ICI Radio-Canada Première

Combat des livres 2012

Plus on est de fous, plus on lit!

Du lundi 26 mars au jeudi 29 mars de 20 h à 21 h

Le combat des livres 2012

titre Chroniques de Jérusalem, La petite et le vieux, Le sourire de la petite juive, La voleuse d'hommes

Quatre débatteurs aux arguments musclés s’affrontent dans le
9e Combat des livres de Radio-Canada. Le jury n’en sauvera qu’un seul. Du 26 au 29 mars à 20 h, avec l’animatrice Marie-Louise Arsenault.

Radio-Canada présente son 9e Combat des livres, version française de Canada Reads, une initiative de la CBC, dans le studio de l’émission Plus on est de fous, plus on lit!, animée par Marie-Louise Arsenault, afin de déterminer le livre ultime, celui que tous devraient lire. C'est un jury qui éliminera les panélistes et les ouvrages qu'ils défendent, jusqu'à ce qu'il n'en reste qu'un, couronné champion. Joignez-vous à la mêlée en prenant part au débat et en nous signalant quel est votre livre préféré.



Livres en compétition

  • Défendu par
    Gildor Roy
  • Défendu par
    Yves Lamontagne
  • Défendu par
    Nabila Ben Youssef
  • Défendu par
    Tasha Kheiriddin

Faits sallants

JOUR 1

Sous l’œil attentif du jury citoyen, les panélistes ont préparé leurs arguments-chocs et sont prêts à décocher leurs premières flèches. Le combat débute plus cruellement que prévu alors que Gildor Roy et Yves Lamontagne lancent leur premières salves sur La voleuse d’hommes, roman de Margaret Atwood, défendu par Tasha Kheiriddin. Qu’à cela ne tienne, la journaliste et ancienne avocate est bien armée pour se défendre. Nabila Ben Youssef ne perd pas de temps non plus à se demander si Chroniques de Jérusalem, défendu par Gildor Roy, se qualifie vraiment puisque ce n’est pas un vrai roman… La discussion est aussi très vive autour du roman Le sourire de la petite Juive, qui aborde le thème délicat de la cohabitation des cultures à Montréal.


N’oubliez pas d’aller voter pour votre livre favori en lice pour le Prix du public Zone d’écriture


Consultez aussi le compte-rendu détaillé des délibérations par Nicolas Langelier.

Participez au débat

Extraits audio

Photos



JOUR 2

Chacun des combattants a sorti ses couteaux les mieux affûtés ce soir pour éviter d'être le premier à voir son livre éliminé. Invités à discuter des personnages et de la force de l'écriture de leurs romans respectifs, ils ont eu des arguments convaincants : Nabila Ben Youssef a défendu l'utilité sociale du roman Le sourire de la petite juive, pendant qu'Yves Lamontagne, un grand romantique, a dit des personnages de La petite et le vieux qu'ils étaient écrits avec amour. Gildor Roy a choisi une autre stratégie en affirmant que le héros de Chroniques de Jerusalem était le plus attachant de tous. Tasha Kheiriddin, ne reculant devant aucun tabou, a osé discuter sexe et sensualité.


N’oubliez pas d’aller voter pour votre livre favori en lice pour le Prix du public Zone d’écriture



Consultez aussi le compte-rendu détaillé du jour 2 par Nicolas Langelier

Participez au débat

Extraits audio

Photos



JOUR 3

Un roman doit-il à tout prix être original? C'est l'une des questions débattues ce soir par les combattants, gonflés à bloc. Le Dr Yves Lamontagne, qui défend La petite et le vieux, un roman au style plus convenu, a été attaqué de toutes parts. Il s'en est sorti honoré de la confiance du jury, qui a plutôt choisi d'éliminer La voleuse d'hommes, roman de Margaret Atwood défendu par Tasha Kheiriddin. Gildor Roy semble, lui, inébranlable et n'hésite pas à user d'arguments émotifs. Une bonne stratégie? L'avenir nous le dira.


N’oubliez pas d’aller voter pour votre livre favori en lice pour le Prix du public Zone d’écriture

Consultez aussi le compte-rendu détaillé du jour 3 par Nicolas Langelier, sur Zone d'écriture.

Participez au débat

Extraits audio

Photos



JOUR 4

Ce fut une chaude lutte à deux entre Gildor Roy et le Dr Yves Lamontagne, qui défendent des œuvres radicalement différentes. Le bon docteur, studieux comme toujours, a sorti l'attirail critique et expliqué en quoi le roman La petite et le vieux s'inscrit dans la tradition littéraire québécoise. Stratégie payante, puisque le jury l'a couronné vainqueur, ainsi que le public. Gildor Roy, qui défend Chroniqes de Jérusalem a tout de même convaincu en soulignant l'importance de poser un regard québécois sur les enjeux internationaux, tel que le fait l'auteur Guy Delisle dans son roman graphique. Le combat s'est terminé dans une effusion de joie, comme il se doit.

Consultez aussi le compte-rendu détaillé du jour 4 par Nicolas Langelier, sur Zone d'écriture.

Participez au débat

Extraits audio

Photos



Participez au débat

Extraits audio

Photos

Livres en compétition

Les livres

Les Panelistes

Vos arguments

Le jury

Les questions

Concours