ICI Radio-Canada Première

Médium large

Médium large rss

En semaine de 9 h à 11 h 30 
(en rediffusion à 22 h)

Catherine Perrin

Médium large

Archives

dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
12
3
4
5
6
7891011
12
13
1415161718
19
20
2122232425
26
27
28293031
 
 

Les meilleurs moments : Émission du jeudi 3 décembre 2015


Société

Serial : la revanche de la baladodiffusion

L'animatrice de la baladodiffusion <i>Serial</i>, Sarah Koenig
L'animatrice de la baladodiffusion Serial, Sarah Koenig     Photo : Getty/Getty Images Entertainment/Mike Coppola

Une deuxième saison de la populaire série audio animée par Sarah Koenig est attendue dans les prochaines semaines, avec encore plus d'annonceurs majeurs dans ses rangs. Diffusée en octobre 2015, la première saison a été un succès-surprise, téléchargé plus de 100 millions de fois, ce qui a renouvelé l'intérêt pour la baladodiffusion. Arnaud Granata, président et éditeur d'Infopresse, et Stéphane Mailhiot, vice-président de la stratégie à Havas, analysent la résurrection d'un mode de diffusion largement considéré comme dépassé.  
 
« C'est un média qui est intéressant à surveiller pour des marques, souligne Arnaud Granata. On est complètement happé dans une histoire qu'on peut écouter absolument partout. [...] Il y a un rapport très particulier qu'on développe [avec la baladodiffusion]. Ellerevient, mais elle revient comme un phénomène un peu à la Netflix. » 
 
Il est également question d'un nouveau croisement entre mise en marché et vandalisme, d'une publicité décidément maladroite d'un spa montréalais et de l'image royale du fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Arnaud Granata sur Twitter
HYPERLIEN - Stéphane Mailhiot sur Twitter

Arts et culture

Kim Thúy redécouvre ses origines

Kim Thúy
Kim Thúy     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

L'auteure sera la vedette de la prochaine émission de la série Qui êtes-vous?, qui part à la recherche des racines de personnalités connues. L'écrivaine y revit les grandes étapes qui l'ont menée, elle et sa famille, au Canada et au Québec en tant que réfugiés, et retrouve des gens qu'ils ont côtoyés durant leur émigration. Kim Thúy explique à Catherine Perrin pourquoi le tournage de cette émission a été éprouvant pour elle. 
 
L'émission Qui êtes-vous? mettant en vedette Kim Thúy sera diffusée le 7 décembre à 21 h sur ICI Radio-Canada Télé.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Qui êtes-vous? sur le web
HYPERLIEN - Kim Thúy sur le site des Éditions Libre Expression

Musique

Rufus Wainwright et sa famille fêtent Noël en public

Rufus Wainwright
Rufus Wainwright     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

Le chanteur montréalais et sa soeur, Martha Wainwright, présentent un spectacle de Noël avec la participation de membres de leur famille, dont leur tante Anna McGarrigle et leur père, Loudon Wainwright III, ainsi que des figures connues, comme Emmylou Harris, Robert Charlebois et Daniel Bélanger. L'événement s'inscrit dans la continuité des concerts de Noël que les soeurs McGarrigle, dont leur mère, Kate, faisait partie, donnaient souvent. Rufus Wainwright explique à Catherine Perrin pourquoi organiser un tel rendez-vous est naturel pour lui. 
 
Il est également question de Prima Donna, l'opéra que l'artiste a composé et dont des représentations auront lieu à Montréal. « La musique pop est devenue tellement commercialisée, nulle, simplifiée... Ce n'est plus tellement la musique qu'on va voir, mais plutôt les personnages, la mode, tout ça. Avec l'opéra, c'est encore la musique qui est la plus importante », dit-il pour expliquer son amour pour cette forme d'art.  
 
Catalyseur 
Il raconte sa découverte de l'opéra, à l'âge de 13 ans, après que sa mère eût apporté à la maison un enregistrement du Requiem de Verdi : « Il y avait beaucoup de choses dans ma vie qui se croisaient : je savais à cet âge que j'étais gai; en même temps, le sida était vraiment partout; c'était 1987, le monde était assez sombre... Je pense que c'est la même direction que beaucoup de gens de mon âge ont prise avec Kurt Cobain et le grunge : ils voulaient quelque chose de plus dur, plus vrai. Pour moi, c'est l'opéra qui m'a donné ça. » 
 
Le spectacle Rufus and Martha Wainwright's Noël Nights sera présenté les 5 et 6 décembre à la Maison symphonique, à Montréal. Un condensé du spectacle sera diffusé le 16 décembre sur CBC et le 18 décembre à 22 h 30 sur ICI ARTV.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Rufus and Martha Wainwright’s Noël Nights sur le web
HYPERLIEN - Rufus Wainwright sur le web

Science et technologie

Le climatoscepticisme : nier le réchauffement envers et contre tous

Le climatoscepticisme, une forme de déni
Le climatoscepticisme, une forme de déni     Photo : iStock

Un nouveau sondage révèle qu'à peine plus de 80 % des Canadiens croient que la planète se réchauffe. De ce nombre, seulement 49 % croient que les changements climatiques sont principalement causés par l'humain. Les journalistes Étienne Leblanc et Laure Noualhat expliquent à Catherine Perrin pourquoi une si grande partie du public est réticente à croire des faits appuyés par la quasi-totalité des scientifiques. 
 
Étienne Leblanc s'étonne des chiffres avancés par cette étude de l'Université de Montréal. Il se demande si les 10 ans de musellement des scientifiques sous le règne conservateur en sont responsables, et même s'il a bien fait son travail de journaliste.  
 
Une communauté qui fait son travail 
« Les scientifiques, face aux incertitudes qui persistent sur la question des changements climatiques, ont de vrais débats », rappelle-t-il pour illustrer la futilité du climatoscepticisme. « Quand on va à la rencontre annuelle des membres du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GRIEC), il y a de vrais débats! On n'est pas en train de remettre en question le phénomène au complet, mais il y a des débats sur les façons de faire, les façons de mesurer, etc. » 
 
La faute aux médias 
Spécialiste de l'environnement, Laure Noualhat a coréalisé le documentaire Climatosceptiques : la guerre du climat, qu'ICI RDI diffusera à l'occasion de la conférence de Paris de 2015 sur les changements climatiques. Elle souligne qu'il existe une différence entre le climatoscepticisme anglo-saxon et son pendant français, qu'elle attribue à des polémistes avares de publicité. 
 
Bande-annonce de Climatosceptiques : la guerre du climat 
 
 
« Je pense à ces journalistes qui, à la télévision, adorent créer des polémiques qui n'ont pas lieu d'être, créent du débat et invitent, pour un chercheur compétent, quelqu'un qui dit n'importe quoi, qui n'est pas compétent, explique-t-elle. On a Luc Ferry, Pascal Bruckner... Des gens qui n'y connaissent strictement rien, mais qui ont en sainte horreur tout ce qui s'approche de près ou de loin des écolos, de l'écologie, de la question de la terre, de la nature, des écosystèmes. Pour eux, c'est une entrave, l'écologie, c'est un empêchement de polluer en rond. On a plutôt des figures comme ça, qui viennent volontiers sur des plateaux de télévision. Du coup, à la fin, les gens pensent que s'il y en a un qui pense oui, et l'autre qui pense non, c'est donc qu'il y a un débat, alors qu'en fait, 99 % des chercheurs compétents en la matière sont d'accord. » 
 
Le documentaire Climatoseptiques : la guerre du climat sera diffusé ce soir à 20 h sur ICI RDI.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Étienne Leblanc sur Twitter

Société

Le monstre : Ingrid Falaise dénonce la violence conjugale

Ingrid Falaise
Ingrid Falaise     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

Le premier roman de la comédienne, connue pour son rôle dans Virginie, s'inspire de sa propre expérience avec un conjoint violent. Elle est la nouvelle porte-parole de SOS violence conjugale, un service d'accueil, d'évaluation et d'information pour les victimes. Ingrid Falaise décrit à Catherine Perrin les étapes de l'installation de la violence conjugale dans un couple, et le processus qui permet de s'en libérer.  
 
« Il y a tout un cycle », explique la comédienne, qui donnera également des conférences à ce sujet à partir de mars 2016. « Tout d'abord, on tombe en amour... Les manipulateurs ont un charisme fou, ils ont tous ça en commun. Après, tranquillement, ils nous isolent. On ne voit plus notre famille, on ne voit plus notre ami, parce qu'ils nous disent : "non, tu ne sors pas ce soir; moi, je n'ai pas envie de sortir. Tu m'abandonnes? Moi qui t'aime, moi qui suis là pour toi, moi qui fais tout pour toi. [...] Tes amis ne sont pas à ta hauteur et ils ne m'aiment pas, en plus. Comment peux-tu les choisir au lieu de me choisir, moi?" C'est très complexe. C'est graduel. Ça ne commence pas avec un coup de poing à la figure du jour au lendemain. » 
 
Elle ajoute : « Ce n'est pas qu'on se laisse faire, de un. Et de deux, ma confiance en moi était quand même très adéquate, très normale. Mais c'est que le manipulateur nous rabaisse et c'est là que l'estime de soi baisse, tranquillement. »

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - SOS violence conjugale sur le web
HYPERLIEN - Ingrid Falaise sur Twitter

Arts et culture

Vent de renouveau au Salon des métiers d'art

Virginie Roy, Thomas Doucet-Lupien et Marion Puard
Virginie Roy, Thomas Doucet-Lupien et Marion Puard     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

Le 60e Salon des métiers d'art de Montréal, un événement incontournable du temps des Fêtes, ouvrira ses portes le 10 décembre. Cette année, près du tiers des artisans, soit 100 sur 325, y participeront pour la première fois. Trois d'entre eux, Virgine Roy, Marion Puard et Thomas Doucet-Lupien, parlent à Catherine Perrin des circonstances qui les ont menés vers l'artisanat et de ce qui les distingue de l'artisanat traditionnel.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Salon des métiers d''art de Montréal sur le web
HYPERLIEN - Peau.d.ours sur le web
HYPERLIEN - Mademoiselle Poire sur le web
HYPERLIEN - Thomas MTL sur le web

Économie et affaires

Récemment à l'émission : les bons coups et les ratés de l'économie de partage

Illustration de l'économie du partage
Illustration de l'économie du partage     Photo : iStock

« Les gens ont embarqué par romantisme dans ce mouvement. » La chroniqueuse au journal Les Affaires Diane Bérard et le professeur de sociologie à l'Université du Québec à Montréal (UQAM) Éric Pineault discutaient, le 30 novembre, du côté pratique, mais aussi des imperfections des entreprises collaboratives et de l'économie de partage, comme AirBnb, Kickstarter et autre Uber de ce monde. Réécoutez l'entrevue complète ici

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
12
3
4
5
6
7891011
12
13
1415161718
19
20
2122232425
26
27
28293031
 
 

Prochainement à l'émission

Consultez le guide horaire

Dernière baladosiffusion disponible

Médium large

Réseaux Sociaux Suivez-nous sur Facebook Suivez-nous sur Twitter
AMS teaserConcours La route des 20 : votez maintenant