ICI Radio-Canada Première

Médium large

Médium large rss

En semaine de 9 h à 11 h 30 
(en rediffusion à 22 h)

Catherine Perrin

Médium large
Logo Radio-Canada

Art de vivre

L'art de la cueillette : un monde au-delà des petits fruits

Le mardi 16 août 2016

Gérald Le Gal et Ariane Paré-Le Gal
Gérald Le Gal et Ariane Paré-Le Gal     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

Champignons, fleurs, pétales, racines... Au Québec, il est possible de cueillir une centaine de plantes en plus des framboises, bleuets, mûres et autres baies qu'on a l'habitude de trouver en bordure des sentiers. Gérald Le Gal en a fait sa vie grâce à Gourmet sauvage, une entreprise spécialisée dans les produits comestibles de la forêt et dans l'organisation de cueillettes, et il a transmis sa passion à sa fille. Gérald et Le Gal et Ariane Paré-Le Gal expliquent à Isabelle Craig pourquoi on gagne à mieux connaître les produits de la forêt.  
 
Gourmet sauvage vend au public des produits transformés, comme des confitures, des champignons séchés et des tisanes, et propose des produits bruts (chicoutai, airelle, sureau, pimbina, etc.) aux restaurateurs. « Il y a vraiment un grand changement qui s'est effectué il y a cinq ans, autant au détail qu'en restauration, indique Ariane Paré-Le Gal. On ne fait plus simplement poser les produits sur les assiettes. Il n'y a plus que des restaurants spécialisés dans la nourriture sauvage. Maintenant, c'est très commun de voir ça intégré à la cuisine de base. » 
 
Géographe de formation, Gérald a appris à faire la cueillette lui-même, après avoir été en contact avec les Premières Nations. Il précise que son entreprise fait appel à un réseau de cueilleurs pour s'approvisionner en produits. « L'entreprise n'existerait pas sans son réseau, souligne-t-il. Ce réseau de cueilleurs existe depuis très longtemps. Certains d'entre eux sont devenus nos amis : on connaît le nom de leurs enfants et de leur chat. Ce ne sont pas gens qui travaillent pour Gourmet sauvage. Je les vois comme des collègues. » 
 
Ailes coupées 
Ariane Paré-Le Gal déplore que nos institutions publiques, comme le Centre antipoison du Québec, découragent la cueillette par crainte d'intoxications : « Je trouve absurde qu'on coupe les ailes aux gens, qui sont tellement intéressés à reprendre ce contact avec là d'où on vient! »


Cr�er un compte

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes

Chroniques récentes

7 avril 2017

Des vins à déguster avec le crabe, selon Élyse Lambert

4 avril 2017

Comment affiner ses sens pour devenir un meilleur cuisinier

31 mars 2017

Des vins italiens à déguster, selon Simon Gaudreault

28 mars 2017

Le manque de talent en cuisine, un mensonge, selon Lesley Chesterman

24 mars 2017

Des bières à découvrir, selon le sommelier Simon Gaudreault

23 mars 2017

Marthe Laverdière, la jardinière qui faisait rire