ICI Radio-Canada Première

Médium large

Médium large rss

En semaine de 9 h à 11 h 30 
(en rediffusion à 22 h)

Catherine Perrin

Médium large
Logo Radio-Canada

Société

Snoo, l'intrigante machine à endormir bébé

Le jeudi 20 octobre 2016

Le berceau automatique Snoo, de la compagnie Happiest Baby
Le berceau automatique Snoo, de la compagnie Happiest Baby     Photo : happiestbaby.com

Un nouvel appareil qui détecte les mouvements d'un bébé qui se réveille et le berce pour qu'il se rendorme suscite la controverse. Trois parents – l'animatrice Claudia Larochelle, la psychologue Nadia Gagnier et le publicitaire Stéphane Mailhiot – estiment qu'il peut s'avérer utile pour les parents à bout, mais que son prix est prohibitif et, surtout, qu'il ne sait ni donner le biberon ni changer les couches. Au micro de Catherine Perrin, ils soulèvent les questions qu'une telle invention leur inspire. 
 
« Je ne pense pas que les gens vont préférer texter ou prendre une bière que de s'occuper d'un bébé qui pleure. Mais à un moment donné, quand on est rendu au bout du rouleau, on est prêt à tout essayer », souligne Claudia Larochelle, qui s'inquiète du fonctionnement mécanique de l'objet. « Un mécanisme, ça peut brûler, ça peut surchauffer... Est-ce qu'il y a des dangers de blessures pour l'enfant? » 
 
Vidéo promotionnelle du Snoo 
 
 
Gare aux pertes de vigilance et d'autonomie 
Nadia Gagnier craint que l'appareil mène à une perte de vigilance chez certains parents et qu'il rende les bébés dépendants à une certaine façon de s'endormir. « J'ai toujours valorisé qu'on rende l'enfant autonome dans son sommeil. Il faut essayer de faire en sorte que l'enfant apprivoise sa chambre, s'endorme seul le plus possible, se sécurise lui-même. » 
 
Stéphane Mailhiot s'amuse de la controverse que l'invention suscite. « Ce que je trouve très intéressant dans ce débat, c'est qu'il y a énormément de pression normative, dit-il. Les parents ont un mode de travail avec leurs enfants, et nécessairement, c'est le meilleur au monde parce que c'est le leur! Comme si tous les enfants étaient identiques, faits pareils, que toutes les dynamiques familiales étaient les mêmes. Cette idée de dire : "Moi, je ne m'en servirai pas, donc ce n'est pas bon", ça me fascine. »


Cr�er un compte

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes

Chroniques récentes

10 avril 2017

Plaidoyer pour un meilleur diagnostic de la maladie de Lyme au Canada

10 avril 2017

La crise de l'emploi, préoccupation majeure pour les Français

10 avril 2017

Dépôt cette semaine du projet de loi fédéral sur la légalisation de la marijuana

7 avril 2017

Frappes en Syrie : l'absence de consultation avec les alliés inquiète

6 avril 2017

Pepsi : vie et mort d'une publicité catastrophique

5 avril 2017

Danielle Ouimet dévoile ce qui menace les entreprises