ICI Radio-Canada Première

Médium large

Médium large rss

En semaine de 9 h à 11 h 30 
(en rediffusion à 22 h)

Catherine Perrin

Médium large

Archives

dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
 
123
4
5
67
8
910
11
12
1314151617
18
19
2021222324
25
26
27
28
29
30
31
 

Les meilleurs moments : Émission du mercredi 8 mars 2017


International

Disparition du vol MH370 : « On nous a menti »

Des débris du vol MH370 de Malaysia Airlines, disparu le 8 mars 2014
Des débris du vol MH370 de Malaysia Airlines, disparu le 8 mars 2014     Photo : Getty/AFP/ADRIEN BARBIER

Ghislain Wattrelos a deux certitudes : la disparition du vol de Malaysia Airlines, qui a emporté sa femme et deux de ses enfants il y a 3 ans, n'était pas un accident, et il ne faut pas s'attendre à des réponses de la part des autorités. Depuis le 8 mars 2014, ce haut cadre d'une société française affirme que les recherches ont été menées au mauvais endroit et soutient les thèses d'un détournement ou de la destruction volontaire de l'avion par un État. Incapable de refaire sa vie tant qu'il n'aura pas obtenu de réponses, Ghislain Wattrelos explique à Catherine Perrin pourquoi il croit que la vérité a été dissimulée. 
 
« La théorie officielle, c'est : l'avion a fait demi-tour, il a retraversé la Malaysie et tout à coup, il est descendu au sud, il est tombé, il s'est [écrasé] – parce qu'il n'avait plus d'essence – au fin fond de l'océan Indien », souligne Ghislain Wattrelos.  
 
Tous les experts qu'il a rencontrés au nom des proches des victimes contredisent néanmoins cette hypothèse. Les probabilités d'un attentat terroriste ou d'un suicide ne tiendraient pas non plus : « Il est évident que ce n'est pas le pilote. On ne va pas se suicider au bout de 8 heures. Et de toute façon, ce trajet d'avion est incompréhensible. » 
 
Des avions télécommandés?
 
Il dit maintenant considérer des scénarios qui lui semblaient peu crédibles au début de ses recherches. « Il est évident pour moi aujourd'hui que les Américains peuvent contrôler des avions à distance. George Bush a dit, après le 11 Septembre : "Il faut qu'on puisse contrôler les avions à distance si jamais un avion est pris par des terroristes." Ça, je n'y croyais pas, il y a 3 ans. Je me suis renseigné, j'ai trouvé les brevets, je suis allé voir des spécialistes... Il est évident qu'on peut contrôler des avions à distance. Ça expliquerait pourquoi on ne veut pas tout dire. »

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - L’épave du vol MH370 se trouverait plus au nord que prévu sur ICI Radio-Canada.ca

Société

Quoi qu'elles disent, elles dérangent : être femme d'opinion en 2017

Cathy Wong, Ariane Émond, Marilyse Hamelin et Lise Ravary
Cathy Wong, Ariane Émond, Marilyse Hamelin et Lise Ravary     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

Plus de tribunes pour s'exprimer, mais aussi plus de manières d'offenser les opposants aux droits des femmes et, surtout, de se faire injurier. Voilà le changement que remarquent la chroniqueuse Lise Ravary, les journalistes Marilyse Hamelin et Ariane Émond, ainsi que Cathy Wong, présidente du Conseil des Montréalaises, par rapport aux conditions dans lesquelles travaillaient leurs semblables il y a quelques générations. À l'occasion de la Journée internationale des droits des femmes, elles expliquent à Catherine Perrin ce que signifie donner son opinion quand on est une femme en 2017. 
 
« On m'a toujours demandé mon avis, on aimait que je le donne. Toute petite, on me permettait de discuter au salon avec les adultes, raconte Lise Ravary. Mon père m'a dit : "Tu as une bien grande gueule, tu es aussi bien de t'en servir pour le bien." [...] On ne m'a jamais fait sentir qu'être une femme était un handicap pour quoi que ce soit. Je suis entrée dans la vie avec ce regard-là : ça ne change rien, et si ça change quelque chose, ça ne devrait pas. » 
 
Tenir la porte ouverte 
« Le féminisme individuel, je veux bien, mais ce n'est pas celui qui m'émeut et que je trouve porteur d'avenir, dit Ariane Émond. À la fin des années 1980, autour de [l'attaque de] Polytechnique, et dans les années 1990, surtout, l'accent a beaucoup été mis sur les exagérations du féminisme. On s'est mis à parler des dérives, on a même eu des gens pour nous rappeler qu'il y avait presque un complot. [...] Moi, je continue de croire qu'il faut tenir la porte ouverte aux autres après nous. Je continue de croire qu'un mouvement de femmes aussi diversifié qu'il l'est aujourd'hui montre que nous avons besoin d'un regard collectif bienveillant sur cette moitié de l'humanité. » 
 
Accepter la réalité
 
« On devrait pouvoir écrire sans tenir compte de l'analyse différenciée selon les sexes, mais en même temps, la réalité dans laquelle on est en est une où il y a des dynamiques genrées, où il existe des inégalités, dit Cathy Wong. Les femmes, dans l'histoire, ont été invisibles pendant tellement longtemps. Donc, il y a cette nécessité de remettre de l'avant ces réalités. » 
 
Diversité riche 
« C'est un prisme dont je ne suis pas capable de me défaire. Certains jours, j'aimerais vraiment m'en défaire, affirme Marilyse Hamelin. Au fond, le féminisme, ce n'est pas une affaire de gauche ou de droite, ce n'est pas une affaire d'âge, ce n'est pas une affaire de génération. Le féminisme est multiple et c'est riche, cette diversité-là. Je crois qu'on peut porter attention à ce qui nous réunit plutôt qu'à ce qui nous divise. »

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Ariane Émond sur le web
HYPERLIEN - Marilyse Hamelin sur Twitter
HYPERLIEN - Lise Ravary dans le Journal de Montréal
HYPERLIEN - La semaine rose sur le web
HYPERLIEN - Cathy Wong sur Twitter

Politique

Le passé méconnu de Marine Le Pen révélé

Marine Le Pen
Marine Le Pen     Photo : Reuters/Jean-Paul Pelissier

Jeune, la dirigeante du Front national fuyait la politique. Elle préférait les discothèques et, une fois devenue avocate, défendre les immigrés menacés d'expulsion. C'est la période explorée dans La politique malgré elle : la jeunesse cachée de Marine Le Pen, un nouveau livre consacré aux années formatrices de la fille de Jean-Marie Le Pen. David Doucet, coauteur du livre, explique à Catherine Perrin comment Marine Le Pen s'est construite en défendant son père. 
 
« Toute sa jeunesse, on l'a renvoyée à l'image de son père, on l'a renvoyée à son patronyme, souligne David Doucet. Dans les années 1980, Libération, un grand journal de gauche français, a fait sa une en révélant que Jean-Marie Le Pen, lorsqu'il était militaire en Algérie, s'est livré a de la torture. Son père lui conseille à l'époque : "Marine, ne va pas à l'école, tu vas t'en prendre plein la figure." Et Marine Le Pen décide : "Si, si, je vais y aller!" Elle arrive devant le lycée, tout le monde l'attend [...] et elle brandit le poing en avant et puis se rend dans sa classe. Très tôt, on voit qu'elle a été un peu bravache, qu'elle a voulu défendre son père jusqu'au bout. C'est ce qu'elle a fait dans les premiers pas de sa vie politique. [...] Ça l'a rapprochée, effectivement, de son père. »

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - La politique malgré elle : la jeunesse cachée de Marine Le Pen sur le web
HYPERLIEN - David Doucet sur Twitter

Arts et culture

Luc Cousineau disparu : sa fille se souvient

Luc Cousineau
Luc Cousineau     Photo : Radio-Canada/Jean-Philippe Pleau

L'auteur-compositeur de Vivre en amour est mort lundi à 72 ans des suites de la sclérose latérale amyotrophique. Il a combattu la maladie jusqu'au bout, notamment en lançant l'album Tant qu'il y aura une chanson, en 2015, alors qu'il était déjà souffrant. En plus de ses albums, l'artiste a également signé plusieurs musiques de films et de publicités. Sa fille, Karine Cousineau, explique à Catherine Perrin comment son père a « croqué dans la vie jusqu'au bout ».

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Luc Cousineau : la confiance et la voix à l''émission de Catherine Perrin du 20 février 2014
HYPERLIEN - Luc Cousineau sur le web

Musique

Jean Rondeau, un claveciniste pas comme les autres

Jean Rondeau
Jean Rondeau     Photo : facebook.com/JeanRondeau.Official

Habitué des claviers et des studios depuis sa tendre enfance, le jeune musicien de 26 ans a remporté le premier prix du Concours international de clavecin de Bruges alors qu'il n'avait que 21 ans. Il est au Québec pour interpréter les concertos du fils de Jean-Sébastien Bach avec Les Violons du Roy. Jean Rondeau explique à Catherine Perrin en quoi le jazz nourrit son art. 
 
Jean Rondeau et Les Violons du Roy seront en spectacle le 9 mars à la salle Raoul-Jobin du Palais Montcalm, à Québec, et le 10 mars à la salle Bourgie du Musée des beaux-arts de Montréal.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Jean Rondeau sur le web
HYPERLIEN - Jean Rondeau sur Facebook

Cinéma

Des ateliers de cinéma pour les jeunes

Sophie Goyette et Jean-Carl Boucher
Sophie Goyette et Jean-Carl Boucher     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

Les réalisateurs Sophie Goyette et Jean-Carl Boucher sont de la cohorte 2017 des ateliers de Québec Cinéma qui permettent aux élèves du primaire, du secondaire et du collégial de rencontrer des professionnels du milieu cinématographique. En 2016, 8200 jeunes ont participé à quelque 200 activités partout dans la province. Sophie Goyette et Jean-Carl Boucher expliquent à Catherine Perrin comment ils amènent les jeunes à réaliser que leur art est à la fois quelque chose d'accessible et de possible.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Les ateliers jeunesse de Québec Cinéma sur le web
HYPERLIEN - Jean-Carl Boucher sur Twitter
HYPERLIEN - Sophie Goyette sur le web

Société

Les sages leçons d'une chauffeuse de taxi de longue date

Ginette Ampleman au volant de son taxi
Ginette Ampleman au volant de son taxi     Photo : Radio-Canada/Eugénie Lépine-Blondeau

Notre recherchiste Eugénie Lépine-Blondeau sort du studio 18 pour s'entretenir avec des personnages aux métiers les plus inattendus, hors des sentiers battus. Cette semaine, elle s'est attablée avec Ginette Ampleman, chauffeuse de taxi de 78 ans, qui travaille encore 7 jours sur 7. Eugénie Lépine-Blondeau résume sa rencontre au micro de Catherine Perrin.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Eugénie Lépine-Blondeau sur Twitter

Société

120 secondes pour... The Wall, l'oeuvre phare de Pink Floyd

Pochette de l'album <i>The Wall</i> du groupe Pink Floyd, paru sous étiquette Sony
Pochette de l'album The Wall du groupe Pink Floyd, paru sous étiquette Sony

Des auditeurs, des gens ordinaires et des personnalités prennent deux minutes pour expliquer leur réalité. À l'occasion de la première du spectacle Another Brick in the Wall, de l'Opéra de Montréal, le 11 mars, le musicologue Danick Trottier parle de l'importance de l'album The Wall, de Pink Floyd, paru en 1979.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Danick Trottier sur le site de l’UQAM

Société

Esther Bégin salue Sophie Grégoire Trudeau

Esther Bégin
Esther Bégin     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

La journaliste et animatrice survole ses lectures d'information du moment. Il est notamment question d'un article du magazine Fashion sur l'épouse du premier ministre Justin Trudeau, Sophie Grégoire Trudeau, et sa vision du féminisme et de la célébrité. Elle explique à Catherine Perrin pourquoi l'article vaut le détour. 
 
Il est également question d'articles de Vulture sur l'essor de différentes figures de la télévision sous Donald Trump, de MacLean's sur le déménagement du rêve américain au Canada et de L'actualité sur la différence entre une bonne et une mauvaise dette.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Esther Bégin sur Twitter

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
 
123
4
5
67
8
910
11
12
1314151617
18
19
2021222324
25
26
27
28
29
30
31
 

Prochainement à l'émission

Consultez le guide horaire

Dernière baladosiffusion disponible

Médium large

Réseaux Sociaux Suivez-nous sur Facebook Suivez-nous sur Twitter
AMS teaserConcours La route des 20 : votez maintenant