ICI Radio-Canada Première

Médium large

Médium large rss

En semaine de 9 h à 11 h 30 
(en rediffusion à 22 h)

Catherine Perrin

Médium large
Logo Radio-Canada

Société

Judith Lussier explique sa capitulation face au harcèlement en ligne

Le mercredi 1 mars 2017

Judith Lussier
Judith Lussier     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

La chroniqueuse et journaliste est épuisée par le flot constant de haine, de paternalisme et de violence verbale dont elle fait l'objet. C'est pour cela qu'elle abandonne sa chronique hebdomadaire au journal Métro, qu'elle tenait depuis sept ans. Elle estime que les femmes paient trop cher leur droit de s'exprimer dans des chroniques d'opinion et s'impose un recul. Judith Lussier parle à Catherine Perrin de l'urgence d'une meilleure éducation à la bienséance numérique. 
 
« Le climat de discussion, de manière générale, est malsain », déplore la journaliste, qui dit être devenue féministe en rédigeant des chroniques, au vu de l'intolérance de certains lecteurs envers les voix féminines.  
 
Bloquer n'est pas assez
 
Elle juge simplette la proposition, maintes fois reçue, de tout simplement bloquer les commentaires haineux et leurs auteurs, que ce soit sur les sites où sont publiés ses articles ou sur les réseaux sociaux : « C'est un peu une insulte à mon intelligence et aux sept ans que j'ai passés à gérer les trolls! Mais quand on les bloque, c'est qu'on a déjà vu les messages. » 
 
Judith Lussier estime être touchée par le même courant qu'ont dénoncé d'autres chroniqueuses féminines comme Manal Drissi, Marilyse Hamelin, Pascale Navarro et Geneviève Pettersen. « On se fait dire qu'on est radicale, hystérique, alors qu'au fond, on évolue dans un monde où on a des choses à revendiquer parce qu'il y a des choses à changer », constate-t-elle. 
 
Pas de solution 
Selon la chroniqueuse, une documentation assidue des commentaires haineux pourrait être constructive. « Je crois que les gens savent que les femmes reçoivent plus de mépris, mais de mettre des chiffres là-dessus pourrait illustrer le phénomène, dit-elle. Il y a des gens qui ont besoin de se le faire dire. Mais malgré ça... On est à l'ère des fausses nouvelles. On va dire que ces chiffres sont manipulés! [...] Je suis un peu découragée. Je ne vois pas de solution. » 
 


Créer un compte

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes

Chroniques récentes

10 avril 2017

Plaidoyer pour un meilleur diagnostic de la maladie de Lyme au Canada

10 avril 2017

La crise de l'emploi, préoccupation majeure pour les Français

10 avril 2017

Dépôt cette semaine du projet de loi fédéral sur la légalisation de la marijuana

7 avril 2017

Frappes en Syrie : l'absence de consultation avec les alliés inquiète

6 avril 2017

Pepsi : vie et mort d'une publicité catastrophique

5 avril 2017

Danielle Ouimet dévoile ce qui menace les entreprises