ICI Radio-Canada Première

Médium large

Médium large rss

En semaine de 9 h à 11 h 30 
(en rediffusion à 22 h)

Catherine Perrin

Médium large

Archives

dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
 
 
 
1
2
3
45678
9
10
1112131415
16
17
181920
21
22
23
24
2526272829
30

Les meilleurs moments : Émission du jeudi 21 avril 2016


Société

Éthique : les grandes chaînes manquent de transparence

La maison de haute couture Chanel
La maison de haute couture Chanel     Photo : Getty/Getty Images Entertainment/Pascal Le Segretain

Un rapport conclut que 40 % des chaînes de vêtements n'ont aucun système pour retracer et garantir la provenance éthique de leurs produits. Des chaînes réputées telles que Chanel, Forever 21, Prada et Ralph Lauren se classent parmi les pires élèves en matière de traçabilité, tandis que des chaînes déjà soupçonnées d'employer des ateliers de misère, comme H&M, Zara et Gap, font bonne figure. Arnaud Granata, éditeur d'Infopresse, et Stéphane Mailhiot, vice-président stratégie pour Havas, discutent de ce rapport au micro de Catherine Perrin. 
 
« Le fait que Chanel se classe au bas de la liste ne veut pas dire que la chaîne produit dans de mauvaises conditions. Ça veut dire qu'elle n'a pas de politique de transparence et de traçabilité pour savoir où sont produits ses vêtements, indique Arnaud Granata. C'est clairement une histoire de perceptions. On va être beaucoup plus suspicieux par rapport à Gap ou à Nike que par rapport à des marques qui font la promotion de l'artisanat et du savoir-vivre. » 
 
Il est également question de mise en marché des produits de beauté pour les minorités ethniques, des bloqueurs de publicité en ligne et de cartes de débit et de crédit pour enfants.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Arnaud Granata sur Twitter
HYPERLIEN - Stéphane Mailhiot sur Twitter

Santé

Les services de santé trop peu adaptés aux personnes LGBT

Marie-Pier Boisvert, Bill Ryan et Florence Marcil-Denault
Marie-Pier Boisvert, Bill Ryan et Florence Marcil-Denault     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

Que ce soit dans les programmes d'enseignement ou dans le circuit de la santé, les personnes de la communauté LGBT (lesbiennes, gais, bisexuels et transgenres) sont de plus en plus nombreuses à rapporter l'attitude inadéquate du personnel. Les services et la formation sont dispensés en fonction d'une clientèle hétérosexuelle et ne tiennent pas compte des autres réalités. La psychologue Florence Marcil-Denault, le professeur en travail social Bill Ryan et la directrice générale du Conseil québécois LGBT expliquent à Catherine Perrin pourquoi la formation des professionnels doit se faire selon un nouveau cadre. 
 
Nos invités évoquent différentes situations problématiques, comme celle d'une femme homosexuelle qui a appris qu'elle était infertile et s'est fait dire par son médecin que le problème était banal en raison de son orientation sexuelle. La femme essayait pourtant d'avoir des enfants avec sa conjointe. 
 
Microagressions 
Pour Marie-Pier Boisvert, il ne s'agit pas nécessairement d'homophobie, mais de microagressions. « L'intention n'est pas de faire mal, mais c'est quand même comme ça que le message est reçu, dit-elle. Ça cause de la détresse. Tellement de personnes LGBT ont peur d'aller en thérapie parce qu'elles ont peur de subir ces microagressions dont elles ont entendu parler par des collègues ou des amis, ou sur Internet. [...] Si le jeune est gai ou trans, ça suppose que la meilleure solution serait d'être hétéro. » 
 
Dangereuse stigmatisation 
« C'est la formation qui permet à l'intervenant d'être complètement au naturel et de mettre le patient ou le client dans un lieu sécuritaire, où il sent qu'il peut tout ouvrir », affirme Florence Marcil-Denault. Elle-même gaie, elle a consacré sa thèse de maîtrise aux répercussions de l'homophobie chez les mères lesbiennes. Quand elle reçoit des adolescents en consultation, elle s'assure d'emblée de leur laisser le soin de préciser eux-mêmes leur identité sexuelle. « La santé mentale des LGBT est vraiment moins bonne que celle de la population générale. La principale hypothèse est vraiment la stigmatisation. » 
 
Conséquences médicales réelles 
« On sait par les études – et j'en ai fait quelques-unes – que les LGBT hésitent avant d'aller consulter en santé, parce qu'ils ou elles ont vécu des mauvaises expériences ou anticipent des mauvaises expériences, comme une réaction négative lorsque cette personne dévoile son orientation sexuelle, des commentaires qui présupposent l'hétérosexualité et ne laissent pas la porte ouverte à autre chose, déplore Bill Ryan. Il y a des conséquences médicales réelles. Par exemple, les femmes lesbiennes meurent plus que les femmes hétérosexuelles du cancer du sein. Pas parce qu'il y en a davantage chez les femmes lesbiennes, mais parce que les femmes lesbiennes consultent plus tardivement [...]. C'est souvent trop tard. »

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - « Sexologues mal formés aux enjeux LGBT » dans Métro
HYPERLIEN - Institut pour la santé des minorités sexuelles sur le web
HYPERLIEN - Conseil québécois LGBT sur le web
HYPERLIEN - Florence Marcil-Denault sur Psycho-Med

International

Donald Trump : histoire d'une désaffection

Donald Trump après sa victoire dans l'État de New York
Donald Trump après sa victoire dans l'État de New York     Photo : Shannon Stapleton / Reuters

Le journaliste Jonathan Trudel a rencontré le biographe de Donald Trump pour mieux comprendre le candidat controversé à l'investiture républicaine aux États-Unis. Il s'est également rendu dans des rassemblements politiques en son honneur afin de mieux saisir les motivations de ses partisans. Dans deux articles à paraître dans L'actualité, il dépeint un homme colérique et persuadé d'être persécuté par l'élite, qu'il personnifie pourtant. Catherine Perrin en discute avec Jonathan Trudel.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Jonathan Trudel dans L’actualité
HYPERLIEN - L’actualité sur le web

Sports

Les supporteurs de l'Impact, l'âme du stade Saputo

Dominique Ritchot, Jean-François Dupont-Viel et Patrick Leduc
Dominique Ritchot, Jean-François Dupont-Viel et Patrick Leduc     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

Quand l'équipe de soccer de Montréal disputera, samedi, son premier match en ville de 2016, elle pourra compter sur le soutien indéfectible de 127 Montréal, de 1642MTL et des Ultras, trois groupes officiels de supporteurs qui assistent à chaque match local. Ils ont chacun leurs chants, leurs banderoles et leurs rituels pour célébrer les buts. En compagnie du journaliste Patrick Leduc, Dominique Ritchot et Jean-François Dupont-Viel, deux supporteurs, expliquent à Catherine Perrin comment ils contribuent à faire de chaque match un événement.  
 
Ancien joueur de l'Impact, Patrick Leduc a accueilli avec plaisir la première équipe de supporteurs de l'Impact, en 2002. Ils organisent des chants, ils apportent des banderoles et un peu plus d'énergie dans les gradins, souligne-t-il. « On l'avait vu dans les matchs en Europe, en Amérique du Sud. On savait que l'Impact attirait un public un peu plus familial, [...] qui ne suit pas nécessairement les matchs avec le même intérêt qu'un partisan qui connaît les derniers résultats de l'équipe, qui est plus ou moins content de l'alignement sur le terrain, mais qui va être plus démonstratif dans sa façon d'appuyer l'équipe. » 
 
Club social 
Dominique Ritchot, du 127 Montréal, explique que chaque équipe de supporteur a son quartier général dans un bar ou café différent. La tradition est de prendre part à un barbecue avant chaque match. « C'est un club social. Moi, c'est ce que j'aime », avoue-t-elle, expliquant que le groupe existe depuis 2011 et qu'elle l'a rejoint en 2012, après avoir pris part à un visionnement coorganisé par le groupe. « De moi-même, je ne serais jamais allée voir un match de foot parce que je suis de nature réservée et que je préfère regarder ça avec des gens [que je connais]. » 
 
Douzième joueur 
Le groupe 1642MTL, dont Jean-François Dupont-Riel fait partie, s'est doté d'une énorme cloche d'église, que les membres transportent au stade Saputo lors de chaque match, et qu'ils font sonner lors de chaque but. « L'idée est venue d'une membre du groupe, qui se demandait comment on pouvait instaurer un rituel de but qui nous différencierait des autres groupes de supporteurs, raconte-t-il. L'équipe s'est procuré l'objet sur Internet et l'a fait livrer par camion. Elle se fond bien au bruit de la foule. Je pense qu'au foot, les supporteurs sont importants. On dit souvent qu'ils sont le douzième joueur. »

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - L’Impact de Montréal sur le web
HYPERLIEN - 1642MTL sur Facebook
HYPERLIEN - 127 Montréal sur Facebook
HYPERLIEN - Patric Leduc sur Twitter

Société

Histoires de couples : Laurent Duvernay-Tardif et Florence-Agathe Dubé-Moreau

Florence-Agathe Dubé-Moreau et Laurent Duvernay-Tardif
Florence-Agathe Dubé-Moreau et Laurent Duvernay-Tardif     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

Il est joueur de football pour les Chiefs de Kansas City, étudiant en médecine à l'Université McGill et formidablement imposant avec ses 6 pieds et 5 pouces et ses 321 livres. Elle est historienne de l'art à l'Université du Québec à Montréal et est d'apparence délicate. Ils doivent vivre éloignés l'un de l'autre quelques mois par année, mais ils sont tous deux passionnés. Dans notre série sur les couples hors du commun, Catherine Perrin rencontre Laurent Duvernay-Tardif et Florence-Agathe Dubé-Moreau.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Laurent Duvernay-Tardif sur le web

Société

L'histoire d'Harriet Tubman, ancienne esclave devenue héroïne

Harriet Tubman
Harriet Tubman     Photo : National Portrait Gallery

L'ancienne esclave devenue abolitionniste figurera sur les prochains billets de 20 $ américains. Morte en 1913 à 90 ans, elle a été militante au sein de l'Underground Railroad, un réseau d'esclaves libérés et de sympathisants qui aidaient les gens à fuir le sud esclavagiste au 19e siècle. L'animateur Philippe Fehmiu et la chroniqueuse et ancienne ministre Yolande James parlent à Catherine Perrin de la vie pas banale de cette grande dame.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Philippe Fehmiu sur Twitter
HYPERLIEN - Yolande James sur Twitter

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
 
 
 
1
2
3
45678
9
10
1112131415
16
17
181920
21
22
23
24
2526272829
30

Prochainement à l'émission

Consultez le guide horaire

Dernière baladosiffusion disponible

Médium large

Réseaux Sociaux Suivez-nous sur Facebook Suivez-nous sur Twitter
AMS teaserConcours La route des 20 : votez maintenant