ICI Radio-Canada Première

Médium large

Médium large rss

En semaine de 9 h à 11 h 30 
(en rediffusion à 22 h)

Catherine Perrin

Médium large

Archives

dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
 
1
23
4
5
678910
11
12
1314151617
18
19
2021222324
25
26
27282930
 
 

Les meilleurs moments : �mission du mercredi 1 juin 2016


International

Réfugiés : le camp de Paris marque un tournant

François Audet, Zoé Barry et Josselyn Guillarmou
François Audet, Zoé Barry et Josselyn Guillarmou     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

L'annonce de l'ouverture d'un camp de réfugiés à Paris montre que la France a choisi de s'attaquer concrètement au problème de l'afflux de migrants. Voilà comment François Audet, directeur de l'Observatoire canadien sur les crises humanitaires, et les chercheurs Zoé Barry et Josselyn Guillarmou interprètent l'annonce de la mairesse Anne Hidalgo. Ils expliquent à Catherine Perrin pourquoi la France doit maintenant accélérer le traitement des demandes d'asile, en plus de donner de meilleures conditions de vie aux réfugiés.  
 
« C'est symbolique, mais c'est quand même, pour moi, une démarche qui institutionnalise davantage et qui régularise cette situation, dit François Audet. Dans la majorité des pays européens – on l'a vu beaucoup en Italie et en Grèce –, quand les migrants arrivent, on dit : "Le train est là, l'autobus est là... Vous pouvez vous enregistrer chez nous, mais continuez votre chemin." La France a fait la même chose. On ne souhaite pas que les gens restent sur place, puisque ça engendre des problématiques comme on en voit déjà depuis de nombreux mois. » 
 
La loi de la jungle 
Zoé Barry et Josselyn Guillarmou se sont rendus dans la « jungle de Calais », ce camp informel partiellement démantelé en début d'année. « On voit des gens qui viennent de partout et qui sont là depuis longtemps, puisque les gens n'arrivent pas à passer [la frontière], indique Josselyn Guillarmou. Nous avons rencontré des gens qui, depuis cinq mois, essaient tous les jours, tous les soirs, de traverser. Soit ils essaient d'arrêter des camions pour tenter de se cacher dessous, ce qui est extrêmement dangereux – beaucoup d'entre eux meurent tous les mois, à Calais – ou alors, ils vont du côté du tunnel sous la Manche et essaient de se cacher soit à l'extérieur du train ou à l'intérieur. » 
 
Dignité recherchée 
« Ils cherchent surtout de la dignité, finalement, parce que sur toute la route de l'exil, ils n'ont pas eu cette dignité-là, fait remarquer Zoé Barry. Ils ont toujours été maltraités. Donc, en fait, ils continuent leur chemin jusqu'à trouver un endroit où ils seraient acceptés, où l'on pourrait leur donner des possibilités de s'intégrer. » 
 
Le colloque Frontières murées, frontières violentes aura lieu les 2 et 3 juin au pavillon Sherbrooke de l'Université du Québec à Montréal (UQAM).

EN COMPL�MENTHYPERLIEN - Colloque Frontières murées, frontières violentes sur le web

Société

Attaques anti-embourgeoisement : les leçons à tirer d'un message mal envoyé

Antoine Ross Trempe, Jonathan Roberge et Aurélie Lanctôt
Antoine Ross Trempe, Jonathan Roberge et Aurélie Lanctôt     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

L'attaque contre une épicerie fine du quartier Saint-Henri pour dénoncer l'embourgeoisement, survenue la fin de semaine dernière, relève de la maladresse, mais elle passe un message sur l'exclusion sociale que les médias peinent à transmettre. L'humoriste Jonathan Roberge, l'auteur Antoine Ross Trempe et l'essayiste et militante Aurélie Lanctôt débattent avec Catherine Perrin de la manière dont les institutions peuvent remédier à l'exclusion sociale. 
 
« Autant la méthode de l'action directe dans un commerce peut être problématique, autant il faut souligner que quand les groupes communautaires lancent un appel à parler d'embourgeoisement, les médias ne sont pas là, souligne Aurélie Lanctôt. C'est quand même déplorable que ça prenne des actions comme celles-là, que ça prenne une situation aussi désagréable pour certains commerçants bien intentionnés – bien qu'on pourrait discuter de leur modèle [d'affaires] – pour illustrer un désarroi qui, à mon avis, est réel. » 
 
Gestes stupides 
Il faut en discuter, mais ce qui nous amène à en parler, ce sont des gestes stupides, affirme Jonathan Roberge. Je comprends le point de vue [des militants], mais ce n'est pas comme cela qu'ils arriveront à faire entendre leurs idées, et je ne suis pas certain que les groupes communautaires soient d'accord non plus avec cette façon d'essayer de faire passer leur message. 
 
L'urgence qui fait déraper 
« Il faut se demander si la fin justifie les moyens, dit Antoine Ross Trempe. Quand le militantisme politique prend ce visage, je me pose des questions sur les intentions de ces – appelons-les comme on veut, militants ou vandales. [...] Il y a un sentiment d'urgence et dans l'urgence, on ne prend pas toujours de bonnes décisions. Je pense que c'est un geste qui est contraire aux objectifs [des militants]. Oui, on en parle, mais majoritairement pour dénoncer la violence et l'absurdité des gestes. »

EN COMPL�MENTHYPERLIEN - Ricochet sur le web
HYPERLIEN - Aurélie Lanctôt sur Twitter
HYPERLIEN - Jonathan Roberge sur Twitter
HYPERLIEN - Antoine Ross Trempe sur Facebook

Musique

Le virtuose Marc Bouchkov nous fait entendre son violon de 1865

Marc Bouchkov
Marc Bouchkov     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

Le violoniste belgo-russe interprète un extrait d'une sonate de Bach en do majeur pour violoncelle sur son violon Jean Baptiste Vuillaume, fabriqué en 1865. Lauréat du Concours musical international de Montréal en 2013, il est de retour pour le concert gala du concours de cette année, lors duquel il se joindra aux gagnants, avec l'Orchestre symphonique de Montréal et le chef d'orchestre Giancarlo Guerrero. Marc Bouchkov explique à Catherine Perrin qu'il n'est pas nécessaire d'avoir un instrument de prestige pour être un musicien d'excellence. 
 
 
 
Le luxe du temps 
« J'ai toujours aimé jouer du violon. Ce que je n'ai pas toujours forcément aimé, c'est la préparation, le travail, dit Marc Bouchkov. Maintenant, ce n'est plus trop le nombre d'heures [de pratique] qui compte, c'est la concentration : réfléchir à comment organiser son travail, à comment travailler... Quand on est jeune, on ne s'en rend pas compte, mais on a beaucoup de temps pour travailler et pour faire des bêtises. Aujourd'hui, je me rends compte que j'ai perdu tellement de temps à l'époque du collège, du lycée... Un temps très précieux que j'aurais bien aimé utiliser! »  
 
La finale du Concours musical international de Montréal aura lieu le 2 juin à 19 h 30 à la Maison symphonique de Montréal.

EN COMPL�MENTHYPERLIEN - Concours musical international de Montréal sur le web
HYPERLIEN - Marc Bouchkov sur le web
HYPERLIEN - Marc Bouchkov sur Facebook

Société

Histoire de couples : Denis-Martin Chabot et Christian Chenail

Denis-Martin Chabot et Christian Chenail
Denis-Martin Chabot et Christian Chenail     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

L'un est journaliste à la retraite et auteur, figure de l'Épreuve des faits de Radio-Canada, l'autre est designer de mode, créateur de la griffe MUSE. Ils se sont rencontrés sur un site de rencontre, après avoir tous deux vécu leur part d'échecs amoureux. Dans notre série sur les couples hors du commun, Denis-Martin Chabot et Christian Chenail expliquent à Catherine Perrin comment leur relation s'est construite sur la spontanéité.

EN COMPL�MENTHYPERLIEN - Denis-Martin Chabot sur le web
HYPERLIEN - Denis-Martin Chabot sur Facebook
HYPERLIEN - MUSE par Christian Chenail sur le web
HYPERLIEN - MUSE par Christian Chenail sur Facebook

Science et technologie

Cancer de la prostate : la surveillance active préférée au traitement

Illustration montrant l'emplacement de la prostate dans le corps humain
Illustration montrant l'emplacement de la prostate dans le corps humain     Photo : iStock

Cette semaine, au bureau des études, la journaliste Raphaëlle Derome nous parle, entre autres, d'une nouvelle approche privilégiée pour le suivi médical d'un cancer de la prostate détecté tôt, basée sur la surveillance active et non sur le traitement direct, ainsi que du nombre croissant de pieuvres, de calmars et de seiches dans les océans.  
 
Références des sujets traités 
 
Les hommes souffrant d'un cancer de la prostate préfèrent de plus en plus la surveillance active aux traitements – Article dans le New York Times 
 
Prolifération des céphalopodes dans les océans – Article dans ScienceDirect  
 
Reportage de la BBC sur une pieuvre pouvant marcher sur la terre ferme 

EN COMPL�MENTHYPERLIEN - Raphaëlle Derome sur le site de l’AJIQ

Science et technologie

Détresse psychologique chez les chercheurs scientifiques

Un chercheur en laboratoire
Un chercheur en laboratoire     Photo : iStock

La surcharge de travail, la difficulté d'obtenir du financement, l'absence de reconnaissance et la pression relative à la publication d'articles sont au nombre des facteurs qui causent des problèmes psychologiques chez 20 à 25 % des chercheurs au Québec. C'est le constat de Chantal Leclerc, professeure en psychosociologie des groupes, qui signe un article sur ce sujet dans le magazine Découvrir. En compagnie de la journaliste scientifique Raphaëlle Derome, Chantal Leclerc explique à Catherine Perrin comment elle a réussi à faire parler des gens qui s'expriment peu.

EN COMPL�MENTHYPERLIEN - « Dérives de la recherche et détresse psychologique : une recherche qualitative » dans Découvrir

Musique

Beyries : la bénédiction après les épreuves

Amélie Beyries, alias Beyries
Amélie Beyries, alias Beyries     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

L'auteure-compositrice de 37 ans est arrivée à la musique après une longue série de détours. Travaillant dans le milieu du cinéma, elle s'est mise à écouter ses rêves après avoir souffert de deux cancers. Elle travaille maintenant sur un premier album, en compagnie du musicien Alex McMahon (Yann Perreau, Alex Nevsky, Plaster). Amélie Beyries explique à Catherine Perrin pourquoi elle est heureuse aujourd'hui que la maladie l'ait forcée à prendre un temps d'arrêt. 
 
Vidéoclip de J'aurai cent ans (en duo avec Louis-Jean Cormier) 
 
 
Beyries sera en concert le 18 juin à Toronto, le 18 juillet à Salt Spring Island, le 23 juillet à Cowichan Valley et le 13 août à Water Valley.

EN COMPL�MENTHYPERLIEN - Beyries sur le web
HYPERLIEN - Beyries sur Facebook
HYPERLIEN - Beyries sur Soundcloud

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
 
1
23
4
5
678910
11
12
1314151617
18
19
2021222324
25
26
27282930
 
 

Prochainement � l'�mission

Consultez le guide horaire

Derni�re baladosiffusion disponible

Médium large

R�seaux Sociaux Suivez-nous sur Facebook Suivez-nous sur Twitter
AMS teaserConcours La route des 20 : votez maintenant