ICI Radio-Canada Première

Médium large

Médium large rss

En semaine de 9 h à 11 h 30 
(en rediffusion à 22 h)

Catherine Perrin

Médium large

Archives

dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
1
23456
7
8
9
10
111213
14
15
1617181920
21
22
2324252627
28
29
3031
 
 
 
 

Les meilleurs moments : Émission du mardi 10 janvier 2017


Politique

Ces discours d'adieu mémorables de dirigeants

Marc Laurendeau et Danic Parenteau
Marc Laurendeau et Danic Parenteau     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

Pour les personnages publics, c'est une manière d'appuyer la marque qu'ils souhaitent laisser dans l'histoire. À quelques heures du discours d'adieu de Barack Obama à Chicago, le journaliste Marc Laurendeau et le professeur de philosophie et de sciences politiques Danic Parenteau reviennent sur les discours d'adieu les plus marquants ou significatifs donnés par des dirigeants sortants. 
 
Nos invités prennent pour premier exemple le discours d'adieu de Dwight Eisenhower, le 17 janvier 1961, dans lequel il avait dénoncé le complexe militaro-industriel américain. « C'est une collusion, le complexe militaro-industriel, entre l'industrie militaire, la science et les grandes entreprises. C'est ce qu'Eisenhower, lui-même un ancien militaire illustre, décoré, glorieux, dénonçait, souligne Marc Laurendeau. Même si deux de ses rédacteurs de discours l'ont aidé, c'était son idée de dénoncer cela. Certains disent qu'il le faisait en réaction aux Kennedy. On oublie que [John F.] Kennedy avait, dans son programme politique, des aspects militaristes. » 
 
Remarques et avertissements
 
« C'est tout l'intérêt de ces grands discours de fin de mandat, où [les anciens présidents] peuvent se permettre de dire : "Voici ce qu'on a vécu, voici ce qui s'en vient, et voici des avertissements pour la suite des choses." C'est ce qui rend ces discours si intéressants, indique Danic Parenteau. Le président sortant peut se permettre d'y aller de remarques générales. Il sort du jeu politique, mais il peut se permettre d'y aller avec ces avertissements. »

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Marc Laurendeau sur Twitter
HYPERLIEN - Danic Parenteau sur le web

Arts et culture

L'heure bleue : Benoît Gouin en père éploré

Benoît Gouin
Benoît Gouin     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

Le comédien est la tête d'affiche d'une nouvelle série écrite par le tandem formé d'Anne Boyer et de Michel D'Astous (Yamaska, Nos étés, etc.). Céline Bonnier et lui y jouent les rôles de parents qui doivent composer avec une terrible épreuve : la perte d'un enfant. Catherine Perrin reçoit Benoît Gouin. 
 
Bande-anonce de L'heure bleue 
 
 
La série L'heure bleue sera diffusée les mercredis à 21 h sur TVA à partir du 11 janvier. Le premier épisode sera exceptionnellement diffusé à 20 h et durera deux heures.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - L’heure bleure sur le web

Arts et culture

Comment survivre à du mauvais théâtre

Sonia Cordeau et André Ducharme
Sonia Cordeau et André Ducharme     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

Malgré la bonne volonté des créateurs, il arrive que le théâtre distille l'ennui. La proximité du public avec les comédiens rend le départ des spectateurs difficile pendant une représentation. Il importe donc de trouver un moyen de rester sur place sans trop bâiller. La comédienne Sonia Cordeau et le journaliste culturel et auteur André Ducharme donnent à Catherine Perrin quelques trucs pour s'occuper l'esprit dans ces situations.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Sonia Cordeau sur Twitter

Art de vivre

Plaidoyer contre la recherche de l'ultime destination gastronomique

Il n'existe pas de destination gastronomique qui soit réellement supérieure à toutes les autres, selon Lesley Chesterman.
Il n'existe pas de destination gastronomique qui soit réellement supérieure à toutes les autres, selon Lesley Chesterman.     Photo : iStock

La recherche constante de la nouvelle ville à visiter pour se régaler de façon branchée entraîne l'uniformisation et la création de stéréotypes éphémères. C'est l'avis de la critique gastronomique Lesley Chesterman. Elle explique à Catherine Perrin pourquoi il n'existe plus vraiment une destination gastronomique à ce point plus intéressante que les autres. 
 
Il est également des bienfaits de manger de la crème glacée au petit déjeuner.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Lesley Chesterman dans Montreal Gazette
HYPERLIEN - Lesley Chesterman sur Twitter

Science et technologie

Le ver de terre, menace destructrice pour les forêts

Gros plan sur un ver de terre
Gros plan sur un ver de terre     Photo : iStock

Fort utile dans le potager, où il aère le sol en digérant la matière organique, le lombric est autrement moins utile aux forêts. Sa présence modifie l'écosystème, si bien que des parcs demandent aux pêcheurs de jeter leurs vers de terre aux ordures pour ne pas menacer l'équilibre naturel. Pierre Gingras, journaliste spécialisé en horticulture et en ornithologie, explique à Catherine Perrin que ce sont les pêcheurs qui ont amené le ver de terre dans les forêts. 
 
« Il y a 12 000 ans, lorsqu'il y a eu la grande glaciation, les vers de terre ont été éliminés du continent nord-américain, raconte Pierre Gingras. Tous les vers qu'on trouve au Québec, dans ce territoire qui est gigantesque, sont des vers exotiques : ils ont été importés. » 
 
Collation problématique 
Le problème est que le lombric, qui survit à nos hivers en se logeant à un mètre ou deux de la surface du sol, dévore la litière, qui est la couche de matière organique recouvrant le sol. « Quand le ver de terre rentre dans le sous-sol, il apporte de la matière organique, rapporte de la terre du sol, puis la remonte et mélange tout ça, précise le journaliste. C'est très bien dans un jardin, mais en forêt, ça change le PH, donc ça change la nature du sol. Ça change aussi, comme il digère et mange un peu de tout, l'aspect microbien et mycorhizien, ça change aussi les champignons... Ça change tout! Et on a constaté qu'effectivement, de nombreuses espèces indigènes ont tendance à disparaître tranquillement pour être remplacées par des espèces invasives qui viennent d'où? D'Europe, puisqu'elles sont habituées à vivre, depuis des millénaires, avec les vers de terre. »  
 
Il est également question de la consommation de plastique par les oiseaux marins.

Science et technologie

Cancer : un traitement prometteur en immunothérapie

Division d'une cellule cancéreuse
Division d'une cellule cancéreuse     Photo : iStock

Le traitement par cellules CAR T, qui sont des globules blancs reprogrammés pour lutter efficacement contre le cancer, devrait être autorisé à des fins commerciales en 2017. Cette nouvelle forme de traitement pourrait être particulièrement efficace contre les cancers du sang, la leucémie, mais aussi les cancers dits « solides ». Le journaliste Renaud Manuguerra-Gagné rend compte des dernières découvertes concernant ce traitement, rapportées dans The New England of Journal of Medicine, au micro de Catherine Perrin.  
 
Il est également question d'une découverte récente sur les oeufs de dinosaures et sur des signaux provenant de l'espace.

Santé

Gastro-entérologie : les plus récentes découvertes

Michaël Bensoussan
Michaël Bensoussan     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

Microbiome, alimentation, système immunitaire... La science établit de plus en plus de liens entre la santé de l'intestin et la santé globale. La consommation de produits transformés est notamment au banc des accusés pour des problèmes comme les troubles du déficit d'attention. Le Dr Michaël Bensoussan, gastro-entérologue, parle à Catherine Perrin des dernières conclusions des scientifiques sur la santé de l'intestin. 
 
Il est également question des plus récentes découvertes sur la maladie de Crohn.

Politique

Histoire de couples : Amir Khadir et Nima Machouf

Nima Machouf et Amir Khadir
Nima Machouf et Amir Khadir     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

Il est député, porte-parole de Québec solidaire et médecin. Elle est épidémiologiste. Mariés depuis 29 ans, ils se sont connus dans leur Iran natal, où Amir a déjà été le gardien de sa future épouse, et où ils ont milité ensemble contre le régime du Shah, durant les années 1970. Amir Khadir et Nima Machouf expliquent à Catherine Perrin que, pour eux, la politique est une responsabilité sociale et non un but. 
 
Le couple relate ses premières années de fréquentation, puis la relation que les deux partenaires entretiennent avec la politique iranienne : ils s'en sont éloignés au fur et à mesure qu'ils se sont impliqués ici.  
 
Après une brève incursion en politique municipale, Nima Machouf croit bien s'impliquer politiquement à nouveau un jour. « Pour l'instant, je ne sais pas. Nous, on prend la politique non pas comme un but. On prend la politique comme une étape. C'est une responsabilité sociale, dit-elle. À un moment donné, chacun doit y mettre de soi. Si on a quelque chose à dire, si on a quelque chose à apporter à la société, il faut le faire, c'est un devoir. On n'est pas là pour rester en politique non plus. » 
 
Juste retour des choses 
« C'est sûr que l'organisation de notre vie, grâce à l'appui que nous recevons de nos parents, de nos amis et de nos familles, fait en sorte que ça peut se concevoir de s'y impliquer tous les deux, parallèlement, affirme Amir Khadir au sujet d'une possible carrière politique pour Nima. Si on en arrive un jour à considérer que c'est ce qu'il faut, je serai presque ravi et je pense que ce serait un juste retour des choses. »

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Nimâ Machouf : l''engagement en famille à l''émission de Catherine Perrin du 11 juin 2012
HYPERLIEN - Amir Khadir sur Twitter

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
1
23456
7
8
9
10
111213
14
15
1617181920
21
22
2324252627
28
29
3031
 
 
 
 

Prochainement à l'émission

Consultez le guide horaire

Dernière baladosiffusion disponible

Médium large

Réseaux Sociaux Suivez-nous sur Facebook Suivez-nous sur Twitter
AMS teaserConcours La route des 20 : votez maintenant