ICI Radio-Canada Première

Médium large

Médium large rss

En semaine de 9 h à 11 h 30 
(en rediffusion à 22 h)

Catherine Perrin

Médium large

Archives

dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
1
2
34
5
6
7891011
12
13
1415161718
19
20
2122232425
26
27
28293031
 
 

Les meilleurs moments : Émission du mercredi 2 décembre 2015


Politique

La première rentrée parlementaire, une leçon d'humilité

Le premier ministre Justin Trudeau entouré de quelques membres de son cabinet et du gouverneur général David Johnston, le 4 novembre 2015
Le premier ministre Justin Trudeau entouré de quelques membres de son cabinet et du gouverneur général David Johnston, le 4 novembre 2015     Photo : PC/Sean Kilpatrick

Ils seront 197 nouveaux députés à entrer à la Chambre des communes demain pour la nouvelle session parlementaire. Trois anciens députés, Daniel Paillé, Yvon Godin et Liza Frulla, se souviennent de cette expérience au micro de Catherine Perrin et expliquent pourquoi elle n'est pas aussi prestigieuse ou enivrante qu'elle peut sembler. 
 
Daniel Paillé se souvient d'être entré à la Chambre des communes après des élections partielles lors desquelles une figure connue du Bloc québécois a été défaite. Il compare l'ambiance d'alors au sein du parti à celle d'un salon mortuaire. « Ça a été comme une douche froide où, tout compte fait, je rentrais comme un chien dans un jeu de quille en disant : "Désolé, j'ai gagné", raconte-t-il. Une des premières choses qu'on apprend est qu'on est dans une assemblée et qu'on n'a presque pas le droit de parler. [...] Ce n'est pas la première journée qui est importante. C'est la première intervention. » 
 
Pas comme à l'école 
« Quand on va à l'école, on veut s'asseoir sur le siège d'en arrière. Mais au Parlement, on veut essayer de se rendre au siège d'en avant, plus près du pouvoir », fait remarquer Yvon Godin, qui a été whip du NPD de 2000 à 2011, donc responsable de la discipline au sein du parti. « Si on voulait donner une punition à un député pour quelque raison que ce soit, on n'avait qu'à l'envoyer sur le siège d'en arrière. » 
 
Réticences obligatoires 
Liza Frulla se souvient d'avoir été frappée par la quantité de codes à respecter à Ottawa. Il faut montrer qu'on y va avec réticence. Ça fait partie du rituel pour montrer qu'on entre avec humilité et pour défendre les autres, explique-t-elle.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Daniel Paillé sur le site de l'Assemblée nationale du Québec
HYPERLIEN - Liza Frulla sur Twitter
HYPERLIEN - Yvon Godin sur Twitter

Arts et culture

Un Noël rétro avec Les Galipeau's

Sylvie Dumontier et Chantal Lamarre
Sylvie Dumontier et Chantal Lamarre     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

L'animatrice et chroniqueuse Chantal Lamarre et l'auteure et musicienne Sylvie Dumontier, créatrice de Shilvi, forment le duo humoristique Les Galipeau's, qui vient de lancer la chanson C'est Noël et on se donne. Assortie d'un vidéoclip, la pièce propose un saut dans les années 1960 et un retour aux Fêtes kitsch. Gert et Gayle Galipeau font part à Catherine Perrin des souvenirs qui animent Les Galipeau's et parlent de ce qui s'annonce pour le groupe. 
 
Vidéoclip de C'est Noël et on se donne 
 

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Les Galipeau''s sur Facebook
HYPERLIEN - Les Galipeau''s sur Instagram

International

Le nouveau rôle du Canada dans la lutte contre le terrorisme

Des avions CF-18 se ravitaillent au cours de l'une des frappes aériennes canadiennes en Irak, en octobre 2014.
Des avions CF-18 se ravitaillent au cours de l'une des frappes aériennes canadiennes en Irak, en octobre 2014.     Photo : PC/Sgt. Perry Aston

Suivant l'annonce de l'arrêt des frappes aériennes en Syrie et en Irak, le Canada compte réorienter son aide à la lutte contre le terrorisme dans la formation, le mentorat et l'assistance sur le terrain. Le journaliste Alec Castonguay signe un article sur cette nouvelle implication dans le nouveau numéro du magazine L'actualité. En compagnie de Sophie Langlois, journaliste spécialiste de la question africaine, il explique en quoi ce nouveau rôle peut être efficace contre le groupe armé État islamique et contre Boko Haram. 
 
« Les libéraux n'ont pas changé d'avis malgré les attentats de Paris, mais ils sont bien conscients, par ce qu'ils voient sur le terrain et dans les sondages, que les Canadiens ne veulent pas qu'on se retire et qu'on ne fasse plus rien du tout, explique Alec Castonguay. Ce n'est pas parce qu'on ne fait plus de frappes que la mission est nécessairement moins dangereuse, au contraire. Je pense que les soldats canadiennes, qui sont 69 en ce moment à faire ce type de mentorat – on va augmenter ce nombre de manière substantielle –, vont être plus à risque qu'elles ne le sont actuellement. » 
 
Proximité de la menace 
« Il y a maintenant la proximité de la menace, ajoute Sophie Langlois. On a maintenant de nos propres jeunes qui partent combattre là-bas et qui, parfois, reviennent et, en revenant ici, instaurent la peur que le terrorisme fasse des victimes chez nous. Alors que quand une jeune fille se fait exploser avec une ceinture d'explosifs dans un marché à Kano, au nord du Nigeria, on ne voit pas que cette menace pourrait un jour nous toucher. Or, on a tort. »

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - L’actualité sur le web
HYPERLIEN - Alec Castonguay sur Twitter
HYPERLIEN - Sophie Langlois sur Twitter

Science et technologie

Les origines de la conscience écologique

Un homme et son enfant constatent les effets dévastateurs de l'homme sur la nature.
Un homme et son enfant constatent les effets dévastateurs de l'homme sur la nature.     Photo : iStock

La planète a les yeux tournés vers la conférence de Paris de 2015 sur les changements climatiques, où les États tentent de résoudre nos problèmes écologiques. Le monde n'a pas toujours eu une telle conscience environnementale. La psychologue Rachida Azdouz, l'historien André Champagne et la sociologue Valérie Harvey tentent, avec Catherine Perrin, de retracer cette prise de conscience, de ses balbutiements aux moments où elle s'est traduite par des gestes concrets. 
 
Rachida Azdouz rappelle que chaque grand mouvement de libération ou d'émancipation du 20e siècle cherchait aussi le bien-être physique et psychique de ses protagonistes, de la génération beat à Mai 68. « Tout ça a favorisé l'émergence du sujet », dit-elle. 
 
Des présidents lucides 
André Champagne s'intéresse aux premiers penseurs de l'écologie. Il parle notamment d'Henry David Thoreau et de son roman Walden (1854); du président américain Thomas Jefferson, qui a pris conscience des méfaits de la concentration de la population lors d'un voyage en Europe; et surtout d'un autre président, Theodore Roosevelt, qui a été le premier à sensibiliser le peuple américain à la question environnementale. « Il se rendait bien compte que la forêt américaine était en train de disparaître, souligne-t-il. Dès 1900, il ne restait qu'un quart de la forêt que les premiers découvreurs avaient vue. [...] Ce qu'il déplorait également, c'était les méfaits de l'industrie minière américaine, qui s'appropriait d'immenses espaces du territoire américain et qui, pour exploiter le minerai, causait un tort considérable à la nature. » 
 
La mondialisation et non la surpopulation 
Valérie Harvey rappelle que les années 1960 ont marqué un tournant dans la prise de conscience du problème environnemental. L'ouvrage La bombe P (1968), de Paul et Anne Ehrlich, supposait que celui-ci était causé par la surpopulation, mais les décennies suivantes ont eu raison de cette théorie. « Le problème de la natalité se règle de lui-même dès qu'on instaure des mesures qui amènent l'égalité entre hommes et femmes et donnent un accès égal à l'éducation, fait-elle remarquer. Sur une planète capable de nourrir neuf milliards d'habitants, le problème n'est pas la capacité de la planète Terre, le problème est que les ressources sont mal réparties. »  
 
Le sociologue Anthony Giddens a eu, selon elle, une meilleure interprétation en blâmant la mondialisation, qu'il a comparée à un camion fou furieux.

Science et technologie

La proximité de la nature favorise l'harmonie sociale

Deux enfants sur le bord d'une rivière
Deux enfants sur le bord d'une rivière     Photo : iStock

Cette semaine, au bureau des études, les journalistes scientifiques Jean-François Bouthillette et Marianne Desautels, nous parlent, entre autres, du lien possible entre la proximité de la nature, la cohésion sociale et la criminalité, ainsi que de la possibilité de prédire la réponse de l'organisme humain à la nourriture. 
 
Références des sujets traités 
 
Le contact avec la nature pourrait amener plus de cohésion sociale – Article dans EurekAlert! 
 
Le microbiote pourrait permettre de prédire la réponse de l'organisme humain à différents aliments – Article dans Scientific American 
 
L'augmentation du prix des cigarettes liée à la diminution de la mortalité infantile – Article dans ScienceDaily 
 
Le tardigrade prend des gènes à d'autres organismes – Article dans The Atlantic

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Jean-François Bouthillette sur Twitter
HYPERLIEN - Marianne Desautels sur Twitter

Politique

Élections en France : la droite a le vent dans les voiles

La président du Front national, Marine Le Pen, et son père, Jean-Marie Le Pen, fondateur du parti
La président du Front national, Marine Le Pen, et son père, Jean-Marie Le Pen, fondateur du parti     Photo : Reuters/Robert Pratta

Les élections régionales françaises auront lieu le 6 et le 13 décembre, moins d'un moins après les attentats de Paris. Ces événements ont donné du souffle au Front national de Marine Le Pen, en passe d'emporter aux moins deux régions, ce qui marquerait une première historique. Le journaliste Jean Quatremer explique à Catherine Perrin comment les attentats ont également changé le discours de la gauche du président François Hollande.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Jean Quatremer dans Libération
HYPERLIEN - Jean Quatremer sur Twitter

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
1
2
34
5
6
7891011
12
13
1415161718
19
20
2122232425
26
27
28293031
 
 

Prochainement à l'émission

Consultez le guide horaire

Dernière baladosiffusion disponible

Médium large

Réseaux Sociaux Suivez-nous sur Facebook Suivez-nous sur Twitter
AMS teaserConcours La route des 20 : votez maintenant