ICI Radio-Canada Première

Médium large

Médium large rss

En semaine de 9 h à 11 h 30 
(en rediffusion à 22 h)

Catherine Perrin

Médium large

Archives

dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
 
123
4
5
678910
11
12
1314151617
18
19
2021
22
2324
25
26
27282930
 
 

Les meilleurs moments : Émission du mercredi 22 juin 2016


Cinéma

Le côté sombre des chatouilles extrêmes

Image tirée du film <i>Tickled</i>, de David Farrier et Dylan Reeve
Image tirée du film Tickled, de David Farrier et Dylan Reeve     Photo : YouTube

Tickled, le documentaire du journaliste néo-zélandais David Farrier plonge au coeur de l'univers de la knismolagnie, ou le fétichisme du chatouillement. Réalisée à la suite d'une simple demande d'entrevue ayant résulté en une pluie d'insultes homophobes et de menaces, son enquête lève le voile sur un sombre réseau qui, sous des airs ludiques, cache des activités criminelles. La journaliste et animatrice Marie-Maude Denis et le réalisateur et animateur Philippe Desrosiers expliquent pourquoi le film est un modèle d'enquête journalistique. 
 
« Vraiment, ce documentaire pourrait être présenté à Enquête. On a une amorce très, très forte », dit Marie-Maude Denis, qui salue les techniques journalistes utilisées dans le film. « Il faut savoir que les participants sont attirés par l'argent. [...] On se dit qu'ils doivent faire une fortune dans un certain monde assez niché. Mais non, ce n'est pas [la raison pour laquelle ils font ça]. Les journalistes vont chercher dans le passé parce qu'ils entendent parler d'une fille appelée Terry, qui sévissait dans les années 1990 avec des vidéos-maison de chatouilles. Vous n'en croirez pas vos yeux. » 
 
Bande-annonce de Tickled 
 
 
Couches multiples 
« C'est multidimensionnel, ça parle de plein de choses. On parle beaucoup d'homophobie, souligne Philippe Desrosiers. C'est vraiment très élaboré, au point de vue narratif aussi. On voit les documents. Il y a un bel effort aussi d'utiliser des visionneuses Internet des années 1990, qui ajoutent un caractère historique. Le fait d'aller voir des gens, de les voir refuser de se faire interviewer à la caméra, des fois, c'est très, très payant. » 
 
Le documentaire Tickled prend l'affiche le 24 juin au Cinéma du Parc, à Montréal, ainsi qu'au Bloor Hot Docs Cinema, à Toronto. Il prendra l'affiche le 15 juillet au Globe Cinema de Calgary et au Vancity Theater de Vancouver.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Tickled sur le web
HYPERLIEN - Tickled sur Facebook
HYPERLIEN - David Farrier sur Facebook
HYPERLIEN - Jane O''Brien Media sur le web

Arts et culture

Récemment à l'émission : les meilleurs directeurs photo décrivent leur métier

Yves Bélanger et André Turpin
Yves Bélanger et André Turpin     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

Xavier Dolan et Jean-Marc Vallée se sont fait connaître partout dans le monde grâce, notamment, au travail de gens chargés de mettre en images leurs idées. André Turpin et Yves Bélanger ont travaillé sur des films comme Mommy, Wild, Incendies, Dallas Buyers Club et Brooklyn. Ils expliquaient le 7 juin à Catherine Perrin pourquoi ils n'ont aucune image en tête au moment d'entreprendre un tournage. Réécoutez l'entrevue complète ici.

Sports

Euro 2016 : le nouveau visage du supporteurisme radical

Photo des affrontements entre partisans russes et anglais qui ont secoué le centre de Marseilles en marge de l'Euro 2016, le 11 juin dernier
Photo des affrontements entre partisans russes et anglais qui ont secoué le centre de Marseilles en marge de l'Euro 2016, le 11 juin dernier     Photo : Reuters/Jean-Paul Pelissier

Il y a 10 jours, en marge de l'Euro, 35 personnes ont été blessées à Marseille à la suite d'affrontements entre 600 supporteurs russes et anglais, ce qui a mis au jour une nouvelle forme de hooligans, mus par l'extrémisme politique. Ces derniers s'abstiennent d'alcool et de drogues, mais sont portés par le nationalisme identitaire et un désir d'affirmer leur supériorité dans l'hyperviolence. L'historien Sébastien Louis explique à Catherine Perrin comment ces nouveaux combattants ont émergé, à la fin des années 1990, et parle d'autres pays à risque.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Euro 2016 : carton rouge pour 20 partisans russes sur ICI Radio-Canada.ca
HYPERLIEN - Opérations contre les hooligans en France sur ICI Radio-Canada.ca
HYPERLIEN - Soutenir l’équipe nationale de football : enjeux politiques et identitaires sur le web

International

Mystère autour de l'emprisonnement de Homa Hoodfar

L’anthropologue irano-canadienne Homa Hoodfar
L’anthropologue irano-canadienne Homa Hoodfar     Photo : facebook.com/freehomahoodfar

On est toujours sans nouvelles de la professeure d'anthropologie et de sociologie de l'Université Concordia qui est détenue dans une prison au nord de Téhéran, en Iran, depuis le 6 juin dernier. Son emprisonnement étonne, puisque Mme Hoodfar, qui éprouve des problèmes de santé, n'est pas reconnue comme militante politique. Geneviève Rail, professeure à l'Université Concordia et amie de Homa Hoodfar, le photographe Aydin Matlabi et l'épidémiologiste Nima Machouf expliquent à Catherine Perrin pourquoi la triple nationalité de Mme Hoodfar complique la situation. 
 
« C'est une chercheuse qui pèse ses mots, qui fait des analyses extrêmement rigoureuses, souligne Geneviève Rail. Donc, on a de la difficulté à comprendre pourquoi ce serait une personne comme elle qui aurait été arrêtée. Plutôt que d'aller à l'encontre de ce qui se passe en Iran, elle est plutôt là pour nous faire comprendre à nous, ici, en Occident, certaines des réalités [de là-bas]. » 
 
Droits inexistants 
« Ça peut être pour des raisons non politiques, suggère Aydin Matlabi. Peut-être qu'elle a insulté quelqu'un, peut-être un policier islamique, par accident. Sa situation a pu se dégrader juste pour des raisons comme celles-là. L'Iran est un pays sublime, mais malheureusement, le gouvernement, lui, ne l'est pas. Des droits, il n'y en a pas. Ce genre de problématique se produit souvent pour les gens qui habitent là-bas. » 
 
Nima Machouf rappelle que l'Iran ne reconnaît pas la nationalité multiple. Homa Hoodfar détient les nationalités iranienne, canadienne et irlandaise. « Quand nous allons en Iran, nous sommes considérés comme des Iraniens, point, indique-t-elle. Et ça, c'est un problème pour toute personne qui craint un peu ou qui a déjà pris parole contre le gouvernement iranien. »

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Free Homa Hoodfar sur le web
HYPERLIEN - Free Homa Hoodfar sur Facebook
HYPERLIEN - Pétition d''Amnistie internationale pour la libération de Homa Hoodfar
HYPERLIEN - Association des professeurs de l''Université Concordia sur le web

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
 
123
4
5
678910
11
12
1314151617
18
19
2021
22
2324
25
26
27282930
 
 

Prochainement à l'émission

Consultez le guide horaire

Dernière baladosiffusion disponible

Médium large

Réseaux Sociaux Suivez-nous sur Facebook Suivez-nous sur Twitter
AMS teaserConcours La route des 20 : votez maintenant