ICI Radio-Canada Première

Plus on est de fous, plus on lit!

Plus on est de fous, plus on lit! rss

En semaine de 13 h 30 à 15 h 
(en rediffusion à 20 h 30)

Marie-Louise Arsenault

Plus on est de fous, plus on lit!
Les incontournables canadiens
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
 
 
 

Les meilleurs moments : Émission du mardi 1 septembre 2015

Livres

Alain Mabanckou : satire tragique du Congo des années 1970

L'écrivain congolais Alain Mabanckou
L'écrivain congolais Alain Mabanckou     Photo : Getty images/AFP/Joel Saget

« Je regrette cette époque qui était celle de la solidarité. L'Europe pensait que nous étions pauvres, affamés et sans idées, sans histoire, mais nous étions les plus forts parce que nous riions dans notre misère de cette sorte de suffisance européenne », dit l'auteur congolais Alain Mabanckou, qui publie son 11e roman, Petit Piment. La jeunesse d'un vieil homme croisé dans la rue à Pointe-Noire, appelé Moïse, mais dont le vrai nom signifie « Rendons grâce à Dieu, le Moïse noir est né sur la terre des ancêtres », permet au truculent écrivain de mettre en scène la révolution socialiste scientifique congolaise, la maltraitance dans les orphelinats et l'importance communautaire de la prostitution. 
 
« Chez nous, les prostitués étaient de grandes Mère Teresa dont le cœur était à l'intérieur », raconte Alain Mabanckou.  
 
L'auteur de Verre cassé et de Mémoires d'un porc-épic est nostalgique de cette époque où les liens entre les siens étaient plus forts. « Chez nous, il n'y avait pas à l'époque la question de réfugiés parce que la société était fondée sur la notion d'hospitalité. » 
 
Résumé de l'éditeur 
Qui est Petit Piment? Un marginal qui sombre dans la folie? Ou un esprit blessé et lucide qui va reprendre son destin en main contre les fatalités de l'Histoire et l'arbitraire des décideurs? 
Jeune orphelin, Petit Piment vit à Pointe­Noire et effectue sa scolarité dans une institution d'accueil catholique placée sous l'autorité abusive et corrompue de Dieudonné Ngoulmoumako. Mais avec l'arrivée de la révolution socialiste, les cartes sont redistribuées. Petit Piment en profite pour s'évader avec deux jumeaux à la brutalité légendaire, abandonnant ainsi son meilleur ami qui refuse de le suivre. 
 
L'adolescent s'adonne alors, avec son clan, à toutes sortes de larcins, jusqu'à ce que le maire décide de nettoyer leur zone d'action. Petit Piment trouve refuge auprès de Maman Fiat 500 et de ses dix filles, et la vie semble enfin lui sourire dans la gaieté quotidienne de cette maison pas si close que ça, où il rend toutes sortes de services. Mais le maire décide d'une nouvelle intervention énergique pour éradiquer la prostitution. 
 
C'en est trop, Petit Piment perd la tête. De bonnes âmes chercheront à le soigner (médecin, psychanalyse ou sorcier), mais l'apparente maladie mentale ne lui fait pas oublier qu'il a une vengeance à prendre contre ceux qui ont brisé son destin. 
 
Référence : 
Petit piment, Alain Mabanckou, Seuil, 25 août 2015

Livres

Des livres mettant en scène des musiciens

Wolfgang Amadeus Mozart
Wolfgang Amadeus Mozart     Photo : Getty Images/Hulton Archive

« Cet été, j'ai dévoré le roman Nina Simone de Gilles Leroy. Depuis, j'ai vraiment envie de lire des romans qui mettent en scène des musiciens, réels ou imaginaires. Auriez-vous des suggestions pour moi? », demande Stéphane Gingras, un auditeur de Rawdon. Notre collaborateur Nicolas Tittley lui suggère quatre livres en ne se limitant pas au genre du roman. 
 
Amadeus, de Peter Shaffer, éditions Avant-Scène, 2005 
Tous les matins du monde, de Pascal Quignard, Gallimard, 1991 
Une simple mélodie, d'Arthur Phillips, Le Cherche midi, 2012 
Novecento : pianiste, d'Alessandro Barrico, Gallimard, 1994 
 
D'autres suggestions : 
Le rêve de Meteor Slim, de Frantz Duchazeau, Éditions Sarbacane, 2008 
La terre sous ses pieds, de Salman Rushdie, Plon, 1999 
Great Jones Street, de Don DeLillo, Actes Sud, 2014 
Le blues de Buddy Bolden, de Michael Ondaatje, Boréal, 1987

Livres

Pierre Lefebvre : pauvreté monétaire, richesse intellectuelle

L'auteur et rédacteur en chef de la revue <i>Liberté</i> Pierre Lefebvre
L'auteur et rédacteur en chef de la revue Liberté Pierre Lefebvre     Photo : Radio-Canada/Olivier Paradis-Lemieux

« Pour nous les pigistes, les crêtes de l'économie ça ne change rien. On est déjà cassés. » Le rédacteur en chef de la revue Liberté, Pierre Lefebvre, lance Confessions d'un cassé, un recueil de chroniques dans lesquels il s'interroge sur notre rapport à l'argent. Vivant avec moins de 20 000 $ par année, il a été entre autres libraire, gardien de nuit, réalisateur, des emplois qu'il considère insignifiants. En entrevue avec Marie-Louise Arsenault, il explique avoir volé partout où il a travaillé, pour se désennuyer : « Je connais très peu de libraires qui n'ont jamais volé de livres. » 
 
Référence : 
Confessions d'un cassé, Pierre Lefebvre, Boréal, 25 août 2015

Archives

Les références de l'émission du 1er septembre 2015

Petit piment, Alain Mabanckou, Seuil, 25 août 2015 
 
Si dieu existe, Joann Sfar, Éditions Delcourt, 2 juillet 2015 
 
Confessions d'un cassé, Pierre Lefebvre, Boréal, 25 août 2015 

VOS SUGGESTIONS

 

Chaque jeudi, nous choisissons trois livres parmi vos recommandations!
 Faites-nous vos suggestions

 

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes!


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
 
 
 

Prochainement à l'émission

Le mercredi 2 septembre 2015
Le 4e tome de la série «Millenium»; première analyse de textes de chansons

Consultez le guide horaire

Dernière baladosiffusion disponible

Plus on est de fous, plus on lit!

Réseaux Sociaux Devenez fans Suivez-nous sur Twitter
Hiver 2015Arts et divertissement - LittératureSur les traces de Kerouac, le livre numérique