ICI Radio-Canada Première

Plus on est de fous, plus on lit!

Plus on est de fous, plus on lit! rss

En semaine de 13 h à 15 h 
(en rediffusion à 1 h)

Marie-Louise Arsenault

Plus on est de fous, plus on lit!

Archives

dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
 
123
4
5
678
9
10
11
12
1314151617
18
19
202122232425
26
27282930
 
 

Les meilleurs moments : Émission du jeudi 9 avril 2015


Société

La chronique a-t-elle encore raison d'être?

La salle de rédaction torontoise de la Presse Canadienne, dans les années 50.
La salle de rédaction torontoise de la Presse Canadienne, dans les années 50.     Photo : PC

Dans Libération, l'écrivaine Christine Angot a écrit une chronique dans laquelle elle affirme que ça ne sert à rien d'écrire... une chronique. « La plupart des chroniques, je les regrette », lance-t-elle. Elle ajoute : « Il faut commenter? Pourquoi? Il faut écrire? Il faut réagir? Pour quoi faire? » François Cardinal, Judith Lussier et David Desjardins, tous trois chroniqueurs sur leurs différentes plateformes, ont lu le texte et répondent au cri du coeur de Christine Angot.  
 
Christine Angot dit, en substance, que les chroniques sont devenues une prise de parole comme une autre, qu'elles sont vite récupérées et noyées dans le flot d'information et d'opinions qui sont générées quotidiennement.  
 
Elle avance que toutes les idées se valent, mêmes les plus abjectes, les plus révoltantes, et que l'idée du chacun pour soi semble prévaloir. 
 
Un rôle important 
 
Les invités à cette discussion estiment au contraire que le rôle du chroniqueur est encore essentiel au dialogue démocratique.  
 
« C'est vrai que le chroniqueur fait vendre, croit François Cardinal, de La Presse. Mais, surtout, il fait des liens entre les événements, il offre une mise en contexte supplémentaire, un regard oblique. » 
 
« Les chroniqueurs ont un impact, mais sur qui », demande David Desjardins, du Devoir.  
 
Les meilleurs d'entre eux, disent-ils, sont ceux qui arrivent à sortir du cercle de leurs lecteurs habituels pour toucher un grand pan de la société. 
 
En chroniqueur utile et goon  
 
Selon Judith Lussier, le chroniqueur doit faire acte utile en mettant des mots sur des émotions, en éclaircissant des concepts qui sont encore flous dans la tête du lecteur. 
 
Malheureusement, notent les invités, il y a aussi des goons de la chronique, ceux qui ne sont là que pour faire du bruit.  
 
Les trois chroniqueurs invités déplorent que ces fiers-à-bras n'écrivent pas pour engager une discussion sur la place publique, mais surtout pour faire valoir un point de vue, le leur, et remporter une victoire d'ego.

Livres

Le texte de la semaine : les grands solitaires

Dans le texte présenté par Thomas Leblanc, il est question de l'essai Going it alone, de Fenton Johnson, publié dans le numéro d'avril du magazine américain Harper's. L'auteur et professeur y explore l'importance des individus solitaires dans l'histoire de l'art et de la littérature et avance qu'il existe une sorte d'éthique de la solitude. Il montre des liens entre son expérience et celle des grands solitaires comme Paul Cézanne, Henry James, Henry David Thoreau, Emily Dickinson et Érik Satie, mais aussi Jésus, Moïse et Bouddha. 
 
Noémi Mercier a lu l'article Defending Darwin : teaching evolution on the front lines, de James Krupa. Il s'agit d'un témoignage à la première personne d'un professeur de biologie de l'Université du Kentucky. Celui-ci explique comment se déroule une classe lorsqu'il enseigne la théorie de l'évolution de Charles Darwin dans un État où, par défaut, la majorité de la population ne croit pas à cette théorie. 
 
Orion Magazine | Defending Darwin 

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - « Going it alone » de Fenton Johnson - Magazine Harper's (abonnés seulement)

Livres

Vivre vite : un roman biographique sur James Dean

Né le 8 février 1931 à Marion, en Indiana, et mort le 30 septembre 1955 à Cholame ,en Californie, dans un accident de voiture, James Dean demeure un mythe américain, un symbole de jeunesse éternelle. Il vivait vite, était insomniaque et bagarreur. Il avait des sautes d'humeur constantes : blagueur un jour, maussade le lendemain. Et il aimait conduire en fou. 
 
Philippe Besson s'est intéressé à la vie de James Dean, en tant que romancier bien plus que biographe. Vivre vite est un roman biographique polyphonique. Chapitre après chapitre, Philippe Besson se glisse dans la peau des parents de l'acteur, de ses amants et amantes, de ses partenaires de jeu, des réalisateurs avec lesquels il a travaillé, et même dans la peau de Dean lui-même.  
 
« C'était un bébé magnifique, au teint clair. Toutes les mères estiment que leur fils est le plus bel enfant du monde, mais vous qui connaissez la suite, vous avouerez que je ne me trompais guère. », dit la mère en s'adressant directement au lecteur, tout comme le font les autres personnages du livre. De plus, ceux-ci connaissent leur propre sort ainsi que celui de James Dean.  
 
Résumé du livre 
 
« Regardez-moi bien. Qui sait si je serai encore là demain... » 
Aussi célèbre soit-il, James Dean, symbole de la jeunesse éternelle, demeure toujours aussi insaisissable. Vivre vite, roman choral tout en nuances, dresse, à travers la voix de ses proches, le portrait intime d'un garçon de l'Indiana, inconsolable et myope, turbulent, mais d'une beauté irrésistible, qui s'est donné à tous, sans jamais appartenir à personne: un acteur incandescent devenu, en trois films et un accident de voiture, une icône intemporelle. 
 
Un extrait de À l'est d'Eden du réalisateur Elia Kazan 
 
 
Un extrait de Géant du réalisateur George Stevens  
 

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Éditions Julliard

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
 
123
4
5
678
9
10
11
12
1314151617
18
19
202122232425
26
27282930
 
 

Prochainement à l'émission

Consultez le guide horaire

Dernière baladosiffusion disponible

Plus on est de fous, plus on lit!

Réseaux Sociaux Devenez fans Suivez-nous sur Twitter
Hiver 2015100 incontournablesArts et divertissement - LittératureSur les traces de Kerouac, le livre numérique