ICI Radio-Canada Première

Pas banale, la vie!

Pas banale, la vie!

Le samedi de 6 h à 7 h  
(en rediffusion à 22 h)

Isabelle Craig

Pas banale, la vie!

Archives

dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
232425
26
27
28293031
 
 

Les meilleurs moments : Émission du mardi 22 décembre 2015


Société

Territoires et migration

De gauche à droite, Aldège Turbide et Jeannine Gaudet, Marta Saenz de la Calzada ainsi que la famille Tep
De gauche à droite, Aldège Turbide et Jeannine Gaudet, Marta Saenz de la Calzada ainsi que la famille Tep     Photo : Radio-Canada/Isabelle Craig

Isabelle Craig a rencontré des gens qui ont tout laissé derrière eux pour continuer leur vie ailleurs, comme la famille Tep, qui a fui la sanglante dictature khmère pour Varennes, et Marta Saenz de la Calzada, qui a quitté l'oppressante Espagne de Franco pour l'Abitibi. Elle présente aussi l'histoire méconnue de l'établissement de 27 familles de Madelinots dans les années 1940 sur l'île de Nepawan, en Abitibi.  
 
La famille Tep : fuir pour vivre 
Pour la famille Tep, les célébrations du temps des Fêtes n'ont pas lieu le 24 décembre ou le 1er janvier, elles ont lieu le 19 décembre, le jour de leur arrivée au Canada. Comme des dizaines de milliers de compatriotes, les Tep ont quitté le Cambodge pour fuir les Khmers rouges. Après un an dans un camp de réfugiés en Thaïlande qu'ils ont atteint après avoir traversé la jungle, ils ont immigré au Québec, à Varennes, où ils ont trouvé une nouvelle vie. 
 
Pour se souvenir de leur parcours mouvementé et périlleux, dans la salle à manger de la maison familiale, un tableau lumineux affiche en permanence : « 19 décembre, bonne fête à la famille Tep ».  
 
Des Îles-de-la-Madeleine à l'Abitibi 
Dans les années 1940, 27 familles, plus de 200 personnes, ont quitté les Îles-de-la-Madeleine, surpeuplées, pour s'établir sur l'île Nepawa, située au coeur du lac Abitibi. Ils sont arrivés sur une terre jamais défrichée, jamais civilisée, et ils ont dû trimer dur pour s'y établir. Même si le dépaysement était fort pour ces familles, le sentiment d'éloignement était moindre, puisque partout autour de soi il y avait frères, soeurs, cousins et cousines. 
 
Les documentaristes Céline Lafrance et Sylvio Bénard racontent cette histoire de la colonisation de l'Abitibi à Isabelle Craig. Ils lui présentent Aldège Turbide et Jeannine Gaudet, qui ont connu cette migration intérieure. 
 
Le documentaire Des îles de la Madeleine à l'île Nepawa est en cours de production. Il sera présenté en septembre prochain à l'île Nepawa, lors d'un grand rassemblement des descendants de ces Madelinots visant à marquer les 75 ans de leur arrivée en Abitibi.  
 
 
Marta Saenz de la Calzada : raconter l'immigration 
De l'Espagne fasciste à l'Abitibi des années 1960, Marta Saenz de la Calzada fait partie de ces intellectuels immigrants venus participer au développement et à l'effervescence du Québec de la Révolution tranquille. 
 
L'Abitibi accueille à cette période d'importants contingents d'étrangers et de Québécois déracinés. Entre eux, il se crée rapidement une solidarité qui vient apaiser la nostalgie de la contrée natale, comme le raconte dans ses contes et récits Marta Saenz de la Calzada.

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
232425
26
27
28293031
 
 

Dernière baladosiffusion disponible

Pas banale, la vie!