ICI Radio-Canada Première

Plus on est de fous, plus on lit!

Plus on est de fous, plus on lit! rss

En semaine de 13 h à 15 h 
(en rediffusion à 1 h)

Marie-Louise Arsenault

Plus on est de fous, plus on lit!
Logo Radio-Canada

Société

Cet extrémisme qui dicte nos vies

Le mercredi 3 octobre 2012

Jean-Jacques Pelletier  | © Radio-Canada  / Philippe Couture
Jean-Jacques Pelletier | © Radio-Canada / Philippe Couture

Dans le monde conformiste qui est le nôtre, l'humain occupe souvent une fonction d'exécutant ou de consommateur, mais il s'engage paradoxalement dans une quête de violence, d'extrême et de spectaculaire. Comment en sommes-nous arrivés à cette valorisation de l'extrême? Le romancier et essayiste Jean-Jacques Pelletier tente de répondre à cette question dans La fabrique de l'extrême, essai paru aux éditions Hurtubise. 
 
Après Les taupes frénétiques, essai dans lequel Jean-Jacques Pelletier constatait l'omniprésence des logiques de la drogue, du cancer, de la délinquance et de la pornographie dans nos vies, le célèbre auteur de thrillers s'intéresse aux causes de ce penchant vers les extrêmes et aux structures qui génèrent nos comportements les plus radicaux. 
 
L'essai témoigne du désarroi de la société dans laquelle nous vivons, dictée par de contraignants impératifs matériaux, économiques et politiques qui finissent par implanter un insidieux « système de contrôle », lequel finit par ne laisser aucune liberté aux hommes. Ces derniers se sentent alors désinvestis, non responsables de leurs propres actes. 
 
- La fabrique de l'extrême, de Jean-Jacques Pelletier, Hurtubise, 2012


Créer un compte

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes

Chroniques récentes

2 décembre 2015

Les références de l'émission

26 novembre 2015

Les références de l'émission

26 novembre 2015

La vie nomade de Gloria Steinem, pilier du féminisme américain

25 novembre 2015

Les références de l'émission

25 novembre 2015

Edward Bernays, père de la propagande

25 novembre 2015

Noëlle Châtelet : accepter la mort volontaire de sa mère