ICI Radio-Canada Première

Plus on est de fous, plus on lit!

Plus on est de fous, plus on lit! rss

En semaine de 13 h à 15 h 
(en rediffusion à 1 h)

Marie-Louise Arsenault

Plus on est de fous, plus on lit!

Archives

dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
12345
6
7
89101112
13
14
1516171819
20
21
22
23
242526
27
28
2930
 
 
 
 

Les meilleurs moments : Émission du mardi 23 septembre 2014


Livres

Naomi Klein : entre le capitalisme et le climat, il faut faire un choix

L'auteure et journaliste canadienne Naomi Klein
L'auteure et journaliste canadienne Naomi Klein     Photo : PC/Ed Kashi

Le nouveau livre de la journaliste canadienne This changes everything : capitalism vs. the climate, suscite déjà la controverse. Pour Gabriel Nadeau-Dubois, qui a fait la présentation de l'auteure lors du lancement à Montréal le 16 septembre : « Naomi Klein saisit l'esprit du temps. Elle aborde le grand enjeu de notre époque, qui est celui des changements climatiques. » Une affirmation que réfute le journaliste François Cardinal : « On ne peut pas saisir l'époque quand on arrive 10 ans en retard.» 
 
Selon Naomi Klein, « il y a une nécessité d'opérer des changements profonds à nos institutions politiques et économiques », dit Gabriel Nadeau-Dubois. Il faut remettre en question les trois piliers de l'économie néo-libérale qui nuisent à la lutte aux changements climatiques : la logique de la privatisation, la logique de la déréglementation et la logique de l'austérité. 
 
La révolution que propose Naomi Klein prendra trop de temps avant de porter ses fruits selon François Cardinal. « Si on recule, pour tout remettre en question, on va passer à côté de l'échéance qu'elle-même met partout dans son livre, c'est-à-dire 2017, 2018. Dire à la fois que c'est une urgence mondiale et qu'il faut tout remettre en question demain matin, je ne trouve pas que ça apporte grand-chose au débat. » 
 
Œuvres marquantes de Naomi Klein : 
 
No logo, Actes sud, 2001. 
 
La stratégie du choc, Actes sud, 2008. 
 
Gabriel Nadeau-Dubois est étudiant à la maîtrise en philosophie à l'Université de Montréal. Il a dirigé Libres d'apprendre. Plaidoyers pour la gratuité scolaire, qui vient de paraître. 
 
François Cardinal est journaliste et chroniqueur spécialisé dans les affaires municipales et urbaines à La Presse. Il est l'auteur des essais Le mythe du Québec vert, publié en 2007, et Perdus sans la nature, publié en 2010. 

Livres

La double vie québécoise d'Alexandre Jardin

Le romancier et cinéaste français Alexandre Jardin
Le romancier et cinéaste français Alexandre Jardin     Photo : Radio-Canada/Olivier Paradis-Lemieux

Le célèbre écrivain français a fait du Québec, plus précisément de Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson dans les Laurentides, la trame de fond de son dernier roman, Juste une fois. « C'est ici que je retrouve ma vitalité avec des gens anormalement vivants. » Une déclaration d'amour d'Alexandre Jardin envers le Québec, qu'il visite régulièrement. 
 
« J'ai littéralement pris un plaisir fou à me battre avec les mots québécois, justement parce que c'est une langue en création. Et c'est merveilleux que ce ne soit pas clair. Les mots sont encore en train de se créer. On est encore dans le chaudron. Et pour un écrivain, c'est jubilatoire. C'est un bon endroit pour écrire. » 
 
Juste une fois paraît en primeur cette semaine au Québec, une première pour la maison d'édition Grasset. Le lancement aura lieu le mercredi 24 septembre à l'Espace La Fontaine, à 18 h.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Pourquoi Alexandre Jardin écrit-il?

Livres

Danielle Trottier : pourquoi j'écris

L'auteure d'Unité 9 Danielle Trottier
L'auteure d'Unité 9 Danielle Trottier     Photo : Radio-Canada/Olivier Paradis-Lemieux

L'auteure d'Unité 9, Danielle Trottier, s'est mise tard à l'écriture, soit à l'âge de 40 ans. « C'est arrivé dans une période de crise. Mon frère venait de mourir d'un cancer, et ça m'a fait penser à ce que je voulais faire. Je me suis inscrite à un cours de scénarisation, j'ai commencé à écrire, et ça ne s'est plus arrêté. » La muséologue de formation a ainsi créé Aimer Emma quand même, qui allait devenir sa première série portée à l'écran, sous le titre d'Emma (2000-2004), suivie quelques années plus tard de La promesse (2004-2012). Danielle Trottier connaît maintenant son plus grand succès avec Unité 9, qui amorce sa troisième saison. Elle a accepté de se prêter au jeu du questionnaire « Pourquoi j'écris ». 
 
À quel âge avez-vous écrit votre premier texte? 
Le premier texte « romancé » à 40 ans.  
 
Qu'est-ce qui vous a donné envie d'écrire? 
Le besoin d'écrire ce que je n'arrivais pas à dire. 
 
Vos parents étaient-ils fiers de vous? 
Mes parents sont décédés lorsque j'avais 20 ans. Mes enfants sont fiers, ils me le disent souvent. 
 
Pourriez-vous nous lire un extrait d'un texte de jeunesse?  
Chanson écrite pour un opéra populaire sur l'histoire de l'Abitibi-Témiscamingue : Un homme ou un arbre, vingt ans pour pousser, un seul coup de hache peut les faire tomber...  
 
Qui vous a donné votre première chance? 
Une amie, Linda Dauphin. Elle me lisait, elle était très positive par rapport à ce que j'écrivais. J'aimais écrire pour elle. 
 
Le meilleur conseil qu'on vous ait donné? 
« Fais-toi peur! » 
 
À quel moment avez-vous compris que l'écriture deviendrait votre métier?  
Un jour de janvier où on m'a appelé pour me dire qu'on souhaitait mettre Aimer Emma quand même en production. C'est devenu par la suite Emma
 
Quel autre métier avez-vous exercé? 
Serveuse, commis dans une bibliothèque centrale de prêts (c'est là que j'ai appris à lire), professeur de français (c'est là que j'ai appris à écrire), directrice de site historique, professeur de tourisme (j'ai appris ma géographie), responsable du département de muséologie (programme que j'ai mis sur pied pour le ministère de l'Éducation). 
 
Quel sentiment avez-vous éprouvé lorsque vous avez vu votre première oeuvre publiée? 
Les sentiments étaient multiples : la peur, la fierté, le sentiment de l'imposteur. Écrire m'a offert de très beaux défis. 
 
Quelle est votre motivation quotidienne? 
Le plaisir de me raconter une histoire à moi, que je vais ensuite raconter à des milliers de personnes grâce à la télévision. 
 
 
Qu'est-ce qui vous comble le plus dans votre travail?
 
Le moment où tout m'apparaît clair et que je vois toute la complexité du personnage ou de la situation dramatique.  
 
Dans tout ce que vous avez écrit, de quoi êtes-vous le plus fière? 
De tous les moments d'intensité. Emma qui découvre que son amoureux, Patrick Kanada, est son frère. Yves Chamberland qui meurt dans sa chambre après avoir parlé à tous ceux qu'il aime. Marie Lamontagne qui reçoit sa sentence et quitte sa famille pour entrer à Lietteville. 
 
La phrase, le dialogue ou le texte dont on vous a le plus parlé? 
Unité 9. Le niveau de langage doit être adapté à la situation. Les gens me disent qu'ils aiment beaucoup les différents niveaux. La tendresse qui côtoie la rudesse, les extrêmes qui se rencontrent. 
 
Écrivez-vous à voix haute? 
Jamais. Tout se passe dans ma tête, visage impassible même dans les scènes les plus bouleversantes. Par contre, j'entends la voix des comédiens et des comédiennes qui interprètent les rôles. C'est l'une des premières choses que j'enregistre mentalement pour m'aider à mieux écrire pour les interprètes. 
 
Un mot ou un signe de ponctuation que vous affectionnez particulièrement, que vous aimez écrire? 
Les points de suspension... J'aime que tout ne soit pas dit. 
 
On ne parle que de soi : commentez. 
On ne parle pas tant de soi, puisque je ne crois pas qu'on se connaisse tant que ça. On a des opinions sur beaucoup de choses, mais pour vraiment parler de soi, il faut dire nos faiblesses, et c'est encore tabou de parler de nous dans toutes nos facettes. 
 
Avez-vous déjà été censurée? 
Bien sûr! 
 
Êtes-vous sensible aux commentaires, aux critiques, au regard des autres)? 
Oui, mais tout en faisant la part des choses. J'ai accepté le fait que j'allais déplaire, puisqu'au moment où j'écris je suis seule (avec ma productrice qui lit tout et commente avec respect). Et j'ai l'idée que, comme auteure, je prends la responsabilité de tout ce que j'écris. Parfois, c'est plus difficile d'assumer... surtout quand on a blessé quelqu'un ou qu'on lui a fait de la peine sans le vouloir. 
 
Pourquoi ou pour qui écrivez-vous? 
J'écris d'abord pour moi, ensuite pour les téléspectateurs. Je suis consciente du privilège que j'ai de pouvoir m'exprimer et, qu'en plus, il y a des interprètes qui vont ajouter la troisième dimension du corps, de l'expression, de la puissance du sentiment. 
 
Comment imaginez-vous vos lecteurs? 
Je réussis à avoir une bonne idée grâce à Facebook et à Twitter par le biais desquels ils m'écrivent. 
 
Avez-vous été étonnée par certaines perceptions qu'on avait de votre travail? 
Oui et non. On m'a beaucoup dit avec Unité 9 qu'on ne croyait pas que j'étais ce genre d'auteure, un peu hard, que dans les autres histoires. Mais j'ai toujours été la même personne. Un peu hard, un peu douce, un peu tout ! 
 
Un lieu ou une ville qui vous inspirent? 
Il y a beaucoup de lieux où je me sens bien, mais je ne peux pas dire qu'ils m'inspirent. Je vis quatre mois par année dans un ranch où on élève des bovins, et peut-être qu'un jour j'écrirai une histoire qui se déroule dans ce monde. Mais pour moi, c'est un décor. Par contre, les personnes que je vois, que je croise et que j'écoute m'inspirent beaucoup. 
 
Avez-vous expérimenté la création sous l'emprise de l'alcool ou de la drogue? 
De la drogue? Non. S'il fallait que je me drogue en plus, mon cerveau capoterait! 
 
Quel serait l'honneur qui vous comblerait le plus? 
Que les prisons fédérales et provinciales me laissent aller voir et saluer les femmes qui sont incarcérées en ce moment. 
 
Comment souhaiteriez-vous que l'on se souvienne de vous? 
J'espère que mes enfants vont se souvenir à quel point j'étais imparfaite et humaine et qu'ils vont se dire que ce n'était pas si pire que ça!  
 

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
12345
6
7
89101112
13
14
1516171819
20
21
22
23
242526
27
28
2930
 
 
 
 

Prochainement à l'émission

Consultez le guide horaire

Dernière baladosiffusion disponible

Plus on est de fous, plus on lit!

Réseaux Sociaux Devenez fans Suivez-nous sur Twitter
Hiver 2015100 incontournablesArts et divertissement - LittératureSur les traces de Kerouac, le livre numérique