ICI Radio-Canada Première

Médium large

Médium large rss

En semaine de 9 h à 11 h 30 
(en rediffusion à 22 h)

Catherine Perrin

Médium large

Archives

dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
 
123
4
5
678910
11
12
1314151617
18
19
2021222324
25
26
272829
30
31
 

Les meilleurs moments : Émission du jeudi 30 mars 2017


Société

Une fonction Facebook pour parler à ses élus

Entête de la page Facebook de Donald Trump
Entête de la page Facebook de Donald Trump     Photo : Facebook

Le réseau social a introduit une nouvelle fonctionnalité pour ses utilisateurs américains qui permet aux abonnés des pages de politiciens d'écrire ou d'appeler au bureau de ces mêmes élus. Cet outil baptisé « Town Hall » ne fonctionne qu'avec les élus qui publient leurs coordonnées sur Facebook. Arnaud Granata, éditeur d'Infopresse, et Stéphane Mailhiot, vice-président stratégie pour Havas, expliquent à Catherine Perrin que Facebook ne fait que s'approprier des outils qui existaient déjà ailleurs sur le web. 
 
Il est également question des entreprises qui protègent leurs arrières en boycottant certains médias, du six millionième touriste en Géorgie et de la progression de Gwyneth Paltrow dans son rôle de gourou du bien-être
 
Publicité pour le tourisme en Géorgie 

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Arnaud Granata sur Twitter
HYPERLIEN - Stéphane Mailhiot sur Twitter

Société

Viande avariée : le scandale du Brésil ressemble à celui du Québec

Des inspecteurs brésiliens examinent des carcasses de viande dans la foulée du scandale de viande avariée qui a éclaté le 17 mars.
Des inspecteurs brésiliens examinent des carcasses de viande dans la foulée du scandale de viande avariée qui a éclaté le 17 mars.     Photo : Getty/AFP/YASUYOSHI CHIBA

Des « charognards » qui profitent de la corruption et de mesures d'inspection insuffisamment strictes pour s'enrichir. Ce sont les points communs entre le scandale de la viande avariée qui a éclaté au Brésil le 17 mars et celui que le Québec a connu en 1975 lorsqu'on a découvert qu'une entreprise appartenant à la mafia vendait de la viande provenant de carcasses d'animaux malades. Serge Boire, journaliste indépendant en poste au Brésil, et Jean-Pierre Charbonneau, ancien journaliste et ex-président de l'Assemblée nationale, comparent les deux incidents au micro de Catherine Perrin.  
 
« Ce qu'on sait pour le moment, c'est qu'on a arrêté une quarantaine de personnes, dont 30 sont des inspecteurs corrompus du ministère de l'Agriculture », indique Serge Boire au sujet du scandale brésilien. « Ils étaient de connivence avec des employés et certaines [personnes] haut placées de l'usine de transformation. Il y avait un réseau organisé. On entend, sur des [enregistrements d'écoute électronique], des employés qui appellent l'inspecteur en disant : "J'ai un lot de viande avariée de dinde qui contient de la salmonelle." L'inspecteur dit : "Faites donc du baloney, ça va bien passer!" » 
 
Mesures de contrôle insuffisantes 
« Des charognards allaient collecter des carcasses d'animaux insalubres, vendues par des fermiers parfois peu scrupuleux. Les animaux étaient morts, pouvaient avoir des maladies... On les récupérait, on les vendait, chacun faisait son profit », rappelle Jean-Pierre Charbonneau au sujet de l'épisode québécois. « On s'est rendu compte que les mesures de contrôle du ministère de l'Agriculture n'étaient pas suffisantes. Donc, on a resserré les contrôles sanitaires. [...] Ce genre de scandale, dans n'importe quel pays, provoque une remise aux normes du système d'inspection et de contrôle. »

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Viande avariée et autres scandales : quand la CECO malmène la mafia à Aujourd’hui l’histoire, émission du 5 décembre 2016
HYPERLIEN - Serge Boire sur Twitter

Politique

Plus rien à faire : ces Français désintéressés de la politique

Brice Teinturier
Brice Teinturier     Photo : Getty/AFP/PATRICK KOVARIK

Une indifférence totale, et non de la colère, c'est ce qui pousse 28 % des Français à se dire moins intéressés qu'avant par la politique, et 27 % à se déclarer complètement désintéressés, selon Brice Teinturier. Politologue et directeur général délégué de l'institut de sondage Ipsos, il signe l'essai Plus rien à faire, plus rien à foutre : la vraie crise de la démocratie. Brice Teinturier explique à Catherine Perrin qu'une partie de cet électorat ne reprendra jamais contact avec le système.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Plus rien à faire, plus rien à foutre : la vraie crise de la démocratie sur le web
HYPERLIEN - Brice Teinturier sur Twitter

Société

Démystifier l'instinct meurtrier

Kenza Bennis
Kenza Bennis     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

Des hommes qui ont connu des échecs répétés dans toutes les sphères de leur vie, voilà le profil type du meurtrier, selon le criminologue Jean Proulx, qui donnait cette semaine la conférence Le désir de tuer : meurtre, sexe et pathologie, à Montréal. La journaliste Kenza Bennis, qui a assisté à cette conférence, explique à Catherine Perrin pourquoi, selon les informations de M. Proulx, notre peur collective à l'endroit des meurtriers est disproportionnée.

Sports

Pourquoi il faut craindre la « V.I.P.-isation » du sport

Martin Leclerc et André Richlieu
Martin Leclerc et André Richlieu     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

À force d'accès privilégiés aux gens fortunés lors des événements sportifs, d'équipements hors de prix et de coûts d'inscription prohibitifs dans les ligues amateurs, le sport est de plus en plus un loisir de riches. C'est ce que déplorent André Richelieu, professeur en marketing du sport, et Martin Leclerc, analyste sportif. Ils expliquent à Catherine Perrin comment cette tendance peut empêcher la société de se tenir en forme.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - « Lance Stroll, symbole de la "VIP-isation" du sport » dans Le Devoir
HYPERLIEN - Martin Leclerc sur Twitter
HYPERLIEN - André Richelieu sur le web

Société

À la rencontre des survivalistes, parés pour l'apocalypse

Maryse et Mathieu, deux survivalistes
Maryse et Mathieu, deux survivalistes     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

Par souci de protection, par conscience des catastrophes qui ont lieu dans le monde et des disparitions de peuples entiers à divers moments de l'histoire, des gens décident de consacrer leur vie à se préparer en vue de la fin du monde. C'est le cas de Mathieu et de Maryse, survivalistes et instructeurs de survie, qui font l'objet du documentaire Et si l'apocalypse... En compagnie du professeur d'histoire Francis Langlois, ils expliquent à Catherine Perrin qu'ils voient d'abord leur mode de vie comme un jeu. 
 
« Notre problème, au Québec, c'est notre dépendance à l'électricité. C'est là que nous sommes tous vulnérables, affirme Mathieu. Avec les hivers qu'on a, la température qu'on a... En cas de panne de courant, on peut s'entraider et les hôpitaux ont un plan, mais rajoutez une pandémie là-dedans et ça complique tout. » 
 
Bande-annonce du documentaire Et si l'apocalypse... 
 
 
Deuxième réflexe 
« On se prépare à toute éventualité. C'est plutôt une gradation, une succession de petits événements qui [font craindre] ce qu'on appelle un bris de normalité plus grave, indique Maryse. On fait des cartes mentales. On se demande : "Si je dois sortir du bâtiment, comment retracer mon chemin?" C'est un deuxième réflexe. Mais ce n'est pas de la peur. On a des enfants, on est constamment dans le jeu avec eux. » 
 
Maryse dévoile à Catherine Perrin le contenu de son sac à main. Maryse dévoile à Catherine Perrin le contenu de son sac à main. Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande 
 
Mouvement social 
Francis Langlois rappelle que la crainte de la fin du monde n'est pas un phénomène nouveau dans l'histoire. « On voit beaucoup ces groupes [de survivalistes], ces trames narratives se multiplier lorsqu'il y a des transformations socioéconomiques et technologiques rapides, qui remettent en cause l'ordre établi. [...]. Ce n'est pas anodin qu'il y a autant d'émissions, de films comme The Walking Dead, où l'on voit des gens s'organiser [pour survivre à la fin du monde]. » 
 
Le documentaire Et si l'apocalypse... sera diffusé le 2 avril à 19 h sur Canal D. Le documentaire sera offert sur le site de Canal D à partir de dimanche soir.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Dans la tête des survivalistes sur ICI Radio-Canada.ca
HYPERLIEN - Et si l’apocalypse... sur le web
HYPERLIEN - Les primitifs sur le web
HYPERLIEN - Francis Langlois sur le site de la Chaire Raoul-Dandurand de l'UQAM

Musique

Ces chansons canadiennes qui saisissent l'instant

Rabii Rammal, Claudine Prévost et Philippe Desrosiers
Rabii Rammal, Claudine Prévost et Philippe Desrosiers     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

Safia Nolin, A Tribe Called Red, Jazz Inuit, Leonard Cohen... Voici les auteurs des chansons canadiennes les plus pertinentes du moment, selon l'animateur Philippe Desrosiers, le chroniqueur Rabii Rammal et l'animatrice Claudine Prévost. À l'approche de la cérémonie des prix Juno, ce dimanche, ils dévoilent leurs choix musicaux au micro de Catherine Perrin. 
 
Les choix de Philippe Desrosiers 
- La laideur, Safia Nolin 
- You Want it Darker, Leonard Cohen
 
 
 
 
 
 
Les choix de Claudine Prévost 
- We Are the Halluci Nation, A Tribe Called Red 
- Nulle part, Koriass
 
 
 
 
 
 
Les choix de Rabii Rammal 
- Jazz inuit, Alpha Toshineza 
- Smile Back at Me, Sophie Grégoire
 
 
 
 

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Philippe Desrosiers sur Twitter
HYPERLIEN - Claudine Prévost sur Twitter
HYPERLIEN - Rabii Rammal sur Facebook

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
 
123
4
5
678910
11
12
1314151617
18
19
2021222324
25
26
272829
30
31
 

Prochainement à l'émission

Consultez le guide horaire

Dernière baladosiffusion disponible

Médium large

Réseaux Sociaux Suivez-nous sur Facebook Suivez-nous sur Twitter
AMS teaserConcours La route des 20 : votez maintenant