ICI Radio-Canada Première

Médium large

Médium large rss

En semaine de 9 h à 11 h 30 
(en rediffusion à 22 h)

Catherine Perrin

Médium large

Archives

dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
 
123
4
5
678910
11
12
13141516
17
18
19
2021222324
25
26
2728293031
 

Les meilleurs moments : Émission du vendredi 17 mars 2017


Société

Caricature de Couillard : deux visions de la liberté de presse

Michel Seymour et Françoise Bertrand
Michel Seymour et Françoise Bertrand     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

La présidente sortante de la Fédération des chambres de commerce du Québec, Françoise Bertrand, et le professeur de philosophie Michel Seymour passent en revue les événements marquants de l'actualité. Françoise Betrand blâme Les Éditions Transcontinental, qui ont autorisé la publication d'un dessin controversé du premier ministre Philippe Couillard en train de lapider Fatima Houda-Pépin dans Le Courrier du Sud. Michel Seymour fustige Philippe Couillard pour s'être plaint de la caricature du Courrier du Sud après avoir publiquement appuyé Charlie Hebdo. 
 
Il est également question du cafouillage des autorités lors de la tempête du 15 mars, du Royaume-Uni, de la famine au Soudan du Sud, au Yémen et au Nigéria, du journaliste Michel Rochon, d'un club de golf écossais et du spectacle Another Brick in the Wall de l'Opéra de Montréal.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Michel Seymour sur Twitter

Arts et culture

Stikki Peaches, ou l'art de rue qui réimagine la culture populaire

Portions de deux œuvres de l’artiste Stikki Peaches
Portions de deux œuvres de l’artiste Stikki Peaches     Photo : Galerie Station 16/Stikki Peaches

Le mystérieux artiste aime apporter sa touche personnelle aux visages connus en combinant peinture, graffiti et objets trouvés. Batman, Brigitte Bardot, Darth Vader et Frank Sinatra reviennent souvent dans ses oeuvres. Découvert grâce à des collages illégaux dans les ruelles de Montréal, il vend maintenant son travail aux collectionneurs d'art à fort prix. Stikki Peaches explique à Catherine Perrin pourquoi il tient à conserver l'anonymat. 
 
« J'ai une vie privée. J'ai une famille. J'ai une petite fille... J'aime compartimenter », déclare Stikki Peaches, qui n'a jamais montré son visage publiquement. « J'aime avoir l'option de ne pas nécessairement avoir de visage au travail. Je voyage beaucoup, aussi, et on s'entend que certaines choses [que je fais] ne sont pas très catholiques. » 
 
Aperçu de l'exposition <i>The Bootleggers : A Stikki Story </i>, de l'artiste Stikki Peaches Aperçu de l'exposition The Bootleggers : A Stikki Story , de l'artiste Stikki Peaches Photo : Galerie Station 16/Amanda Brownridge 
 
Stimuler l'inspiration 
Même si ses oeuvres sont désormais exposées et vendues, il continue de décorer les rues, ruelles et bâtiments. « C'est quelque chose qui m'inspire à continuer, à travailler dans l'atelier. Si je reste dans l'atelier pendant plus de quelques semaines, je me sens à l'étroit. Il faut que je sorte, que je voyage, que je stimule l'inspiration! » 
 
L'exposition The Bootleggers: A Stikki Story est présentée jusqu'au 8 avril à la galerie Station 16, à Montréal.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Stikki Peaches sur Facebook
HYPERLIEN - Stikki Peaches sur Instagram
HYPERLIEN - Galerie Station 16 sur le web

Santé

Un village sur mesure pour les gens atteints de maladies cognitives

Sylvie Belleville
Sylvie Belleville     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

« C'est la vraie vie qui se continue, mais dans un autre lieu. » Voilà comment la Dre Sylvie Belleville décrit l'approche Hogeweyk, qui consiste à faire vivre des personnes atteintes de démence et de la maladie d'Alzheimer dans un lieu qui leur rappelle la vie d'avant. Inventé en 2009 aux Pays-Bas, ce modèle est présentement considéré en Alberta. La spécialiste en gériatrie parle à Catherine Perrin des éléments qui devraient être empruntés à l'approche Hogeweyk. 
 
« On s'intéresse à l'équilibre entre la sécurité et la qualité de vie, dit Sylvie Belleville. Le risque, qui peut être plus important pour ce qui est des chutes, est compensé par le fait que les gens vivent une vraie vie. » 
 
Pour l'amour du dehors 
À 125 millions de dollars d'investissement initial pour un village de 150 patients, une telle approche est coûteuse, mais la spécialiste estime qu'on peut s'en inspirer sans la copier totalement. « Il faut avoir des lieux qui sont plus conviviaux, plus agréables, affirme-t-elle. Il faut du dehors. » 
 
Elle considère en effet que les approches qui sont présentement privilégiées pour traiter les maladies cognitives manquent de chaleur humaine. « Nous sommes pris avec nos notions de sécurité et d'hygiène, mais à force de vouloir sécuriser et rendre les choses hygiéniques, on perd toute humanité. »

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Le village Hogeweyk sur le web
HYPERLIEN - Sylvie Belleville sur le site de l’’Institut universitaire de gériatrie de Montréal

Cinéma

La mécanique de l'ombre : un film d'espionnage très adroit, selon nos critiques

François Cluzet et Alba Rohrwacher dans <i>La mécanique de l'ombre</i> de Thomas Kruthof
François Cluzet et Alba Rohrwacher dans La mécanique de l'ombre de Thomas Kruthof     Photo : facebook.com/lamecaniquedelombre

« C'est une belle réussite », dit Georges Privet au sujet du premier long métrage de Thomas Kruthof. « C'est un scénario comme on en voit rarement dans le cinéma français. [..] C'est un film d'espionnage comme on en faisait dans les années 1970. C'est du cinéma bien huilé, bien fait. » Helen Faradji est du même avis. « C'est un petit polar drôlement bien foutu. On pense à La vie des autres, à The Conversation, à Thinker, Tailor, Soldier, Spy... C'est de l'espionnage, mais vu du côté hors gadget. »  
 
Il est également question du film L'outsider, de Christophe Barratier. 
 
Bande-annonce de La mécanique de l'ombre 
 
 
Bande-annonce de L'outsider 

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Helen Faradji sur Twitter
HYPERLIEN - Georges Privet sur le web

Musique

Inventions et sinfonias : Bach selon la fille de Kent Nagano

Pochette de l'album <i>J.S. Bach : Inventions et sinfonias</i> de Karin Kei Nagano, paru sous étiquette Analekta
Pochette de l'album J.S. Bach : Inventions et sinfonias de Karin Kei Nagano, paru sous étiquette Analekta

« C'est très beau. C'est d'une grande simplicité, mais [ça témoigne] aussi d'un choix artistique, ma foi, surprenant », dit Frédéric Lambert au sujet du deuxième album de Karin Kei Nagano. Notre chroniqueur considère qu'il est audacieux, pour une jeune pianiste, de s'attaquer à des oeuvres aussi simples, quand le désir chez les jeunes est souvent d'impressionner. « C'est rare qu'il y ait de nouveaux enregistrements de ces oeuvres-là. »

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Frédéric Lambert sur Twitter

Musique

Vincent Vallières fait la démonstration de son nouveau style d'écriture

Vincent Vallières et Amélie Mandeville en prestation
Vincent Vallières et Amélie Mandeville en prestation     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

L'auteur-compositeur bien-aimé est de retour avec Le temps des vivants, son septième album. Épaulé par Philippe B., il ose une nouvelle façon d'écrire et de nouvelles sonorités. « Chaque fois qu'on fait un disque, il y a un désir de se surprendre. J'ai juste envie d'avoir du fun à faire de la musique », affirme-t-il. De passage au studio 18, il répond aux questions de Catherine Perrin et interprète la pièce À hauteur d'homme avec sa complice Amélie Mandeville.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Vincent Vallières sur le web

Art de vivre

Des vins portugais à déguster, selon Élyse Lambert

Les choix d'Élyse Lambert
Les choix d'Élyse Lambert     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

« C'est principalement une région de rouges, mais on y fait aussi de très beaux blancs », dit la seule Master Sommelier québécoise au sujet de l'Alentejo, un territoire situé à l'intérieur des terres portugaises auquel elle s'est intéressée cette semaine. Voisine de l'Espagne, cette région est particulièrement chaude et produit des cépages tels que l'antão vaz, l'arinto et le trincadeira. Élyse Lambert dévoile ses choix de la semaine à Catherine Perrin. 
 
Les choix d'Élyse Lambert 
- Esporao Reserva 2015 (Portugal), code SAQ : 13222411, prix : 20,90 $ 
- Marques de Borba 2015 (Portgual), code SAQ : 12884510, prix : 16,95 $ 

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Élyse Lambert sur le web

Arts et culture

Buffy the Vampire Slayer : les 20 ans d'un culte télévisuel féministe

Sarah Michelle Gellar dans la série <i>Buffy the Vampire Slayer</i>
Sarah Michelle Gellar dans la série Buffy the Vampire Slayer     Photo : facebook.com/BuffyTheVampireSlayer

« C'était la première fois qu'on avait une héroïne ordinaire capable de sauver le monde », rappelle Pascale Lévesque au sujet de cette télésérie américaine, diffusée de 1997 à 2003, diffusée chez nous sous le titre de Buffy contre les vampires sur VRAK. Mettant en vedette Sarah Michelle Gellar, la série, maintenant offerte par le service de diffusion en ligne Netflix, était un dérivé d'un film du même titre sorti en 1992. Notre chroniqueuse explique à Catherine Perrin comment Buffy a « légitimé le genre adolescent » et les aventures de vampires, bien des années avant la série des Twilight.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Buffy the Vampire Slayer sur Netflix
HYPERLIEN - Pascale Lévesque sur Twitter

Arts et culture

Mr Carton : une série d'animation rétrofuturiste qui réfléchit

Image tirée de la websérie <i>Monsieur Carton</i>
Image tirée de la websérie Monsieur Carton     Photo : YouTube

« C'est très vif, très court, très inventif et porteur d'un joli petit discours sur la façon qu'on a de vivre ensemble », dit Helen Faradji au sujet de cette série française d'animation. Elle déplore cependant qu'on ne puisse visionner que deux épisodes chez nous en raison de la géolocalisation. Conçue au moyen d'un logiciel jusqu'à présent utilisé uniquement dans le monde des jeux vidéo, la série Mr Carton s'inspire des années 1970 dans son esthétique. Elle raconte tout simplement l'histoire d'un personnage muet prêt à tout pour voir la mer. La critique de cinéma explique à Catherine Perrin pourquoi cette oeuvre vaut le détour. 
 
Mr Carton : épisode 1 
 
 
Mr Carton : épisode 2 

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Mr Carton sur le web
HYPERLIEN - Mr Carton sur Facebook
HYPERLIEN - Helen Faradji sur Twitter

Musique

Jane Birkin : revenir à la vie en musique

Jane Birkin
Jane Birkin     Photo : Carole Bellaiche

« J'ai compris que j'étais mieux en compagnie des autres, quand je servais à quelque chose. Enfermée, je ne servais à rien », déclare la grande interprète en entrevue au téléphone depuis Paris. Fortement éprouvée ces dernières années par la mort mystérieuse de sa fille Kate et par une leucémie qui l'a clouée au lit durant un an et demi, elle célèbre son retour à la santé avec un album, Birkin Gainsbourg : le symphonique, fait de versions orchestrales de pièces qu'elle a chantées avec Serge Gainsbourg. Jane Birkin parle à Catherine Perrin du rôle de l'animatrice Monique Giroux dans cette nouvelle aventure. 
 
Extrait de Birkin Gainsbourg : le symphonique : La javanaise 

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Jane Birkin sur Facebook

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
 
123
4
5
678910
11
12
13141516
17
18
19
2021222324
25
26
2728293031
 

Prochainement à l'émission

Consultez le guide horaire

Dernière baladosiffusion disponible

Médium large

Réseaux Sociaux Suivez-nous sur Facebook Suivez-nous sur Twitter
AMS teaserConcours La route des 20 : votez maintenant