ICI Radio-Canada Première

Médium large

Médium large rss

En semaine de 9 h à 11 h 30 
(en rediffusion à 22 h)

Catherine Perrin

Médium large
Logo Radio-Canada

Santé

Thérapie par avatar : l'ordinateur pour aider ceux qui entendent des voix

Le mercredi 16 septembre 2015

Alexandre Dumais et Richard Breton
Alexandre Dumais et Richard Breton     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

À l'Institut Philippe-Pinel de Montréal, un programme novateur est mis à l'essai pour les schizophrènes : la thérapie par avatar, qui consiste à mettre en images et en sons les voix que les patients entendent dans leur tête. Les patients doivent ensuite confronter leur voix persécutrice dans un monde de réalité virtuelle. Les essais menés jusqu'à maintenant donnent des résultats prometteurs. Catherine Perrin en discute avec le psychiatre Alexandre Dumais et l'un de ses patients, Richard Breton. 
 
« Pour faire une analogie, c'est un peu comme si je manipulais une marionnette », explique Alexandre Dumais à propos du déroulement de cette thérapie. « C'est moi qui prends possession de l'avatar. Je demande au patient d'écrire tout ce qu'il entend. [...] Après notre première expérience, le thérapeute devient quasi inexistant. C'est vraiment un dialogue qui s'établit entre l'avatar et la personne qui est en traitement. C'est moi qui le fais parler et le patient le sait, mais il y a vraiment une conversation qui a lieu et je pense que c'est une des forces de cette thérapie. » 
 
La schizophrénie de Richard Breton s'est déclarée alors qu'il était dans l'armée. Il s'est porté volontaire pour suivre la thérapie par avatar après avoir mal réagi aux médicaments qui lui avaient été prescrits. 
 
Ses hallucinations lui font voir et entendre le diable en personne. « Pour cette raison, les premières séances ont été éprouvantes, mais il estime qu'elles ont été bénéfiques. J'ai persisté, parce que je voyais la possibilité que ça m'aide, raconte-t-il. Ça m'a aidé énormément. C'est pour ça que je suis ici. Avant, je l'entendais [le diable] 10-15 fois par jour. Maintenant, c'est une ou deux, maximum trois fois. Et aussitôt qu'il dit quelque chose, je le bouche tout de suite! »


Créer un compte

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes

Chroniques récentes

4 avril 2017

Garder son cordon ombilical pour mieux guérir dans l'avenir

4 avril 2017

Ces médicaments qu'on prescrit encore malgré les dangers

28 mars 2017

Les trolls, des sadiques qui attaquent en groupe

23 mars 2017

Un langage révolutionnaire pour communiquer avec les autistes

21 mars 2017

L'épuisement parental : quand les parents n'en peuvent plus

17 mars 2017

Un village sur mesure pour les gens atteints de maladies cognitives