ICI Radio-Canada Première

Midi info

Midi info

En semaine de 11 h 30 à 13 h

Michel C. Auger

Midi info
Logo Radio-Canada

International

Chicago, ville d'adoption d'Obama, appauvrie durant son règne

Le mardi 10 janvier 2017

Le président des États-Unis Barack Obama lors d'un point de presse à la Maison-Blanche
Le président des États-Unis Barack Obama lors d'un point de presse à la Maison-Blanche     Photo : Presse canadienne / Pablo Martinez Monsivais

« Si Barack Obama revient vivre à Chicago dans quelques années, il reconnaîtra la ville qu'il a quittée en 2008 : c'est toujours la même ville, ses problèmes ont juste empiré ». C'est le constat que fait Leonard Cavise, professeur retraité de droit à l'Université DePaul à Chicago, au micro de Michel C. Auger. 
 
Chicago est une ville significative pour Barack Obama : il y a été travailleur social et professeur de droit. C'est là qu'il a rencontré Michelle et qu'il est devenu sénateur. La ville de Chicago est désormais plombée par la pauvreté et un taux d'homicides parmi les plus élevés aux États-Unis. 
 
« La violence à Chicago [découle] de l'existence des gangs ainsi que de la disponibilité des fusils, mais en dessous de ça, la raison, c'est la pauvreté. On trouve de vastes quartiers sans services, sans commerces, sans centres communautaires, etc. Ils ont seulement les églises. Il y a peu d'organismes économiques et communautaires pour appuyer la communauté afin qu'elle puisse s'améliorer ». 
 
Selon M. Cavise, Barack Obama a eu peu d'influence sur la situation de Chicago. « Le fédéral ne s'est pas investi dans les grands problèmes de la ville, à part quelques cadeaux ici et là. Celui qui a un effet direct sur la ville, c'est le maire Rahm Emanuel, en poste depuis 2011. C'est un proche d'Obama. Il a été son premier directeur de cabinet à la Maison-Blanche. Il a fermé une cinquantaine d'écoles dans les quartiers pauvres et il a favorisé l'économie dans les quartiers [embourgeoisés]. »  
 
La partie sud de la ville, Southside, n'est pas monochrome pour autant. « On y trouve des quartiers intellectuels et sophistiqués », décrit M. Cavise. « Pour plusieurs habitants de Chicago, Obama est considéré comme un fils. Il a beaucoup d'affection pour la ville. Il y sera toujours le bienvenu. » 
 
 
Faites-nous part de vos commentaires :  
 
 
- Par courriel 
 
- Par téléphone au numéro 1 855 295-­5206 
 
- Et sur Twitter @midiinfo


Créer un compte

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes

Chroniques récentes

24 avril 2017

Front national : « le parti des régions désespérées »

19 avril 2017

La bataille sur l'avenir de la gestion de l'offre reprend de plus belle

7 avril 2017

Frappes américaines en Syrie : impulsives ou stratégiques?

5 avril 2017

Hongrie : L'université ciblée par Orban refuse de fermer

23 mars 2017

Attentat terroriste à Londres : « Il est très difficile de parer ce genre d'attaque »

10 mars 2017

Louise Arbour : « La mobilité humaine est inévitable!  »