ICI Radio-Canada Première

Plus on est de fous, plus on lit!

Plus on est de fous, plus on lit! rss

Du lundi au jeudi de 13 h à 14 h (rediffusion à 20 h)

Marie-Louise Arsenault

Plus on est de fous, plus on lit!

Archives

dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
 
 
 
1
2
3
45678
9
10
11
12131415
16
17
1819202122
23
24
25262728
 
 

Les meilleurs moments : Émission du lundi 11 février 2013


Livres

Dany Laferrière en toute modestie

Dany Laferrière
Dany Laferrière     Photo : |©Radio-Canada/Philippe Couture

Auteur prolifique et acclamé, Dany Laferrière continue de se percevoir comme un « écrivain moyen ». Cette modestie traverse son nouveau livre, Journal d'un écrivain en pyjama, une incursion sans prétention dans son processus créatif, avec humour et lucidité. Prodiguant des conseils aux aspirants-écrivains, il rappelle qu'il n'existe pas de règle et que, si l'appétit vient en mangeant, l'écriture vient en lisant.  
 
L'écriture a été, dans la vie de Dany Laferrière, un véritable baume, une manière de se trouver hors du temps et d'échapper aux blessures de l'existence. Mais il se considère avant tout comme un lecteur et rend hommage, dans ce livre, aux auteurs qu'il chérit : Borges, Hemingway, Roth, Césaire, Dandicat, Diderot et les philosophes de la Grèce antique, de même que Woody Allen, qui l'intéresse particulièrement ces temps-ci. 
 
- Journal d'un écrivain en pyjama, de Dany Laferrière, Mémoire d'encrier, 2013.

EN COMPLÉMENTAUDIO - L'entrevue avec Dany Laferrière

Livres

L'enfant-soldat vu par les livres

Image tirée de la couverture du roman <em>Comptine pour l’enfant-soldat</em>, de Chris Abani
Image tirée de la couverture du roman Comptine pour l’enfant-soldat, de Chris Abani

Il y aurait plus de 250 000 enfants-soldats dans le monde, qui sont souvent victimes de violence. Jean-Philippe Cipriani propose de souligner la ournée internationale des enfants –soldats (12 février) par des lectures éclairantes : L'enfant-soldat, ouvrage dirigé par Manon Pignot; Ils se battent comme des soldats, ils meurent comme des enfants, de Roméo Dallaire, et Comptine pour l'enfant-soldat, de Chris Abani. 
 
L'enfant-soldat : XIXe-XXIe siècle 
Dans cette synthèse historique, Manon Pignot et ses collaborateurs retracent le parcours de l'enfant-soldat dans les guerres mondiales et dans de nombreux conflits africains ou asiatiques, et expliquent en quoi l'enfant armé est tour à tour perçu comme héros et martyr. Ratissant large, l'ouvrage s'intéresse aussi à la place de l'enfant-soldat dans la production culturelle contemporaine et remet en question les idées reçues, notamment le fait que tous les adolescents-combattants agiraient sous la contrainte. 
- L'enfant-soldat : XIXe-XXIe siècle, ouvrage collectif dirigé par Manon Pignot, éditions Armand Colin, 2012. 
 
Ils se battent comme des soldats, ils meurent comme des enfants : Pour en finir avec le recours aux enfants-soldats 
Dans ce livre préfacé par Ishmael Beah, ancien enfant-soldat de la Sierra Leone, Roméo Dallaire réfléchit à la situation des enfants-soldats à partir de son expérience personnelle en Afrique, sur un ton très personnel. Y est notamment évoqué le malaise des Casques bleus et des soldats qui se retrouvent devant l'enfant guerrier : faut-il tuer les enfants qui tuent? Nourris par de nombreux témoignages, ce livre est un appel à davantage d'action de la part des élus pour enrayer ce fléau. 
- Ils se battent comme des soldats, ils meurent comme des enfants : Pour en finir avec le recours aux enfants-soldats, de Roméo Dallaire, Libre expression, 2010. 
 
Comptine pour l'enfant-soldat 
My Luck, 15 ans, a été enrôlé de force à 12 ans et a été réduit au silence par un coup de couteau sur la gorge : les enfants-soldats sont parfois privés de leurs cordes vocales pour éviter que leurs cris ne propagent la peur. Ce roman imagine son cri intérieur, dans un monologue puissant, ponctué par le récit d'une longue marche dans la brousse pour retrouver les siens après une violente explosion. Émergent alors les souvenirs douloureux, la nostalgie d'une enfance perdue mais aussi le constat d'un certain plaisir à perpétrer la violence. 
- Comptine pour l'enfant-soldat, de Chris Abani, Albin Michel, 2011. 
 

EN COMPLÉMENTAUDIO - La chronique de Jean-Philippe Cipriani

Livres

Amours ratées, syntaxe décalée et célébrités insistantes

Les trois livres lus cette semaine par Daniel Turcotte, Thomas Hellmann et Émilie Dubreuil
Les trois livres lus cette semaine par Daniel Turcotte, Thomas Hellmann et Émilie Dubreuil

Dans Histoire de la célébrité : les trompettes de la renommée, lu par notre collaborateur Daniel Turcotte, l'historien Georges Minois ausculte le vedettariat de l'Antiquité jusqu'à nos jours. Thomas Hellmann, à l'affût des écritures atypiques, a découvert le roman J'enterre mon lapin, de François Barcelo. Émilie Dubreuil a lu Les bonnes personnes, de Véronique Papineau, un roman d'amour déçu. 
 
Histoire de la célébrité 
La recherche frénétique de la célébrité est-elle strictement contemporaine? Que non, répond l'historien Georges Minois, qui raconte qu'Hérostrate, dans l'Antiquité, a mis le feu au temple d'Artémis dans le seul but de devenir célèbre. D'Athènes à Rome, puis dans l'Europe du Moyen-Âge et de la Renaissance, jusqu'aux monstres sacrés des années 1950 et aux célébrités médiatiques d'aujourd'hui, le livre propose un parcours très documenté. Mais, comme le dit notre collaborateur Daniel Turcotte, l'auteur sombre dans un dérangeant style apocalyptique dans les derniers chapitres. 
- Histoire de la célébrité : les trompettes de la renommée, de Georges Minois, Perrin, 2012. 
 
J'enterre mon lapin 
D'abord paru en 2011, rapidement épuisé, ce roman de François Barcelo est maintenant offert en version illustrée. Écrit à la première personne par un narrateur atteint de déficience intellectuelle, dans une syntaxe approximative et au moyen de formules amusantes, souvent erronées mais fort poétiques, le livre fait l'éloge du quotidien de cet être hors-norme. L'histoire bifurque toutefois vers une histoire de complot qui a semblé invraisemblable à notre collaborateur Thomas Hellmann, même s'il a été soufflé par cette narration atypique. 
- J'enterre mon lapin, de François Barcelo, illustré par Agathe Bray-Bourret, Del Busso, 2012. 
 
Les bonnes personnes 
La plume crue et acidulée de Véronique Papineau raconte les amours ratées de Paul et de Charlotte, qui tentent de repartir à neuf après leur rupture en fréquentant de nouvelles personnes. Comme dans son recueil de nouvelles Petites histoires avec un chat dedans (2008), l'auteure raconte l'amour et le sexe, sujets inépuisables, à partir d'un regard très grinçant sur le couple. Émilie Dubreuil a lu le livre pour nous. 
- Les bonnes personnes, de Véronique Papineau, Boréal, 2012. 

EN COMPLÉMENTAUDIO - Écoutez le Club de lecture

Livres

Les Japonais lisent pour mieux penser

Au sommet des palmarès japonais trône un ouvrage de croissance personnelle, La terre pour un nouveau siècle, de Takashi Okawa, qui suggère de s'éveiller au « pouvoir de la pensée et de l'infini » pour mieux vivre. Le roman le plus vendu, La nuit de la grande roue, est un polar de Kanae Minato, qui raconte l'assassinat d'un père et d'une mère dans un quartier résidentiel, laissant leurs enfants seuls au monde.

EN COMPLÉMENTAUDIO - Que lit la planète? Le Japon

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
 
 
 
1
2
3
45678
9
10
11
12131415
16
17
1819202122
23
24
25262728
 
 

Prochainement à l'émission

Consultez le guide horaire

Dernière baladosiffusion disponible

Plus on est de fous, plus on lit!

Réseaux Sociaux Devenez fans Suivez-nous sur Twitter
Concours et 10 jeunes auteurs10 jeunes auteurs à surveiller