ICI Radio-Canada Première

Médium large

Médium large rss

En semaine de 9 h à 11 h 30 
(en rediffusion à 22 h)

Catherine Perrin

Médium large
Logo Radio-Canada

Société

Ces fiers créationnistes qui voient Dieu dans les trous de la science

Le mercredi 22 février 2017

Nicolas Lussier, Jean-Sébastien Morin et Solage Lefebvre
Nicolas Lussier, Jean-Sébastien Morin et Solage Lefebvre     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

Ils ne trouvent pas les réponses qu'ils cherchent dans les théories scientifiques pour expliquer la vie et tendent à y préférer les enseignements de la Bible. Cela ne veut pas dire qu'ils rejettent pour autant tout ce que la science avance. Selon un récent sondage CROP, 40 % des Canadiens et 36 % des Québécois croient que la terre a été créée en 6 jours. En compagnie de la théologienne Solange Lefebvre, deux d'entre eux, Jean-Sébastien Morin et Nicolas Lussier, expliquent à Catherine Perrin ce qu'être créationniste signifie en 2017. 
 
« Pour qu'il y ait un big bang, il faut quand même qu'il y ait quelque chose pour réagir. La science nous dit : "Ex nihilo nihil fit... De rien, rien ne vient." Donc, même pour avoir un big bang, il faut briser une des règles de base de la science, souligne Jean-Sébastien Morin. Pourquoi y a-t-il quelque chose alors qu'il ne devrait rien y avoir? Je suis ici, mais pourquoi suis-je ici? Ça, on doit y répondre et la science n'a pas la réponse. Elle peut répondre au comment, mais la question de la singularité du big bang, elle n'est pas sûre. » 
 
À la recherche de l'élément déclencheur 
Nicolas Lussier évoque la dissension de certains scientifiques quant à la théorie de l'évolution. « De dire que ce n'est pas discuté, que c'est démontré, ça, c'est faux, déclare-t-il. Je crois vraiment au dessein intelligent. Quand on regarde la cosmologie, les constantes de la nature, même des gens non croyants, des scientifiques athées [concluent] qu'il y a une chance [infinitésimale] pour que la vie existe. Il faut que quelque chose de spécial soit arrivé, et ça, c'est en dehors de ce que la science peut expliquer. » 
 
L'un n'empêche pas l'autre 
Selon Solange Lefebvre, l'énoncé des questions du sondage de CROP était trop flou et elle prend les conclusions avec un grain de sel. Elle estime par ailleurs que les croyances religieuses et la foi peuvent cohabiter, tant que l'un n'essaie pas de répondre aux besoins de l'autre. « Ce sont deux discours distincts, dit-elle. Ils ne parlent pas des mêmes choses. Si des scientifiques nient l'existence de Dieu au nom de la science, ce qui peut arriver, c'est inacceptable, parce qu'ils ne peuvent pas le démontrer; la science est dans "l'expérimental". Du côté des croyants, si l'on regarde les théories scientifiques pour essayer de démontrer qu'il y a un dieu là-dedans, c'est aussi assez critiquable à mon avis. [...] C'est un autre ordre de discours. »


Cr�er un compte

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes

Chroniques récentes

10 avril 2017

Plaidoyer pour un meilleur diagnostic de la maladie de Lyme au Canada

10 avril 2017

La crise de l'emploi, préoccupation majeure pour les Français

10 avril 2017

Dépôt cette semaine du projet de loi fédéral sur la légalisation de la marijuana

7 avril 2017

Frappes en Syrie : l'absence de consultation avec les alliés inquiète

6 avril 2017

Pepsi : vie et mort d'une publicité catastrophique

5 avril 2017

Danielle Ouimet dévoile ce qui menace les entreprises