. Le premier volet plongeait dans l'intimité de sa relation avec le photographe iconoclaste Robert Mapplethorpe et ses amitiés avec les figures sacrées de l'époque, de Burroughs à Lou Reed.  
 
Ce deuxième, plus intuitif et déconstruit, oscille entre réalité et onirisme, au fil de ses médiations et des vagues de sa perçante sensibilité. On se promène avec elle entre son appartement modeste du Lower East Side, ses visites routinières au café du coin et ses souvenirs d'une époque tumultueuse. 
 
On y rencontre une femme seule, dont, à l'orée de ses 70 ans, tous les amis sont morts. Elle entretient pourtant des conversations constantes avec le monde via des objets, des fantômes, mais aussi des auteurs. Une Patti Smith vieillissante dont la sensibilité extrême au monde n'a pas pris une ride.  
 
Référence 
M train, de Patti Smith, Bloomsbury, octobre 2015

Arts et culture

La chute du loup de Wall Street

Sophie Desmarais et Luc Picard dans « Instructions pour un éventuel gouvernement socialiste qui souhaiterait abolir la fête de Noël».
Sophie Desmarais et Luc Picard dans « Instructions pour un éventuel gouvernement socialiste qui souhaiterait abolir la fête de Noël».     Photo : Jérémie Battaglia

Qui sont ces hommes qui tirent les ficelles du système financier, bien cachés à l'ombre de leurs piles de billets de banque? Dans sa pièce Instructions pour un éventuel gouvernement socialiste qui souhaiterait abolir la fête de Noël, le dramaturge Michael Mackenzie a voulu entrer dans la tête de l'un d'eux, Jason, au moment où son empire s'effondre.  
 
« C'est un homme condamné à réussir, c'est tout ce qu'il a dans la vie », reconnaît Luc Picard. Le comédien tient le rôle principal aux côtés de Sophie Desmarais, qui elle, joue Cass, une jeune femme qui vient confronter le financier. 
 
La pièce est une critique du capitalisme sauvage, mais ne tombe pas dans un exposé didactique. C'est ce qu'apprécie Marc Beaupré, qui signe la mise en scène. « On déconstruit le personnage qu'on peut voir dans Le loup de Wall Street, mais pas en le démontant, plutôt en l'humanisant », explique-t-il.  
 
La pièce Instructions pour un éventuel gouvernement socialiste qui souhaiterait abolir la fête de Noël est en tournée au Québec et à Ottawa du 15 octobre au 12 décembre.

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
 
 
12
3
4
56789
10
11
12
13
141516
17
18
1920212223
24
25
2627282930
31

Prochainement à l'émission

Consultez le guide horaire

Dernière baladosiffusion disponible

Plus on est de fous, plus on lit!

Réseaux Sociaux Devenez fans Suivez-nous sur Twitter
Hiver 2015100 incontournablesArts et divertissement - LittératureSur les traces de Kerouac, le livre numérique