ICI Radio-Canada Première

Plus on est de fous, plus on lit!

Plus on est de fous, plus on lit! rss

Du lundi au jeudi de 13 h à 14 h (rediffusion à 20 h)

Marie-Louise Arsenault

Plus on est de fous, plus on lit!
10 jeunes auteurs à surveiller
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
 
 
 
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
 
 
 
 
 
 

Les meilleurs moments : Émission du jeudi 19 juin 2014

Arts et culture

De retour le 18 août!

L’équipe qui a travaillé sur l’émission <i>Plus on est de fous, plus on lit!</i> durant la saison 2013-2014. De gauche à droite : la recherchiste Marie-France Lemaine, l’assistante-réalisatrice Camille Pagé-Parent, la comédienne Catherine Trudeau, la réalisatrice Joanne Bertrand, l’animatrice Marie-Louise Arsenault, le comédien Gildor Roy, la recherchiste Maude Paquette, le technicien Steeve Côté, la recherchiste Noémie Désilets et le poète Jean-Paul Daoust.
L’équipe qui a travaillé sur l’émission Plus on est de fous, plus on lit! durant la saison 2013-2014. De gauche à droite : la recherchiste Marie-France Lemaine, l’assistante-réalisatrice Camille Pagé-Parent, la comédienne Catherine Trudeau, la réalisatrice Joanne Bertrand, l’animatrice Marie-Louise Arsenault, le comédien Gildor Roy, la recherchiste Maude Paquette, le technicien Steeve Côté, la recherchiste Noémie Désilets et le poète Jean-Paul Daoust.     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

Plus on est de fous, plus on lit! fait relâche pour l'été et sera de retour le 18 août! N'oubliez pas de nous écrire vos suggestions pour la nouvelle chronique de Fabien Cloutier, qui sera consacrée aux régionalismes. Quelles sont les mots et expressions caractéristiques de votre coin de pays? Partagez-les en nous écrivant à plusonlit@radio-canada.ca. Bonnes vacances!

Arts et culture

Au cabaret : vers les vacances

Maxime Bouchard et Amélie Pitre, du groupe Les guerres d'l'amour, en pleine prestation.
Maxime Bouchard et Amélie Pitre, du groupe Les guerres d'l'amour, en pleine prestation.     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

C'est la dernière émission de la saison, et nos invités et textes en lecture nous le font bien sentir! Les comédiens Gildor Roy et Catherine Trudeau lisent des extraits du classique estival Jaws (1975) et d'articles de magazines féminins sur la préparation au port du bikini. En musique, le groupe Les Guerres d'l'Amour donne un aperçu de son disco-funk électronique. Nathalie Bondil, directrice et conservatrice du Musée des beaux-arts de Montréal, répond à notre questionnaire littéraire et Jean-Paul Daoust livre son Ode régates.

Arts et culture

La liste de Nathalie Bondil

La directrice et conservatrice en chef du Musée des beaux-arts de Montréal, Nathalie Bondil.
La directrice et conservatrice en chef du Musée des beaux-arts de Montréal, Nathalie Bondil.     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

Elle est directrice et conservatrice en chef du Musée des beaux-arts de Montréal. Née en Espagne et élevée au Maroc, elle a oeuvré dans des grands musées aux Pays-Bas, à New York et en France avant d'atterrir à Montréal. Elle était parmi les têtes d'affiche au récent événement C2MTL et occupe également les fonctions de vice-présidente et membre du comité de programmation de la Société des célébrations du 375e anniversaire de Montréal et vice-présidente du Conseil des Arts du Canada. Voici ses réponses à notre questionnaire littéraire. 
 
À qui aimeriez-vous écrire?  
À ma fille, mais trop de pudeur m'en empêcherait et trop de respect pour ce qu'elle doit devenir elle-même. L'exercice autobiographique n'est pas dans mon goût. Alors, avec le Musée, nous composons pour les générations futures le grand livre de nos collections. C'est un récit à clefs. 
 
Quel est le livre qui a marqué votre enfance? 
Les contes et légendes de divers pays dont je faisais collection, depuis la mythologie jusqu'à la comtesse de Ségur. J'ai eu beaucoup de mal à accepter que le merveilleux n'existait pas, ou plutôt qu'il fallait le chercher ailleurs. 
 
Quel est le livre qui vous aide à vivre?  
Un dictionnaire encyclopédique, du Larousse à Wikipédia. C'est un outil quotidien exceptionnel. Mais je n'ai pas et ne désire pas de guide. Je n'ai pas de mode à penser. J'essaie, modestement mais obstinément, de me faire ma propre idée des choses. Faire la synthèse de plusieurs écrits, observations, rencontres... C'est un exercice passionnant car évolutif.  
 
Quel livre vous vantez-vous d'avoir lu? 
Franchement, aucun. Et puis, je suis, dans ma vie privée, entourée de vrais lecteurs de fond, des marathoniens de la lecture à côté desquels il serait ridicule de me vanter. 
 
Quel livre avez-vous honte d'avoir lu?  
Aucun. C'est une drôle d'idée que d'avoir honte de lire... Vecteur d'émotions et de réflexion, il faut plutôt encourager la lecture, quelle qu'elle soit.  
 
Sinon, je feuillette la presse magazine le vendredi soir pour relaxer, des articles féminins ou people; c'est mon temps de légèreté assumé, ma TV sur papier très rapide à consommer, et peu chronophage, contrairement à la télévision, que je ne regarde jamais. Comment font les gens? 
 
Quel est le plus beau personnage de la littérature, du théâtre ou du cinéma?  
Dans L'Illiade, c'est Hector qui m'arrache des larmes plus qu'Achille, mais c'est vraiment Ulysse qui est pour moi un personnage initiatique... Inspirant jusqu'au capitaine Némo de Jules Verne!  
 
Récemment, Icare, de Michel Lemieux et Victor Pilon, avec le texte d'Olivier Kemeid, est une merveilleuse et intelligente relecture du mythe.  
 
Don Quichotte, mais je n'ai pas lu l'ouvrage de Cervantes. Il dépasse le cadre littéraire, raison pour laquelle je peux le citer : idéaliste, romantique, obstiné, noble, généreux, ridicule. C'est un personnage qui fait office de miroir dans son échec d'absolu pour tant d'artistes. 
 
Robinson Crusoé, interprété par Tournier plutôt que par Defoe, reflète mon moi misanthrope sur l'altérité.  
 
Néanmoins, je suis davantage attirée par les personnages réels, leurs biographies, par l'histoire et la sociologie plus que par les personnages de fiction. Ces exemples relèvent plus des mythes fondateurs que du registre romanesque. 
 
Quel livre vous promettez-vous de lire cette année? 
Aïe... J'ai une bibliothèque spécifique de livres en attente. Le choix fait partie du plaisir selon l'inspiration du moment, plutôt vers l'histoire, les biographies et les essais que vers les romans, toujours. Une de mes lacunes selon certains, mais bon...  
 
Au menu, donc, sur mes étagères (outre les livres pour le musée) : Le marché : histoire et usages d'une conquête sociale, de Laurence Fontaine (2014); La destruction des Juifs d'Europe, de Raul Hilberg, sur 1000 pages, un devoir de mémoire; L'esthétisation du monde : vivre à l'âge du capitalisme artiste, de Gilles Lipovetsky et Jean Serroy (2013); Le rêve de Champlain, de David Hackett Fischer et du Dany Laferrière, de qui je n'ai toujours rien lu.  
 
Quel livre aimez-vous offrir en cadeau?  
Les publications du Musée des beaux-arts de Montréal, qui est un des plus importants éditeurs d'art au Canada, et dont les ouvrages sont distribués à l'international, du Louvre au MoMA. Ce n'est pas de la promotion ici, mais une vraie fierté et un enthousiasme réel car je suis totalement passionnée par l'édition des livres d'art dans tous ses aspects (travail éditorial et graphique...). J'y consacre beaucoup de temps. Ce sont un peu nos enfants que je veux encourager... Avec l'objectivité d'une mère! 
 
Pourquoi lisez-vous? 
Pour apprendre et pour comprendre. Pour admirer et pour rêver. Le temps seul manque. 
 
Quel mot définit notre époque?  
« Global » : c'est une révolution dans notre évolution.  
 
Quel film pouvez-vous voir et revoir sans vous lasser? 
Trois films qui fonctionnent sur la dualité : le romantisme de destins individuels guerriers face à la conscience du sacrifice et à l'émergence d'une société civilisatrice et moderne : Il était une fois dans l'ouest, de Sergio Leone, Les duellistes, de Ridley Scott, et Hero, de Zhang Yimou. Trois opéras cinématographiques dont la beauté esthétique et la force mythologique ne me lassent jamais. Ce sont des légendes. J'adore le genre western, dans sa plus large acception, et je souhaite depuis longtemps faire une exposition sur le mythe du western. 
 
Quelle est votre série télé marquante? 
Je n'en regarde aucune. Quand j'étais enfant, j'aimais Columbo, la roublardise du personnage et le casse-tête des intrigues.  
 
Quelle est votre réplique fétiche du cinéma, du théâtre ou de la télé?  
J'irai spontanément vers l'humour : l'art de la comédie est subtil et pluriel. L'humour ouvre les portes de l'esprit plus efficacement que le drame... l'air de rien. J'aime Charlie Chaplin, Alfred Hitchcock, Woody Allen, François Truffaut, Denys Arcand, Pedro Almodovar, les frères Coen, Alain Resnais, l'univers des Jabac (Bacri/Jaoui) et d'Étienne Chatilliez, des acteurs du Splendide et Luchini sans modération, sans oublier les dialogues cultes de Lautner avec Michel Audiard et ceux de Francis Veber. 
 
Une scène des Tontons flingueurs, de Georges Lautner, scénarisé par Michel Audiard (1963): 
 
« Les cons, ça ose tout! C'est même à ça qu'on les reconnaît! 
 
- Tais-toi! 
 
Le directeur de la prison : Docteur il faut me débarrasser de lui, je suis sûr qu'il serait mieux à l'asile.  
 
Médecin : C'est un asile de fous pas un asile de cons! Faudrait construire des asiles de cons mais vous imaginez un peu la taille des bâtiments! » 
 
Quelle est une réplique que vous avez déjà dite et qui vous est restée en mémoire? 
L'autocitation, je ne sais pas. Mes proches ou mes collaborateurs pourraient vous dire ce que je radote... 
 
Quel est le plus beau texte de chanson qui soit?  
Jacques Brel. J'aurais du mal à choisir. Il chante chacun des moments de nos vies, de l'enfance à la mort : humanité, intelligence, lucidité, simplicité, tendresse, facétie, jamais de méchanceté, nous accompagnent à chaque âge... sans une ride. Ces paroles sont de la poésie; avec la musique, c'est une émotion qui vous renverse; et avec Jacques Brel, c'est une interprétation au-delà du théâtre. Plus j'avance en âge, plus il grandit en moi. Un homme qui cirait frénétiquement ses chaussures par trac avant de rencontrer son public. Élégance du coeur.  
 
Il a trop de chansons pour n'en citer qu'une. C'est une encyclopédie de l'âme et du sentiment : Voir un ami pleurer, La chanson des vieux amants, La Fanette, Les désespérés, j'aime beaucoup... Sur un registre plus drôle : Une ostendaise, À jeun et Vésoul, par exemple, mais le choix est cruel. 
 
Récemment, et grâce au film touchant Gabrielle, j'ai réécouté Niagara avec Pendant que les champs brûlent, dont j'aime les paroles poétiques et torrides.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Site du Musée des beaux-arts de Montréal

Musique

Les Guerres d'l'Amour pour la paix du corps

Maxime Bouchard et Amélie Pitre, du groupe Les guerres d'l'amour, en pleine prestation.
Maxime Bouchard et Amélie Pitre, du groupe Les guerres d'l'amour, en pleine prestation.     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

Ce collectif montréalais de 12 musiciens et danseurs donne dans une musique assez unique pour l'époque. Quelques part entre le disco, le funk et une certaine tradition populaire québécoise, ils induisent la danse, évoquant tantôt Parliament, tantôt la musique de Saturday night fever ou encore les comédies musicales classiques telles Pied d'poule. Deux membres de la troupe sont avec nous pour interpréter des extraits de l'album Unisexe, paru en mars dernier, ainsi qu'une nouvelle chanson.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Les guerres d'l'amour sur Bandcamp
HYPERLIEN - Les guerres d'l'amour sur Facebook
HYPERLIEN - Les guerres d'l'amour sur YouTube

Arts et culture

L'Ode régates de Jean-Paul Daoust

Le poète Jean-Paul Daoust.
Le poète Jean-Paul Daoust.     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

Les régates de Valleyfield sont un événement incontournable de cette banlieue montréalaise et un signe sûr que l'été est bien installé. Lui-même originaire de Valleyfield, notre poète en résidence garde bien des souvenirs de ce rendez-vous annuel. Il en raconte quelques-uns dans son dernier texte de la saison.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Site de Jean-Paul Daoust

Arts et culture

« Alors c'est décidé, on prend ses fesses en main! »

Les comédiens Gildor Roy et Catherine Trudeau en pleine lecture de texte.
Les comédiens Gildor Roy et Catherine Trudeau en pleine lecture de texte.     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

À l'approche de la belle saison, les magazines et blogues féminins redoublent de conseils, d'astuces et d'encouragements destinés aux lectrices soucieuses de mieux paraître en maillot de bain. Ceci n'est pas sans lien avec une étude conjointe datant de 2011 de l'Agence de santé et des services sociaux de Laval et de Québec en forme qui révélait que 65 % des filles élèves au primaire sont insatisfaites de leur corps. Gildor Roy et Catherine Trudeau lisent quelques conseils glanés dans ces publications.

Arts et culture

Le cabaret en images



VOS SUGGESTIONS

 

Chaque jeudi, nous choisissons trois livres parmi vos recommandations!
 Faites-nous vos suggestions

 

Devenez juré pour le Prix des lecteurs Radio-CanadaInscrivez-vous au Prix de la poésie Radio-Canada

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes!


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
 
 
 
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
 
 
 
 
 
 

Prochainement à l'émission

Consultez le guide horaire

Dernière baladosiffusion disponible

Plus on est de fous, plus on lit!

Réseaux Sociaux Devenez fans Suivez-nous sur Twitter
Été 2014Combat des livres