ICI Radio-Canada Première

Plus on est de fous, plus on lit!

Plus on est de fous, plus on lit! rss

En semaine de 13 h à 15 h 
(en rediffusion à 1 h)

Marie-Louise Arsenault

Plus on est de fous, plus on lit!
Logo Radio-Canada

Politique

Les nouveaux visages du nationalisme conservateur au Québec

Le mercredi 26 septembre 2012

Le nationalisme québécois est-il plus conservateur ou plus progressiste? / © Serghei Piletchi
Le nationalisme québécois est-il plus conservateur ou plus progressiste? / © Serghei Piletchi

Depuis quelques années, on assiste au Québec à un certain retour d'un attachement aux racines culturelles canadiennes-françaises, doublé d'une résistance au multiculturalisme. Dans leur livre Les nouveaux visages du nationalisme conservateur au Québec, Jean-Marc Piotte et Jean-Pierre Couture s'intéressent à la résurgence de ce nationalisme conservateur. 
 
Le Québec, depuis la Révolution tranquille, se targue d'être une société progressiste, dont le nationalisme est teinté de laïcité, d'idées sociales-démocrates et de pluralisme. Si la droite québécoise s'exprime de plus en plus dans les médias, dans ses formes les plus populaires, le public connaît peut-être moins la manière dont prend forme la pensée conservatrice chez les intellectuels québécois, et plus particulièrement dans le monde universitaire.  
 
« Le grand avantage du livre de Piotte et Couture, dit Christian Nadeau, est précisément de combler cette lacune en présentant une cartographie des enjeux intellectuels associés au conservatisme québécois et aux auteurs qui défendent des principes et des idées inspirées par le conservatisme. »  
 
« Le livre, poursuit-il, montre un assemblage de thèses puisées chez différents auteurs, mais il échoue à présenter l'histoire du nationalisme conservateur comme un fil continu. »  
 
Un chapitre complet est consacré à Joseph Yvon Thériault (professeur de sociologie à l'UQAM), qui s'est intéressé à la nation « canadienne-française », laquelle serait née à proprement parler après 1837. Thériault s'oppose surtout à une conception de l'histoire culturelle du Québec où tout commencerait en gros avec la Révolution tranquille, d'où son intérêt pour le Canada français et sa volonté de montrer des continuités avec le passé. 
 
Un autre chapitre est consacré à Jacques Beauchemin (également professeur de sociologie à l'UQAM). Là, on rappelle l'opposition des nationalistes conservateurs au groupe des « pluralistes », et en particulier à l'historien Gérard Bouchard. 


EN COMPLÉMENTAUDIO - La chronique de Christian Nadeau
Créer un compte

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes

Chroniques récentes

7 décembre 2015

Pauline Marois : « Un peuple, ça ne meurt pas »

24 septembre 2015

Donald Trump, l'homme qui fait trembler le Parti républicain

15 septembre 2015

Les mots à bannir en cette fin de campagne électorale

26 août 2015

Jimmy Carter : un pacifiste à la présidence américaine

2 juin 2015

Les grands discours : « Nous nous battrons sur les plages »

16 avril 2015

Le texte de la semaine : des doutes sur les qualités présidentielles d'Hillary Clinton