ICI Radio-Canada Première

Médium large

Médium large rss

En semaine de 9 h à 11 h 30 
(en rediffusion à 22 h)

Catherine Perrin

Médium large
Logo Radio-Canada

Société

Être conjoint de politicien, un ménage à trois qui pèse lourd

Le mercredi 10 février 2016

Mathieu Dubé, Chantal Renaud et Marie-Claude Barrette
Mathieu Dubé, Chantal Renaud et Marie-Claude Barrette     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

Endurance, écoute, flexibilité... Telles sont les qualités requises pour partager la vie d'un politicien. Marie-Claude Barrette est la partenaire de Mario Dumont, Chantal Renaud, de Bernard Landry, et Mathieu Dubé est le mari d'Anne Minh-Thu Quach, députée du NPD. Ils expliquent à Catherine Perrin en quoi la vie politique exerce une pression considérable sur les proches des politiciens.  
 
La critique, cet ennemi pernicieux 
Marie-Claude Barrette, qui était militante politique avant que Mario Dumont n'entre dans sa vie, avait surtout du mal à accepter les critiques dont ce dernier faisait l'objet. « Des fois, j'avais l'impression que c'était plus facile pour Mario, parce qu'il pouvait se défendre. Mais quand on est à côté, on ne veut pas de ça », raconte-t-elle. Elle décrit la façon dont ces critiques influaient sur son quotidien : « Combien de fois il y a eu de mauvais sondages! En arrivant au bureau, ce matin-là, personne n'osait en parler. Ceux qui osaient en parler, il fallait les consoler, toujours rassurer tout le monde. C'est ça qui mine. C'est aussi la fatigue : j'avais trois jeunes enfants, j'étais souvent seule, j'étais fatiguée, je travaillais à temps plein... » 
 
Temporiser 
Chantal Renaud, elle, a aidé Bernard Landry à mieux accepter la critique. « Il faut être très fort. Il faut que la compagne ou le compagnon soit très bien structuré à l'intérieur. Il ne faut pas être en manque de ci ou en demande de cela, souligne-t-elle. Je me vois surtout comme un temporisateur. J'ai passé beaucoup d'années à l'étranger et ça m'a permis de prendre beaucoup de recul par rapport aux situations. Je peux dédramatiser très facilement, alors que Bernard Landry, qui n'en a peut-être pas l'air, est quelqu'un de très, très émotif. À la suite d'une critique dans les journaux, ma mission est vraiment de le rassurer, de l'aider à prendre du recul, de lui faire voir que c'est un mouvement de fourmi qui est en train de se passer. » 
 
Impuissance 
Mathieu Dubé a perdu 15 lb durant la dernière campagne électorale fédérale, à cause du stress que provoquent en lui les défis que traverse sa femme, qui a eu son premier enfant durant son premier mandat. Il décrit Anne Minh-Thu Quach comme une perfectionniste et un bourreau de travail. « Allait-elle être capable de se satisfaire de son implication comme députée et de sa vie de mère? Ça vient avec l'écartèlement. C'est difficile, de mon côté, d'assister à ça, à cet ajustement, de la regarder manœuvrer des deux côtés, indique-t-il. Il faut s'accorder du temps en tant que couple, mais il faut aussi être ouvert à la possibilité que ce qui était prévu voilà trois ou quatre jours ne tienne plus la route pour cause de circonstances extraordinaires. »


EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Marie-Claude Barrette sur Twitter
Créer un compte

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes

Chroniques récentes

23 septembre 2016

Construire un château du Moyen Âge avec des outils de l'époque

22 septembre 2016

Pénélope McQuade aux frontières de l'anti-intellectualisme

22 septembre 2016

Françoise Bertrand, enfonceuse de plafonds de verre

22 septembre 2016

Mondialistes contre protectionnistes, les deux camps de toutes les luttes

22 septembre 2016

Parti québécois : une publicité sans Martine Ouellet crée la controverse

21 septembre 2016

Mémoires d'une gardienne de prison : la vie entre les cellules