ICI Radio-Canada Première

Médium large

Médium large rss

En semaine de 9 h à 11 h 30 
(en rediffusion à 22 h)

Catherine Perrin

Médium large

Archives

dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
 
123
4
5
6
7
8910
11
12
1314151617
18
19
2021222324
25
26
27282930
 
 

Les meilleurs moments : �mission du mardi 7 juin 2016


International

Les journalistes pris pour cible en Ukraine

Page d'accueil du site ukrainien <i>Mirotvorets</i>, qui a publié les noms et coordonnées de 4000 journalistes en les accusants d'être des collaborateurs terroristes.
Page d'accueil du site ukrainien Mirotvorets, qui a publié les noms et coordonnées de 4000 journalistes en les accusants d'être des collaborateurs terroristes.     Photo : psb4ukr.org

Un site web ukrainien a publié les noms et les coordonnées de 4000 journalistes, rendant ces derniers particulièrement vulnérables. Le site en question, Mirotvorets, qualifie les individus de la liste de « collaborateurs terroristes », et le gouvernement, au lieu de la condamner, a défendu cette publication. Frédérick Lavoie, journaliste dont le nom s'est retrouvé sur la liste, explique à Catherine Perrin que ce n'est pas seulement les journalistes, mais toute personne ayant une voix dissidente qui est menacée en Ukraine.

EN COMPL�MENTHYPERLIEN - L''Ukraine aurait éventé une attaque terroriste contre l''Euro 2016 sur ICI Radio-Canada.ca
HYPERLIEN - Ukraine à fragmentation sur Première PLUS
HYPERLIEN - Frédérick Lavoie sur le web
HYPERLIEN - Frédérick Lavoie sur Twitter

Science et technologie

La voiture électrique de plus en plus accessible

Des bornes de recharge pour voitures électriques
Des bornes de recharge pour voitures électriques     Photo : ICI Radio-Canada/Caroline Morneau

Prix exorbitants, absence de bornes de recharge, mauvaise autonomie... Les préjugés ne manquent pas par rapport à la voiture électrique, même si les avancées technologiques continuent de la rendre plus accessible. Le chroniqueur automobile Jacques Duval et la journaliste spécialisée en automobile Nadine Filiion dressent un état des lieux et parlent à Catherine Perrin des bons et des mauvais côtés de cette technologie. 
 
Jacques Duval est un inconditionnel de la voiture électrique, lui qui en possède maintenant deux. « Si vous avez besoin d'aller, par exemple, assez loin, au-delà de la limite d'autonomie électrique de votre voiture, vous avez un problème. Il faut évidemment planifier différemment ses voyages, indique-t-il. Il y a des gens qui ne prennent pas la peine de lire les consignes, de changer leur façon de conduire, et qui sont évidemment déçus. » 
 
Des réserves qui demeurent 
Nadine Filion est plus mitigée. Elle se dit plus intéressée par les voitures hybrides, comme la Chevrolet Volt. « La plupart des voitures électriques sont très plaisantes à conduire. On ne le dit pas souvent, mais elles permettent des accélérations instantanées, souligne-t-elle. Je ne suis pas proélectrique à 100 %. J'habite dans les Laurentides. J'aurais peut-être un problème, à moins de m'offrir le modèle de luxe, comme M. Duval. [...] C'est une voiture qui coûte cher. Pour un budget normal, je vous dirais que ce n'est pas à la portée de toutes les bourses. »

EN COMPL�MENTHYPERLIEN - Jacques Duval dans Autonet
HYPERLIEN - Nadine Filion dans Autofocus

Cinéma

Les meilleurs directeurs photo québécois décrivent leur métier

Yves Bélanger et André Turpin
Yves Bélanger et André Turpin     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

Xavier Dolan et Jean-Marc Vallée se sont fait connaître partout dans le monde grâce, notamment, au travail de gens chargés de mettre en images leurs idées. André Turpin et Yves Bélanger ont travaillé sur des films comme Mommy, Wild, Incendies, Dallas Buyers Club et Brooklyn. Ils expliquent à Catherine Perrin pourquoi ils n'ont aucune image en tête au moment d'entreprendre un tournage.  
 
« Oui, nous avons un apport créatif, mais ça part tellement de loin! Toutes les grandes images ont été créées grâce à un réalisateur qui dit : "Oui, tu peux le faire sur mon film." On n'est rien sans le réalisateur, souligne Yves Bélanger. La forme et l'instinct du film sont trouvés pendant [le tournage]. Après, des fois. Je trouve qu'il y a des décisions importantes qui se prennent quand on voit les rushs pour la première fois. Il y a des idées préconçues qui tombent. » 
 
Comme le soliste d'un orchestre 
« Le directeur photo, c'est l'interprète. C'est comme pour un musicien dans un orchestre : il faut qu'il y ait un chef d'orchestre. Il faut que tout le monde soit dirigé par ce metteur en scène qu'est le réalisateur. C'est la seule façon. Si, dans un orchestre, tout le monde se met à jouer selon son style, sa signature, ça ne va nulle part. Évidemment, le directeur photo a un peu plus un rôle de soliste, disons – il a une voix particulière et je pense que le réalisateur l'embauche pour son style, pour sa lumière [...], mais avant tout, il faut se plier à la vision d'un réalisateur. »

Société

Gastronomie autrichienne : vins tendance, classiques adorés et bio en essor

Une portion de <i>weiner schnitzel</i>, plat très populaire en Autriche
Une portion de weiner schnitzel, plat très populaire en Autriche     Photo : iStock

Lesley Chesterman, critique gastronomique au Montreal Gazette, est en Autriche pour découvrir la gastronomie locale. Elle parle de ses découvertes, à commencer par des vins surprenants. Elle a constaté qu'on ne pouvait éviter le weiner schnitzel, qui se mange dans toutes les occasions, et a découvert des gâteaux décadents. Elle explique à Catherine Perrin en quoi Vienne s'impose comme étant à la fois traditionnelle et moderne.

EN COMPL�MENTHYPERLIEN - Lesley Chesterman dans Montreal Gazette
HYPERLIEN - Lesley Chesterman sur Twitter

Science et technologie

Bernaches urbaines : des oiseaux en passe de devenir nuisibles

Des bernaches en vol
Des bernaches en vol     Photo : iStockphoto

Les bernaches résidantes, qui ne migrent pas et qui s'installent dans les villes, où elles ne sont pas chassées, gênent de plus en plus les citadins en raison de leurs déjections abondantes. Arrivées des États-Unis, où on les empêche de se reproduire, elles se trouvent par milliers dans la région de Montréal et évacuent jusqu'à un kilo d'excréments par jour. Pierre Gingras, journaliste spécialisé en horticulture et en ornithologie, explique à Catherine Perrin comment cet oiseau, pourtant magnifique en vol, est devenu un problème au sol. 
 
« On a constaté que si une outarde résidente rencontre un papa outarde migrateur, le papa migrateur reste ici, révèle Pierre Gingras. Dans la région de Varennes, il y a énormément de bateaux de plaisance. On pense que c'est peut-être la circulation des plaisanciers qui chasse les outardes. Elles vont à Laval, où les eaux sont beaucoup plus tranquilles, à la rivière des Prairies ou à la rivière des Mille Îles. Il n'en reste pas moins que la population [d'outardes] qui vivait à Varennes a commencé à s'étendre un peu partout, et niche un peu partout dans la région de Montréal. »

EN COMPL�MENTHYPERLIEN - Contrôler la prolifération des bernaches en stérilisant leurs oeufs sur ICI Radio-Canada.ca

Santé

Nager pour survivre : les cours de natation qui sauvent des vies

Raynald Hawkins
Raynald Hawkins     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

Le programme de la Société de sauvetage vise à mieux outiller les jeunes en leur montrant comment nager en cas de chute ou d'accident. La Ville de Montréal vient d'investir 200 000 $ pour permettre, pour une troisième année consécutive, aux élèves de troisième année de suivre le programme en trois séances. Les élèves apprennent à entrer par roulade en eau profonde, à nager sur place et à se déplacer dans l'eau sur une distance de 50 m. Raynald Dawkins, directeur général de la Société de sauvetage, explique à Catherine Perrin que la plupart des accidents surviennent encore dans la piscine familiale. 
 
Vidéo de présentation du programme Nager pour survivre 

EN COMPL�MENTHYPERLIEN - Société de sauvetage sur le web
HYPERLIEN - Société de sauvetage sur Facebook

Santé

La vulgarisation médicale, mode d'emploi

Alain Vadeboncoeur
Alain Vadeboncoeur     Photo : Radio-Canada

Alain Vadeboncoeur, urgentologue et chef du service de médecine d'urgence de l'Institut de cardiologie de Montréal, livre aujourd'hui sa dernière chronique hebdomadaire. À cette occasion, il réfléchit sur la vulgarisation médicale et sur son importance dans notre quotidien et dans le sien. Il explique à Catherine Perrin en quoi la vulgarisation médicale dans les médias ressemble aux contacts avec les patients qu'il reçoit, et en quoi il s'agit d'un langage en soi.

EN COMPL�MENTHYPERLIEN - Alain Vadeboncoeur sur le web
HYPERLIEN - Alain Vadeboncoeur sur Twitter
HYPERLIEN - Alain Vadeboncoeur dans L’actualité

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
 
123
4
5
6
7
8910
11
12
1314151617
18
19
2021222324
25
26
27282930
 
 

Prochainement � l'�mission

Consultez le guide horaire

Derni�re baladosiffusion disponible

Médium large

R�seaux Sociaux Suivez-nous sur Facebook Suivez-nous sur Twitter
AMS teaserConcours La route des 20 : votez maintenant