ICI Radio-Canada Première

Médium large

Médium large rss

En semaine de 9 h à 11 h 30 
(en rediffusion à 22 h)

Catherine Perrin

Médium large
Logo Radio-Canada

International

Disparition du vol MH370 : « On nous a menti »

Le mercredi 8 mars 2017

Des débris du vol MH370 de Malaysia Airlines, disparu le 8 mars 2014
Des débris du vol MH370 de Malaysia Airlines, disparu le 8 mars 2014     Photo : Getty/AFP/ADRIEN BARBIER

Ghislain Wattrelos a deux certitudes : la disparition du vol de Malaysia Airlines, qui a emporté sa femme et deux de ses enfants il y a 3 ans, n'était pas un accident, et il ne faut pas s'attendre à des réponses de la part des autorités. Depuis le 8 mars 2014, ce haut cadre d'une société française affirme que les recherches ont été menées au mauvais endroit et soutient les thèses d'un détournement ou de la destruction volontaire de l'avion par un État. Incapable de refaire sa vie tant qu'il n'aura pas obtenu de réponses, Ghislain Wattrelos explique à Catherine Perrin pourquoi il croit que la vérité a été dissimulée. 
 
« La théorie officielle, c'est : l'avion a fait demi-tour, il a retraversé la Malaysie et tout à coup, il est descendu au sud, il est tombé, il s'est [écrasé] – parce qu'il n'avait plus d'essence – au fin fond de l'océan Indien », souligne Ghislain Wattrelos.  
 
Tous les experts qu'il a rencontrés au nom des proches des victimes contredisent néanmoins cette hypothèse. Les probabilités d'un attentat terroriste ou d'un suicide ne tiendraient pas non plus : « Il est évident que ce n'est pas le pilote. On ne va pas se suicider au bout de 8 heures. Et de toute façon, ce trajet d'avion est incompréhensible. » 
 
Des avions télécommandés?
 
Il dit maintenant considérer des scénarios qui lui semblaient peu crédibles au début de ses recherches. « Il est évident pour moi aujourd'hui que les Américains peuvent contrôler des avions à distance. George Bush a dit, après le 11 Septembre : "Il faut qu'on puisse contrôler les avions à distance si jamais un avion est pris par des terroristes." Ça, je n'y croyais pas, il y a 3 ans. Je me suis renseigné, j'ai trouvé les brevets, je suis allé voir des spécialistes... Il est évident qu'on peut contrôler des avions à distance. Ça expliquerait pourquoi on ne veut pas tout dire. »


Créer un compte

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes

Chroniques récentes

22 mars 2017

Le Japon, enclave monoculturaliste parmi les flux migratoires

15 mars 2017

Laura Codruta Kovesi, icône de la révolte roumaine

9 mars 2017

Famines : un ancien sociologue de l'ONU blâme les multinationales

3 mars 2017

Oprah, future candidate présidentielle?

24 février 2017

Brésil : un Carnaval de Rio moins joyeux dans un pays endolori