ICI Radio-Canada Première

Plus on est de fous, plus on lit!

Plus on est de fous, plus on lit! rss

En semaine de 13 h 30 à 15 h 
(en rediffusion à 20 h 30)

Marie-Louise Arsenault

Plus on est de fous, plus on lit!

Archives

dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
1234
5
6
7891011
12
13
1415161718
19
20
2122232425
26
27
28
29
30
 
 
 

Les meilleurs moments : Émission du mardi 29 septembre 2015


Livres

Les échoués : 20 ans de crise migratoire

2500 réfugiés somaliens s'étaient entassés sur le Samaa-1 pour atteindre le Yemen, le 18 novembre 1992.
2500 réfugiés somaliens s'étaient entassés sur le Samaa-1 pour atteindre le Yemen, le 18 novembre 1992.     Photo : Getty images/AFP/Manoocher Degahti

« La catastrophe humanitaire qu'on vit aujourd'hui était annoncée depuis 20 ans. Ça fait 20 ans que les routes sont pleines, que les gens meurent dans le désert et qu'ils se noient dans la Méditerranée », dit l'écrivain et journaliste Pascal Manoukian. Son premier roman, Les échoués, met en scène trois réfugiés issus d'autant de pays qui arrivent en France au début des années 1990 et qui doivent s'entraider pour survivre. 
 
« Ils sont les trois archétypes des gens qui partent aujourd'hui et ils résument les raisons pour lesquelles on part de son pays », explique Pascal Manoukian. 
 
Pascal Manoukian a puisé dans sa mémoire de reporter de guerre pour créer les personnages de son livre. Comme journaliste, il a couvert de nombreux conflits, dont ceux en Somalie, au Cambodge et en ex-Yougoslavie. 
 
C'est d'ailleurs un épisode tragique en Serbie qui l'a mené à mettre fin à sa carrière de reporter de guerre. 
 
« On s'est fait prendre dans le feu croisé des tireurs d'élite à Sarajevo. Les tireurs ont tué trois personnes sur les cinq que nous étions. C'était la première fois que je ne ramenais pas un des personnages que je suivais sur le terrain. Je n'ai pas arrêté tout de suite. J'ai arrêté une année plus tard », raconte-t-il. 
 
Référence : 
Les échoués, de Pascal Manoukian, éditions Don Quichotte, septembre 2015 
 
Résumé :  
« Le chien était revenu. De son trou, Virgil sentait son haleine humide. Une odeur de lait tourné, de poulet, d'épluchures de légumes et de restes de jambon. Un repas de poubelle comme il en disputait chaque jour à d'autres chiens depuis son arrivée en France. Ici, tout s'était inversé, il construisait des maisons et habitait dehors. Se cassait le dos pour nourrir ses enfants sans pouvoir les serrer contre lui et se privait de médicaments pour offrir des parfums à une femme dont il avait oublié jusqu'à l'odeur... » 
 
1992. Lampedusa est encore une petite île tranquille et aucun mur de barbelés ne court le long des enclaves espagnoles de Ceuta et Melilla. Virgil, le Moldave, Chanchal, le Bangladais, et Assan, le Somalien, sont des pionniers. Bientôt, des millions de désespérés prendront d'assaut les routes qu'ils sont en train d'ouvrir. 
 
Arrivés en France, vivants mais endettés et sans papiers, les trois clandestins vont tout partager, les marchands de sommeil et les négriers, les drames et les petits bonheurs. 

Livres

Autobiographie de Jean Van Hamme, scénariste millionnaire

Le scénariste de bande dessinée Jean Van Hamme
Le scénariste de bande dessinée Jean Van Hamme     Photo : Getty images/AFP/Joel Saget

« Les mémoires de Jean Van Hamme, c'est un peu l'histoire de la bande dessinée franco-belge », explique le journaliste Nicolas Tittley, qui a lu son autobiographie, Mémoires d'écriture. Jean Van Hamme est l'un des rares auteurs de bande dessinée à avoir connu le succès avec plus d'une série. L'auteur de Thorgal, Largo Winch et XIII paraît dans ses mémoires comme un homme obnubilé par l'argent. Son livre s'adresse surtout aux initiés de l'édition de la bande dessinée, critique notre collaborateur. 
 
Mémoires d'écriture, de Jean Van Hamme, éditions Grand Angle, juillet 2015

Livres

Pourquoi j'écris : David Homel

Le romancier, traducteur et journaliste David Homel
Le romancier, traducteur et journaliste David Homel     Photo : Radio-Canada/Olivier Paradis-Lemieux

« Mes parents auraient voulu que je sois professeur ou avocat », raconte l'écrivain montréalais d'origine américaine David Homel dont les parents n'ont jamais été intéressés par ses écrits. Installé dans la métropole depuis les années 1980, ce fils d'immigrants ukrainien et arménien a quitté Chicago pour l'Europe pendant la guerre du Vietnam pour y poursuivre sa carrière littéraire. À l'occasion de la sortie de son nouveau roman La fille qui parlait à la lune, le romancier, journaliste et traducteur répond à notre questionnaire littéraire. 
 
À quel âge avez-vous écrit votre premier texte? 
J'écrivais de la poésie au secondaire. 
 
Qu'est-ce qui vous a donné envie d'écrire? 
M'imaginer écrivain et plaire aux filles. 
 
Vos parents étaient-ils fiers de vous? 
Sûrement pas! 
 
Qui vous a donné confiance? 
À l'université, on m'a dit que ce que j'écrivais était pas mal. Stanley Elkin est venu au cours et a aimé ce que j'écrivais. 
 
À quel moment avez-vous compris que ça deviendrait votre métier?  
Après mon premier roman, paru en 1988 en anglais. 
 
Quel autre métier avez-vous exercé? 
Travaux publics, abattoir, travail sur les camions... un Américain typique.  
 
Quel sentiment avez-vous éprouvé lorsque vous avez vu votre première oeuvre publiée? 
Un sentiment de vengeance. 
 
Quelle est votre motivation quotidienne? 
Je me dis : « Personne ne m'attend. » 
 
Qu'est-ce qui vous comble le plus dans votre travail? 
Quand je me relis et que je n'ai aucune idée qui a écrit cette page. 
 
Dans tout ce que vous avez écrit, de quoi êtes-vous le plus fier? 
Mon prochain roman. 
 
Écrivez-vous à voix haute? 
Absolument. C'est la clef de tout. 
 
Quel mot ou quelle ponctuation affectionnez-vous particulièrement? 
J'aime trop le point-virgule, j'essaie de me discipliner. Je fais aussi trop de dialogues. 
 
On ne parle que de soi : commentez 
Peut-être, mais sans le savoir au moment de la création. 
 
Êtes-vous sensible aux commentaires ou aux critiques? 
Bien sûr, mais on fait semblant que non. 
 
Pourquoi ou pour qui écrivez-vous? 
Pour moi, pour vous. L'écriture nous protège contre un sort moins enviable.  
 
Comment imaginez-vous vos lecteurs? 
Je les vois qui m'entendent. 
 
Avez-vous été étonné par certaines perceptions qu'on avait de votre travail? 
Non, mais parfois, j'ai appris des lecteurs et des lectrices plus que des critiques. 
 
Quel lieu ou quelle ville vous inspire? 
Montréal, Belgrade, Chicago. 
 
Quel serait l'honneur qui vous comblerait le plus? 
Vendre plus de livres. 
 
Comment souhaiteriez-vous que l'on se souvienne de vous? 
Un homme modeste. Trop modeste! 

Archives

Les références de l'émission du 29 septembre 2015

Segment On ne badine pas avec l'amour 
La pièce On ne badine pas avec l'amour, d'Alfred de Musset, est présenté au Théâtre Denise-Pelletier du 30 septembre au 24 octobre 2015. Mise en scène : Claude Poissant. Avec Francis Ducharme (Perdican), Alice Pascual (Camille), Henri Chassé (Le Baron), Christiane Pasquier (Dame Pluche), Denis Roy (Blazius), Rachel Graton (Rosette), Martin Héroux (Bridaine), Adrien Bletton (Le choeur) et Olivier Gervais-Courchesne (Le choeur). 
 
Segment Jean Van Hamme 
Mémoires d'écriture, de Jean Van Hamme, éditions Grand Angle, juillet 2015 
 
Segment David Homel 
La fille qui parlait à la lune, de David Homel, Leméac éditeur, 9 septembre 2015 
 
Segment Pascal Manoukian 
Les échoués, de Pascal Manoukian, éditions Don Quichotte, septembre 2015 
 
Segment « Ils l'ont testé pour nous » 
Le pouvoir étonnant du rangement. Désencombrer sa maison pour alléger sa vie, de Marie Kondo, Éditions de l'Homme, avril 2015

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
1234
5
6
7891011
12
13
1415161718
19
20
2122232425
26
27
28
29
30
 
 
 

Prochainement à l'émission

Consultez le guide horaire

Dernière baladosiffusion disponible

Plus on est de fous, plus on lit!

Réseaux Sociaux Devenez fans Suivez-nous sur Twitter
Hiver 2015100 incontournablesArts et divertissement - LittératureSur les traces de Kerouac, le livre numérique