ICI Radio-Canada Première

Médium large

Médium large rss

En semaine de 9 h à 11 h 30 
(en rediffusion à 22 h)

Catherine Perrin

Médium large

Archives

dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
 
 
 
1
2
3
45678
9
10
1112131415
16
17
1819202122
23
24
25
26
272829
30
31
 
 
 
 
 
 

Les meilleurs moments : Émission du mardi 26 janvier 2016


Société

La valeur d'un contrat

Judith Lussier et Michel Nadeau
Judith Lussier et Michel Nadeau     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

Tout semble indiquer que le joueur de football Didier Drogba honorera la dernière année de son contrat qui le lie à l'Impact de Montréal. Le chroniqueur Réjean Tremblay, le directeur général de l'Institut sur la gouvernance, Michel Nadeau, et la journaliste Judith Lussier débattent avec Catherine Perrin de la possibilité de rompre ou non un engagement contractuel et de la protection qu'un contrat offre.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Michel Nadeau sur le site de l’Institut sur la gouvernance
HYPERLIEN - Réjean Tremblay dans le Journal de Montréal
HYPERLIEN - Judith Lussier dans Métro

International

Une association pour les victimes du 13 novembre et leurs proches

Aux abords du Bataclan, à Paris, un lieu a été amménagé à la mémoire des victimes des attentats du 13 novembre.
Aux abords du Bataclan, à Paris, un lieu a été amménagé à la mémoire des victimes des attentats du 13 novembre.     Photo : Getty/AFP/JOEL SAGET

L'association 13 novembre : fraternité et vérité rassemble des victimes et des proches de victimes des attentats survenus le 13 novembre dernier à Paris et à Saint-Denis. Patricia Correia, mère de Précilia Correia, tuée avec son amoureux au Bataclan, explique à Catherine Perrin comment l'initiative permet aux membres d'affronter les difficiles conséquences du drame. 
 
« On a tous besoin de lutter contre cette horrible chose qui nous a atteints, déclare Patricia Correia. Il faut être très vigilant, bien sûr, parce qu'on peut être menacés n'importe où, maintenant. C'est toutefois vrai qu'il ne faut pas céder à la peur, parce que, sinon, on ne peut plus vivre normalement, voyez-vous. Il faut que l'on continue à se déplacer, à aller travailler, à faire ce qu'on a à faire, à se rendre dans les salles de concert et à sortir. La vie ne peut pas s'arrêter, parce que ça veut dire que ces gens auraient gagné. »

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Association 13 novembre : Fraternité et Vérité sur le web
HYPERLIEN - Association 13 novembre : Fraternité et Vérité sur Facebook

Santé

Le Spa de la rue : des massages pour itinérants

Réal Dumont et Gérard Piquemal
Réal Dumont et Gérard Piquemal     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

Depuis 2012, un organisme offre des services de massothérapie aux itinérants et aux personnes défavorisées. Réal Dumont, un ancien itinérant qui souffrait de séquelles d'un grave accident de travail, en a tiré de grands bienfaits. Il est en studio avec le naturopathe et massothérapeute Gérard Piquemal, qui raconte comment il a choisi ce terrain où il se sent vraiment utile. 
 
Gérald Piquemal a commencé à donner des massages aux itinérants en 2006, soit six ans avant de fonder Le Spa de la rue, où il est aidé par une cinquantaine de bénévoles. Depuis, il estime avoir donné 10 000 massages et soins de pieds.  
 
Petit à petit 
« Le toucher, ce n'est pas quelque chose d'agréable pour un gars qui vit dans la rue. En 2006-2007, on a commencé par masser des mains, des genoux. Des gars qui passent des hivers dans la rue ont des problèmes de rhumatisme, de maladies dégénératives. Ils en sentaient le bienfait. [...] Petit à petit, on a réussi à enlever une chemise, un t-shirt, et à masser directement sur la peau », raconte-t-il, jurant constater moins de problèmes d'hygiène chez cette clientèle que chez les adeptes de spas. 
 
Le bien dedans comme dehors 
« J'ai senti un bien-être extrême », dit Réal Dumont à propos de la première fois qu'il a reçu un massage du Spa de la rue. « Psychologiquement, c'est vraiment positif. Ils prennent soin des sources de nos maux. Ça aide à relaxer. J'avais mal dans le cou et dans le dos. » À la suite d'un accident lors duquel une tige d'acier lui a traversé le corps, l'homme est devenu inapte au travail, ce qui l'a mené vers l'itinérance.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Le Spa de la rue sur le web
HYPERLIEN - « Le toucher est une arme douce » dans Cerveau et psycho

Santé

Éducation des enfants : gare à l'attention divisée

Gare à la tentation de diviser son attention vis-à-vis ses enfants, prévient une étude.
Gare à la tentation de diviser son attention vis-à-vis ses enfants, prévient une étude.     Photo : iStock

Vous avez l'habitude de faire autre chose en vous occupant de vos enfants? Une étude californienne non encore publiée suggère qu'un tel comportement des parents pourrait entraîner une perte d'entrain chez les enfants. Sonia Lupien, chercheuse en neurosciences, explique à Catherine Perrin ce qu'est la fragmentation comportementale et en quoi les nouvelles technologies nous y exposent.  
 
Menée sur des rats, l'étude de chercheurs californiens nécessite des recherches plus approfondies chez les humains, mais démontre clairement l'effet dévastateur d'une activité mentale partagée. 
 
« La Dre Baram m'a présenté une vidéo spectaculaire, raconte Sonia Lupien. Quand elle a étudié le comportement de ces petits rats à l'adolescence, elle a observé que les petits des mères qui avaient un comportement fragmenté affichaient moins de comportements liés aux jeux et au plaisir en général. Ce ne sont pas des petits qui ont vraiment le goût de jouer. Ce dont elle se rend compte, c'est que ce qui stresse le bébé, c'est la fragmentation du comportement maternel, et non le comportement lui-même. » 

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Sonia Lupien sur le web

International

Au bout du monde avec les manchots à Ushuaïa

Colonie de manchots à Ushuaïa, en Argentine
Colonie de manchots à Ushuaïa, en Argentine     Photo : iStock

Le journaliste spécialisé en horticulture et en ornithologie Pierre Gingras est à Ushuaïa, en Argentine, ville la plus australe de la planète. À proximité, on peut côtoyer la plus grande colonie de manchots au monde : les manchots de Magellan. Notre chroniqueur rend compte à Catherine Perrin des découvertes qu'il a faites dans cette région montagneuse.

Art de vivre

Tout sur les scones

Les scones au babeurre de Lesley Chesterman
Les scones au babeurre de Lesley Chesterman     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

Le scone est un incontournable de la culture britannique, dont est issue la critique gastronomique Lesley Chesterman. Petit gâteau dense et légèrement sucré, il est dégusté à l'heure du thé chez les Anglais, tandis que les Nord-Américains le préfèrent au petit-déjeuner. Lesley Chesterman consacre sa chronique de la semaine à l'histoire du scone et donne quelques conseils pour le préparer. 
 
« Ce n'est pas seulement anglais, c'est écossais et irlandais, aussi, dit Lesley Chesterman. En Angleterre, mange le scone avec ce qu'on appelle la clotted cream, soit de la crème de la région du Devon. C'est une crème qui ressemble un peu au mascarpone. » 
 
Scones au babeurre 
Rendement : 8-12 scones 
 
Ingrédients 
2 ½ tasses de farine tout usage 
2 c. à table de sucre, et un peu plus pour la finition 
2 ½ c. à thé de poudre à pâte 
½ c. à thé de bicarbonate de soude 
½ c. à thé de sel 
½ tasse (110 g) de beurre froid, coupé en morceaux 
1 tasse de babeurre 
1 oeuf  
Un peu de crème 35 % pour dorer les scones 
 
Méthode 
- Préchauffer le four à 400 °F. 
 
- Dans un cul de poule, mélanger tous les ingrédients secs. 
 
- Ajouter le beurre froid et, avec les mains, mélanger au reste des ingrédients en brisant le beurre en petits morceaux. 
 
- Fouetter le babeurre et l'oeuf ensemble et ajouter au mélange sec. 
 
- Avec les mains, mélanger jusqu'à l'obtention d'une boule de pâte (on pétrit très délicatement et brièvement, car il ne faut pas que la pâte soit trop dense). 
 
- Fariner la surface de travail et, avec les mains, façonner la pâte pour obtenir un rectangle d'environ 3 cm d'épaisseur. 
 
- À l'aide d'un emporte-pièce, découper la pâte selon la grosseur désirée. 
 
- Rassembler les retailles et répéter l'opération sans trop pétrir la pâte. 
 
- Déposer sur une plaque allant au four chemisée de papier sulfurisé. 
 
- À l'aide d'un pinceau, badigeonner les scones avec un peu de crème, saupoudrer un peu de sucre par-dessus et cuire de 15 à 20 minutes.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Lesley Chesterman dans Montreal Gazette
HYPERLIEN - Lesley Chesterman sur Twitter

Santé

Science ouverte à l'Institut neurologique de Montréal

Vue sur l’Institut neurologique de Montréal
Vue sur l’Institut neurologique de Montréal     Photo : muhc.ca

À partir de cette année, tous les travaux et découvertes de l'INM seront rendus publics dès leur publication. Cette initiative du directeur de l'établissement lié à l'Université McGill, Guy Rouleau, a pour but d'accélérer la transformation de la recherche en soins. L'urgentologue Alain Vadeboncoeur parle à Catherine Perrin des frustrations qui ont inspiré cette mesure.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Institut et hôpital neurologiques de Montréal sur le web
HYPERLIEN - Alain Vadeboncoeur sur le web
HYPERLIEN - Alain Vadeboncoeur sur Twitter
HYPERLIEN - Alain Vadeboncoeur dans L’actualité

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
 
 
 
1
2
3
45678
9
10
1112131415
16
17
1819202122
23
24
25
26
272829
30
31
 
 
 
 
 
 

Prochainement à l'émission

Consultez le guide horaire

Dernière baladosiffusion disponible

Médium large

Réseaux Sociaux Suivez-nous sur Facebook Suivez-nous sur Twitter
AMS teaserConcours La route des 20 : votez maintenant