ICI Radio-Canada Première

Médium large

Médium large rss

En semaine de 9 h à 11 h 30 
(en rediffusion à 22 h)

Catherine Perrin

Médium large

Archives

dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
 
123
4
5
67
8
910
11
12
1314151617
18
19
2021222324
25
26
2728
 
 
 
 

Les meilleurs moments : Émission du mercredi 8 février 2017


Arts et culture

Revisiter Le déclin de l'empire américain selon Alain Farah et Patrice Dubois

Alain Farah et Patrice Dubois
Alain Farah et Patrice Dubois     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

Ensemble, l'auteur et le comédien ont adapté le scénario du classique cinématographique de Denys Arcand pour en faire une pièce de théâtre reflétant les réalités du monde de l'après-11 Septembre. Si l'oeuvre qui en résulte a des points communs avec le film, elle s'en écarte à bien des égards, notamment avec de nouveaux personnages. Catherine Perrin reçoit Alain Farah et Patrice Dubois. 
 
« Est-ce qu'on peut encore parler de déclin? Cette génération-là – les baby-boomers de Denys Arcand – est vraiment une génération de gagnants qui arrivent au mitan de leur vie et qui ont tout vécu, jusqu'à un certain point », indique Alain Farah, au sujet de la méticuleuse réécriture de l'œuvre d'Arcand. « S'il y a un déclin, il y a nécessairement [eu] un âge d'or – c'est un peu l'idée du "après nous, le déluge" qu'on sent dans le discours de cette génération-là. Mais, nous, au mitan de notre vie, aujourd'hui, nous n'aurons pas l'impression qu'après nous, il y aura le déluge. » 
 
Positionnement différent 
« [Les baby-boomers] ont vécu la faillite du marxisme-léninisme, des grandes idéologies, des grands projets de société. Ils sont au milieu des années 1980, le SIDA est là, ils sont en pleine guerre froide... Pour eux, ce qui avait à être fait l'a déjà été, fait valoir Patrice Dubois. En ceci, on ne peut pas se positionner comme ça. Pour nous, c'est impossible, aujourd'hui. Ç'a été une des premières choses qu'on s'est dites, Alain et moi. » 
 
Le pièce Le déclin de l'empire américain sera présentée du 28 février au 1er avril à l'Espace Go, à Montréal.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Le déclin de l’empire américain sur le web

Société

Sexe au troisième âge : l'intimité avant la performance

Louise Portal, Madeleine Legault, Jean Lalonde et Sophie Lambert
Louise Portal, Madeleine Legault, Jean Lalonde et Sophie Lambert     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

« Il y a encore ce désir d'être aimé, de toucher et d'être touché », dit Louise Portal. La comédienne de 66 ans participe à l'un des deux nouveaux documentaires sur la sexualité des personnes âgées, tout comme Jean Lalonde, 68 ans, et Madeleine Legault, 82 ans. En compagnie de la réalisatrice Sophie Lambert, ils parlent à Catherine Perrin des découvertes qu'ils ont faites sur le désir en prenant de l'âge. 
 
« On peut être très créatif dans notre sexualité et notre érotisme quand on est plus vieux, parce qu'on est dégagé, souligne Louise Portal. C'est tout le rapport au corps [qui change]. On est mieux dans son corps, mieux dans sa peau, et il y a une espèce d'évolution qui fait qu'on n'est plus dans la performance, on est dans la vraie rencontre avec l'autre. » 
 
Bande-annonce de L'érotisme et le vieil âge 
 
 
Témoignages inspirants 
« On n'aime pas imaginer nos parents faire l'amour, et encore moins nos grands-parents, dit Sophie Lambert. Quand on pense au sexe, on pense à des gens de 20, de 25, de 30 ans, qui sont en âge de procréer. C'est aussi les images qu'on nous donne [dans les médias]. Il faut le dire : les gens que j'ai rencontrés sont des gens en santé, qui ont toute leur tête et qui ont une vie sexuelle. Ça donne un élan vers le fait de vieillir [de les écouter]. » 
 
Bien malgré tout
 
« Il n'y a pas que la madame qui change... Nous aussi, crime! Madame, elle surveille les rides, dit que ça tombe un peu... Eh bien, chez nous aussi, ça tombe, lance Gilles Robitaille. En vieillissant, c'est sûr que le physique n'est plus le même. On a travaillé toute sa vie. C'est sûr qu'on arrive un peu plus usé, il faut être honnête. On se dit : "Ouais, je ne suis pas aussi top que j'étais, des fois, je manque de souffle et des fois, ça fait patate, mais ce qui est important, c'est la relation." [...] On se satisfait tous les deux, on est bien ensemble, et ce moment-là est superbe! » 
 
Mieux que jamais 
« Eh bien, moi, je trouve que ma sexualité est meilleure maintenant, dit Madeline Legault. Ma jouissance sexuelle est plus profonde, plus longue... Elle est meilleure qu'elle ne l'a jamais été! Je ne comprends pas ça. Je trouve ça extraordinaire! »  
 
Le documentaire L'érotisme et le vieil âge prendra l'affiche en salle le 10 février. 
 
Le documentaire Des nuances de sexe et de gris sera présenté le 13 février à 21 h sur Télé-Québec.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - L’érotisme et le vieil âge sur le web
HYPERLIEN - L’érotisme et le vieil âge sur Facebook
HYPERLIEN - Des nuances de sexe et de gris sur le web

Arts et culture

Reprendre J'accuse, un défi pour Catherine Trudeau

Catherine Trudeau
Catherine Trudeau     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

La comédienne a récemment repris son rôle dans J'accuse, d'Annick Lefebvre, une pièce dans laquelle elle interprète une femme en colère qui en veut à tous, cherche des coupables et ne demande qu'à se défouler. Elle a dû tenir ce rôle au lendemain de l'attentat contre une mosquée de Québec, qui a fait six morts, et dit s'en être sentie mortifiée. Catherine Trudeau explique à Catherine Perrin comment elle s'est réfugiée dans sa peine comme citoyenne pour justifier sa place sur scène.  
 
La pièce J'accuse est présentée jusqu'au 24 février au Théâtre d'Aujourd'hui, à Montréal.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - J’accuse sur le web
HYPERLIEN - Catherine Trudeau sur Twitter

Musique

Vinyle, cassette, CD : petite histoire des formats audio disparus

Un disque vinyle
Un disque vinyle     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

Vinyle 78 tours, 45 tours, 33 tours, cassette audio, disque compact... Tous ces formats pour vendre la musique populaire ont eu leur heure de gloire pour des raisons tantôt pratiques, tantôt historiques. Danick Trottier, professeur de musicologie, et Mike Gauthier, animateur et chroniqueur, racontent à Catherine Perrin l'histoire des supports musicaux oubliés.  
 
« Le 45 tours va représenter ce qu'on va appeler le marché du monoplage (single). C'est la réponse, en 1949, de RCA Victor à la mise en marché du 33 tours en 1948 par Columbia, raconte Danick Trottier. Au début, les amateurs de classique s'approprient le 33 tours, parce que c'est plus intéressant [pour les longues durées]. RCA Victor va décider d'avoir une stratégie agressive et se coller aux marchés du blues urbain et du rock and roll en 1954-1955. [...] Les deux technologies existent en concomitance. Donc, le 45 tours est toujours présent en même temps que le 33 tours, et le 45 tours sert d'outil de promotion, même dans le rock. 
 
Ce qui va mener à la fin du vinyle, c'est quand les compagnies de disques vont mettre deux ou trois succès sur le disque vinyle, mais vont remplir le reste avec des chansons de plus ou moins bonne qualité. » 
 
Après le vinyle 
« Quand j'ai été en Floride en 1985, j'ai vu l'album de Prince Purple Rain en CD pour la première fois. C'était environ 35 ou 40 $ l'unité. C'était très cher, rapporte Mike Gauthier. Le lecteur, également, était très cher : quand Sony l'a dévoilé, c'était l'équivalent de 700 $ américains. Et c'était un char d'assaut, c'était gigantesque! Mais on avait de la place : on pouvait placer 80 minutes sur un CD. Alors, on pouvait s'amuser à faire des albums concepts ou peut-être même combiner des compilations. Et ça, ç'a été très payant pour les maisons de disques. »

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Mike Gauthier sur Twitter
HYPERLIEN - Danick Trottier sur le site de l’UQAM

Société

Fermer un magasin après 106 ans

Caroline Labelle
Caroline Labelle     Photo : Radio-Canada/Eugénie Lépine-Blondeau

Notre recherchiste Eugénie Lépine-Blondeau sort du studio 18 pour s'entretenir avec des personnages aux parcours les plus inattendus, hors des sentiers battus. Cette semaine, elle s'est attablée avec Caroline Labelle, propriétaire du magasin Labelle Fourrure, qui s'apprête à fermer ses portes après avoir été mené par trois générations de Labelle. Eugénie Lépine-Blondeau résume sa rencontre au micro de Catherine Perrin.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Eugénie Lépine-Blondeau sur Twitter

Sports

120 secondes pour... le vélo d'hiver

Un cycliste en hiver
Un cycliste en hiver     Photo : iStock

Des auditeurs, des gens ordinaires et des personnalités prennent deux minutes pour expliquer leur réalité. À l'occasion du Congrès vélo d'hiver, qui se déroule à Montréal jusqu'au 10 février, Magali Bebronne tente de convaincre les auditeurs que le vélo d'hiver n'est pas aussi effrayant qu'il n'en a l'air et qu'il ne nécessite que quelques petits ajustements.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Congrès vélo d''hiver Montréal 2017 sur le web

Société

Jean-Michel Dufaux à la découverte de Turin

Jean-Michel Dufaux
Jean-Michel Dufaux     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

L'animateur et chroniqueur féru de voyages survole ses lectures d'information du moment. Il est notamment question d'un article du magazine Condé Nast sur la ville de Turin, en Italie, une destination touristique sous-estimée. Il explique à Catherine Perrin pourquoi l'article et son sujet valent le détour. 
 
Il est également question d'articles du New York Times sur les destinations à visiter en 2017, du National Review sur Kevin O'Leary et du Time sur Mikhail Gorbatchev.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Jean-Michel Dufaux sur Sièglehublot.com
HYPERLIEN - Jean-Michel Dufaux sur Twitter

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
 
123
4
5
67
8
910
11
12
1314151617
18
19
2021222324
25
26
2728
 
 
 
 

Prochainement à l'émission

Consultez le guide horaire

Dernière baladosiffusion disponible

Médium large

Réseaux Sociaux Suivez-nous sur Facebook Suivez-nous sur Twitter
AMS teaserConcours La route des 20 : votez maintenant