ICI Radio-Canada Première

Médium large

Médium large rss

En semaine de 9 h à 11 h 30 
(en rediffusion à 22 h)

Catherine Perrin

Médium large
Logo Radio-Canada

Société

Pornographie : effets mal mesurés, population mal éduquée

Le jeudi 28 avril 2016

François Renaud, Laurie Betito et Mathieu St-Onge
François Renaud, Laurie Betito et Mathieu St-Onge     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

L'influence de la pornographie amène des jeunes à éprouver des problèmes de dépendance, de couple ou de dysfonction érectile. Des professionnels comme la psychologue Laurie Betito et le sexologue François Renaud remarquent la différence provoquée par l'avènement d'Internet et des appareils intelligents. En compagnie de Mathieu St-Onge, ancien dépendant à la pornographie, ils expliquent à Catherine Perrin l'importance d'une meilleure éducation sexuelle, sensuelle, érotique et relationnelle.  
 
Malbouffe 
Laurie Betito compare la pornographie à la malbouffe : consommée en petite quantité, elle ne pose pas de problème, mais présente des dangers lorsque consommée fréquemment. « Dans l'éducation sexuelle qu'on reçoit, on ne parle pas de pornographie, comme on ne parle pas de plaisir, comme on ne parle pas de consentement, déplore-t-elle. On parle de maladies transmissibles sexuellement, on parle de contraception, mais on ne parle pas de la manière de regarder la pornographie avec un oeil critique; de la part de fantasme et de réalité dans tout ça. » 
 
Confondre plaisir et excitation 
« Il y a comme un double message [qui est envoyé] : on tente de réduire l'éducation sexuelle, mais en même temps, dans les médias, on voit du sexe partout, on nous dit qu'il est important d'en avoir et d'en avoir du bon, déplore François Renaud. Selon lui, la question des effets de la pornographie peut être mieux abordée maintenant qu'on parle ouvertement des dysfonctions sexuelles. « Allez chercher quelque chose qui est plus dans le plaisir sexuel que dans l'excitation sexuelle. C'est souvent ça, le problème : on ne fait pas la différence. »  
 
Lire au lieu de regarder 
Jadis dépendant à la pornographie, Mathieu St-Onge reçoit beaucoup de courriels de gens aux prises avec le même problème. « Ce que je donne comme conseil aux gens, c'est : si vous voulez arrêter la pornographie, intéressez-vous à la vraie sexualité, dit-il. Quand vous avez envie de regarder du porno en ligne, allez plutôt lire sur le tantrisme, par exemple. Allez lire sur les massages. Allez lire pour bonifier votre sexualité. »


EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Laurie Betito sur le web
HYPERLIEN - François Renaud sur le web
HYPERLIEN - Mathieu St-Onge sur le web
Créer un compte

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes

Chroniques récentes

10 avril 2017

Plaidoyer pour un meilleur diagnostic de la maladie de Lyme au Canada

10 avril 2017

La crise de l'emploi, préoccupation majeure pour les Français

10 avril 2017

Dépôt cette semaine du projet de loi fédéral sur la légalisation de la marijuana

7 avril 2017

Frappes en Syrie : l'absence de consultation avec les alliés inquiète

6 avril 2017

Pepsi : vie et mort d'une publicité catastrophique

5 avril 2017

Danielle Ouimet dévoile ce qui menace les entreprises