ICI Radio-Canada Première

Pas de midi sans info

Pas de midi sans info

En semaine de 12 h à 13 h

Michel C. Auger

Pas de midi sans info

Archives

dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
1
23456
7
8
9
10111213
14
15
1617181920
21
22
2324252627
28

Les meilleurs moments : Émission du lundi 9 février 2015


Société

La violence faite aux femmes s'invite à la cérémonie des Grammy

Le message de Barack Obama pendant la cérémonie des prix Grammy
Le message de Barack Obama pendant la cérémonie des prix Grammy     Photo : National Academy of Recording Arts and Sciences

Barack Obama en a surpris plus d'un dimanche soir, lors de la cérémonie des prix Grammy. Dans une vidéo, le président américain lance un appel pour promouvoir la campagne It's on us contre la violence faite aux femmes et il en profite pour interpeller les artistes qui ont, selon lui, une responsabilité quant aux messages véhiculés dans leurs chansons. « Les artistes ont le pouvoir unique de changer les esprits et les attitudes, de nous faire réfléchir et de parler de ce qui compte », explique-t-il. Jacques Beauchamp en discute avec la professeure retraitée du Département de sociologie de l'Université de Régina, Alison Hayford, qui est Américaine. 
 
 
Pour elle, la surprise ne vient pas de Barack Obama, mais des organisateurs de la cérémonie des Grammy, qui ont accepté d'intégrer ce segment à la soirée. Elle souligne la contradiction dont ils ont fait preuve en mettant en nomination le rappeur Chris Brown, tristement célèbre pour avoir défiguré la chanteuse Rihanna avant la cérémonie de 2009. Alison Hayford critique aussi le milieu culturel pour avoir « normalisé la violence » des hommes envers les femmes, que ce soit au cinéma ou dans les chansons populaires. Elle note toutefois un changement dans la vision qu'ont les Américains de la violence conjugale : autrefois limitée à la vie privée, elle est aujourd'hui abordée plus facilement dans l'espace public. 

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Le message de Barack Obama à la cérémonie des prix Grammy

Société

Les exigences en français nuisent au recrutement de professeurs étrangers de haut calibre

L'entrée principale de l'Université McGill à Montréal
L'entrée principale de l'Université McGill à Montréal     Photo : Université McGill

Le niveau de maîtrise du français demandé aux professeurs étrangers désirant obtenir leur résidence permanente doit être revu à la baisse, car les exigences actuelles compliquent le recrutement de professeurs étrangers de haut niveau. C'est ce qu'affirment les universités anglophones de Montréal, qui profitent de la révision de la Loi sur l'immigration lancée par la ministre Kathleen Weil pour mettre en lumière cette problématique.  
 
Selon Olivier Marcil, directeur adjoint aux relations externes de l'Université McGill, les exigences actuelles ne sont pas réalistes. De son côté, Pierre Curzi, ex-politicien et ardent défenseur de la langue française, trouve l'argument de ces universités faible et considère « inimaginable » qu'un futur résident permanent ne démontre pas une intention ferme d'apprendre la langue officielle du Québec.  

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Français : McGill et Concordia affirment que les exigences de Québec nuisent au recrutement

Société

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
1
23456
7
8
9
10111213
14
15
1617181920
21
22
2324252627
28

Prochainement à l'émission

Consultez le guide horaire

Babillard

Pour suivre Michel C. Auger et son équipe, rendez vous sur le site de Midi info.

Réseaux Sociaux Pas de midi sans info