Logo Radio-Canada
Commanditaire

Pénélope McQuade

Émission / Animatrice

Pénélope McQuade

1970 : Naissance à Québec d'une enfant qui n'aura des cheveux que trois ans plus tard... Un karma capillaire qui la suivra toute sa vie durant.

1973-1975 : Toute jeune, Pénélope suit son célèbre père, Winston McQuade, dans son aventure radio-canadienne francophone à Toronto. La graine est semée, cela prendra 20 ans avant que l'arbre ne pousse. Pénélope en profite pour acquérir les bases d'un bilinguisme qu'elle perfectionnera plus tard.

1988 : Procédant par élimination – les sciences pures, la philosophie et l'herboristerie étant hors de question –, Pénélope entre au Cégep Jean-de-Brébeuf en lettres et communications.

1990 : Un véritable dilemme s'installe, Pénélope ne veut aucunement noyer son identité dans les traces de son père, mais commence drôlement à prendre goût aux communications. Elle s'inscrit au profil journalisme à l'UQAM en s'entêtant à n'utiliser que son prénom en toutes circonstances. Ses professeurs, dont Pierre Bourgault, ne sont pas dupes...

1993 : Pénélope répond à une chronique de Louise Cousineau dans La Presse et envoie un démo au défunt Radio-Québec afin de devenir chroniqueuse à Services compris. L'arbre est mature, elle fait finalement son entrée dans le merveilleux monde de la télévision. Cette même Louise Cousineau, lors de la conférence de presse annonçant l'émission, s'exclamera discrètement... « Est où la p'tite McQuade qu'on voit ça?!? » Subséquemment, Pénélope refusera toutes demandes d'entrevues où il sera question de son paternel pendant plusieurs années, au grand dam des 7 Jours, Lundi, Écho Vedettes et cie.

1994-2005 : Pénélope consolide son prénom en accumulant les expériences variées.
En télé : Bla bla bla à TVA; Automag plus à TVA; en anglais à CTV; Bon dimanche à TVA; ainsi que Salut, bonjour!, où elle a été chroniqueuse culturelle pendant cinq ans; Cyberclub à TVA (nommée comme animatrice aux Gémeaux); Les copines d'abord à Canal Vie; Maison de rêve; journaliste au Grand journal de Jean Lapierre à TQS; puis Passep'Art à TV5 (nommée comme animatrice aux Gémeaux).
En radio : CKAC, Rythme FM, Énergie et Rock Détente, où elle coanime l'émission matinale de 2003 à 2005.
En presse écrite : elle collabore à différentes publications, dont Clin d'oeil à titre de rédactrice en chef de la section beauté en 2004.
Elle découvre aussi l'univers des événements corporatifs à grand déploiement : Gala international Microsoft, Grand Bal de la formule 1, Banque Nationale, Jean Coutu, Gala Reconnaissance UQAM, Assises du tourisme du Québec et cie.

2005-2010 : Pénélope effectue un retour à TVA par la grande porte. Herby Moreau l'invite à coanimer avec lui l'émission Star système, qui, en plus de lui faire fouler tous les tapis rouges de la planète de 2005 à 2008, l'amènera à coanimer plusieurs galas de la rentrée et tapis rouges Gala Artis, en plus de lui permettre de prendre les commandes du talk-show de fin de soirée Juste pour rire en direct dès 2006. Mais le haut fait de sa carrière est sans contredit l'animation de Salut, bonjour! week-end, que Pénélope a eu le grand bonheur de piloter, soutenue par une équipe de grande qualité, pendant trois années.

2011 : Pénélope fait le saut à Radio-Canada, où elle sera à la barre d'un talk-show quotidien portant son nom du printemps à la fin de l'été.

Au cours de tous ces mandats, Pénélope s'associe à des causes qui lui tiennent à coeur : depuis 6 ans, la Fondation Le Grand Chemin pour les jeunes de 12 à 18 ans ayant un problème de toxicomanie, d'alcoolisme et de jeu pathologique, elle est aussi associée de très près au Chaînon et à la Journée des musées montréalais, dont elle est porte-parole depuis 6 ans.

Présentement à l'antenne de la télé

09 h 23

BERNARD

Ailleurs sur Radio-canada.ca