ICI Radio-Canada Première

Plus on est de fous, plus on lit!

Plus on est de fous, plus on lit! rss

En semaine de 13 h à 15 h 
(en rediffusion à 1 h)

Marie-Louise Arsenault

Plus on est de fous, plus on lit!
Logo Radio-Canada

Livres

L'actualité vue par les livres : le racisme envers les Autochtones

Le lundi 7 décembre 2015

Sitting Bull et Buffalo Bill (Musée McCord), la gare Dalhousie en 1885 (Archives Canadien Pacifique) et Louis Riel
Sitting Bull et Buffalo Bill (Musée McCord), la gare Dalhousie en 1885 (Archives Canadien Pacifique) et Louis Riel     Photo : Musée McCord, Archives Canadien Pacifique et Radio-Canada

Le 30 novembre dernier, CBC a pris la décision exceptionnelle d'interdire les commentaires sur les articles de son site web portant sur les Autochtones. La raison? Un nombre déconcertant de propos haineux, voire violents. Le racisme envers les Autochtones n'est pas né la semaine dernière. Jean-Philippe Cipriani en retrace les origines et parle de son incorporation au coeur même du projet colonial sur lequel s'est fondé le Canada. 
 
La destruction des Indiens des plaines 
Ouvrage historique magistral venant tout juste d'être traduit en français, il retrace les moyens qu'ont pris les politiciens du 19e siècle pour exterminer les peuples des Premières Nations. L'historien James Daschuk y trace un portrait peu flatteur des bâtisseurs canadiens, à commencer par John A. Macdonald.  
 
Celui qu'on connaît comme un des Pères de la Confédération a joué un rôle actif dans le confinement dans les réserves, l'extermination des bisons et la distribution de viande avariée, tout en empochant des pots-de-vin pour « nettoyer » le territoire pour la construction du chemin de fer transcanadien.  
 
« Un livre à rendre obligatoire dans toutes les écoles du Québec pour combattre l'ignorance qui nourrit le racisme », ajoute Émilie Dubreuil.  
 
Histoire(s) et vérité(s) : récits autochtones 
De descendance Cherokee, Thomas King se penche sur la place de l'Indien dans la culture populaire. Il ne mâche pas ses mots, brise les tabous et ne s'empêtre pas dans le politiquement correct. Sur un ton humoristique et frondeur, il aborde des questions fondamentales sur les fossés qui séparent les Premières Nations des Blancs colonisateurs.  
 
Si l'Indien ne mettait pas des vestes à franges, des plumes et des colliers en os, les Blancs ne le prenaient pas au sérieux, alors que les siens le haranguaient en le traitant d'Autochtone de façade, relate Thomas King dans le livre, soulevant ainsi les complexités et les nuances de l'identité autochtone contemporaine. 
 
Les livres mentionnés dans ce segment :  
 
- La destruction des Indiens des plaines : maladies, famines organisées et disparition du mode de vie autochtone, de James Daschuk, traduction de Catherine Ego (Presses de l'Université Laval, 2015).  
 
- Histoire(s) et vérité(s) : récits autochtones, de Thomas King, traduction de Rachel Martinez (Éditions XYZ, novembre 2015).


Créer un compte

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes

Chroniques récentes

7 décembre 2015

Au club de lecture : le polar, pour le meilleur et pour le pire

4 décembre 2015

Micro ouvert de Mélissa Verreault : Rimes embrassées pour peuple éploré

4 décembre 2015

Ode insomnie

4 décembre 2015

La liste de Pierre Curzi

4 décembre 2015

Au cabaret : enquêtes et réprimandes littéraires