ICI Radio-Canada Première

Plus on est de fous, plus on lit!

Plus on est de fous, plus on lit! rss

En semaine de 13 h à 15 h 
(en rediffusion à 1 h)

Marie-Louise Arsenault

Plus on est de fous, plus on lit!
Logo Radio-Canada

Arts et culture

À qui appartiennent les idées?

Le mercredi 6 mai 2015

Pour Bryan Perro, s’inspirer d’une œuvre, c’est lui rendre hommage.
Pour Bryan Perro, s’inspirer d’une œuvre, c’est lui rendre hommage.     Photo : iStock

« Les idées elles-mêmes sont en train de devenir monnayables. C'est ça qui est dangereux », croit l'auteur Bryan Perro. À l'heure où le droit d'auteur prend de plus en plus de place dans notre société, il est essentiel de se demander à qui appartiennent les idées. Pour discuter de cette question complexe, Marie-Louise Arsenault a réuni les auteurs Samuel Archibald, Bryan Perro, Thomas Hellman et Monique Proulx. S'est joint à eux l'économiste indépendant Ianik Marcil. 
 
« Quand on se fait raconter une histoire, elle nous appartient. Seulement, il faut être assez habile pour ne pas laisser de traces », explique Bryan Perro. Selon lui, quand une histoire est racontée, elle fait partie du patrimoine de l'humanité. Il est important de pouvoir s'inspirer de ce patrimoine. L'auteur croit que ce qui différencie le plagiat de l'inspiration, c'est l'intention.  
 
« S'inspirer d'une oeuvre qu'on aime, c'est lui rendre hommage » ̵ Bryan Perro 
 
La responsabilité de l'écrivain 
Samuel Archibald, quant à lui, croit à la responsabilité de l'écrivain. « Si j'ai l'intention de me servir de l'histoire de quelqu'un, je lui demande la permission d'abord », précise-t-il. 
 
Quand il enseigne, Samuel Archibald donne sans hésiter des exemples ou des extraits des oeuvres qu'il est en train d'écrire. Il n'a pas peur que quelqu'un lui vole les histoires de son village natal. « Je m'en fous, car c'est moi qui ai la farine », explique-t-il. 
 
Le véritable problème : la piètre rémunération des créateurs 
L'économiste Ianik Marcil fait le parallèle entre les droits d'auteur et les brevets. En effet, il est impossible de breveter une idée. Seule l'application de cette idée peut être brevetée. En ce sens, une simple idée ne peut être protégée par le droit d'auteur.  
 
Mais selon lui, le problème n'est pas là. Si l'on se retrouve aujourd'hui avec autant de cas de plagiat, c'est que la société actuelle rémunère très mal ses créateurs. 


Cr�er un compte

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes

Chroniques récentes

2 décembre 2015

Une heure avec Frédéric Beigbeder, l'enfant terrible de la littérature

20 novembre 2015

Au cabaret : auteurs grinçants et commentaires aigres-doux

13 novembre 2015

Au cabaret : amours romanesques et passions littéraires

6 novembre 2015

Au cabaret : de Hitchcock à Radio Enfer

30 octobre 2015

Ode érotisme

30 octobre 2015

Au cabaret : les échanges épistolaires de Flaubert et George Sand