ICI Radio-Canada Première

Médium large

Médium large rss

En semaine de 9 h à 11 h 30 
(en rediffusion à 22 h)

Catherine Perrin

Médium large

Archives

dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
 
 
 
1
2
3
45678
9
10
1112131415
16
17
18
19
202122
23
24
2526272829
30

Les meilleurs moments : Émission du mardi 19 avril 2016


Arts et culture

Le tragique destin de Pépito : Pierre Lapointe raconte la différence

Pierre Lapointe et Catherine Lepage
Pierre Lapointe et Catherine Lepage     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

Le chanteur et entraîneur à La voix signe un premier livre avec l'illustratrice Catherine Lepage. Il s'agit d'un conte sur la différence, qui traite notamment d'intimidation et s'adresse autant aux adultes qu'aux enfants. Les deux artistes expliquent à Catherine Perrin pourquoi ils trouvent l'affaire drôle, en dépit de sa nature dramatique.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Le tragique destin de Pépito sur le web
HYPERLIEN - Pierre Lapointe sur le web
HYPERLIEN - Catherine Lepage sur le web

Politique

Épuisement chez les politiciens : une génération plus prudente

Liza Frulla, Josée Boileau et Nicolas Chevrier
Liza Frulla, Josée Boileau et Nicolas Chevrier     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

La mise au repos forcé de nombreux ministres et députés serait un signe que les politiciens s'arrêtent avant de craquer. Luc Fortin, Pierre Moreau, Lise Thériault et Alexandre Cloutier sont tous en congé de maladie. L'ancienne ministre Liza Frulla, la journaliste Josée Boileau et le psychologue Nicolas Chevrier expliquent à Catherine Perrin que la nouvelle génération de politiciens accepte d'écouter les médecins.  
 
Josée Boileau et Liza Frulla se souviennent toutes les deux d'une époque bien différente pour la politique, où les débats à l'Assemblée nationale duraient toute la nuit, où il était mal vu d'avouer qu'on partait en vacances et où les politiciens refusaient de consulter un médecin à moins qu'on ne les y force. 
 
Faiblesses mieux assumées 
« Je pense que maintenant, on assume mieux nos faiblesses, indique Josée Boileau. Avant – c'était vrai pour les journalistes comme pour les politiciens –, on buvait beaucoup. Je suis arrivée dans le métier il y a plus de 30 ans et il y avait encore des journalistes qui avaient de petites flasques dans leur tiroir. Les politiciens avaient des problèmes d'alcool. Ça faisait partie de la légende! [...] C'était une façon de surmonter un stress. Aujourd'hui, on accepte d'aller voir quelqu'un et de l'écouter. » 
 
Règles à réécrire 
Liza Frulla salue la ministre fédérale de l'Environnement, Catherine McKenna, déterminée à respecter des mesures de conciliation travail-famille durant son mandat, mais craint qu'elle ne soit rattrapée par la réalité.  
 
Elle estime que les règles devraient être plus précises. Voici comment elle décrit le piège qui guette tout politicien : « La gestion du stress combinée à des déplacements constants et à une alimentation déséquilibrée fait en sorte que la table est mise pour une grande fatigue, sauf que le sentiment d'accomplissement compense tout ça. Quand on réussit quelque chose, ça donne une adrénaline suffisante pour dire au système : "Ça vaut la peine!" » 
 
Animal à dompter 
Nicolas Chevrier rappelle les règles de base d'une saine planification du travail : « C'est extrêmement important de garder en tête que la performance est quelque chose qu'on peut et qu'on doit gérer. Ce n'est pas parce qu'on travaille plus qu'on travaille nécessairement mieux. Prendre des pauses, prendre ses repas et prendre ses vacances quand c'est le temps vont nous permettre d'être plus efficaces pour chacune de nos heures travaillées. »

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Josée Boileau sur Twitter
HYPERLIEN - Nicolas Chevrier sur le site de l''Ordre des psychologue du Québec
HYPERLIEN - Liza Frulla sur Twitter

Santé

Une blogueuse montre sa prise de poids pour promouvoir l'acceptation

Photo avant/après publiée sur Facebook par Vanessa Lamy
Photo avant/après publiée sur Facebook par Vanessa Lamy     Photo : Vanessa Lamy

Vanessa Lamy, une blogueuse de Trois-Rivières, a publié sur Facebook des photos d'elle-même après une prise de poids, reprenant la fameuse formule « avant-après », mais à l'envers. Elle voulait ainsi faire la promotion d'une image corporelle saine et de l'estime de soi. Ses photos ont été republiées à 4700 reprises, ont récolté 18 000 mentions « j'aime » ainsi que 2200 commentaires. Vanessa Lamy explique à Catherine Perrin pourquoi le pèse-personne n'existe plus dans son monde.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Image corporelle : une blogueuse de Trois-Rivières parle de sa reprise de poids et fait des vagues sur le web sur ICI Radio-Canada.ca
HYPERLIEN - Vanessa Lamy sur Facebook
HYPERLIEN - Vanessa Lamy sur Monde du blog

Santé

Les femmes en ménopause ont besoin de meilleures conditions de travail

Une femme souffrant de bouffées de chaleur dûes à la ménopause
Une femme souffrant de bouffées de chaleur dûes à la ménopause     Photo : iStock

La présence de femmes en ménopause sur le marché du travail coûterait 370 000 $ par année, selon une récente étude américaine. Environ les deux tiers des femmes en ménopause rapporteraient une baisse de leur productivité, ce qui coûterait de 1100 à 6500 $ par année aux employeurs. Des chercheurs recommandent d'améliorer leurs conditions, notamment en favorisant leur confort au travail. Sonia Lupien, chercheuse en neurosciences, explique à Catherine Perrin que cette étude est importante, parce qu'elle est la première en son genre. 
 
« On sait, d'abord, que les femmes en ménopause qui travaillent rapportent en général moins de symptômes que les femmes qui ne travaillent pas. Les femmes gestionnaires ont moins de symptômes que les femmes employées, dit Sonia Lupien. Il serait peut-être temps d'aller chercher des ergothérapeutes et de changer les chaises de travail. Dans mon milieu de travail, si une femme a mal au dos parce qu'elle a eu un accident de voiture, l'hôpital lui envoie un ergothérapeute. Pourquoi ne pas faire de même pour les femmes qui en ressentent le besoin? » 
 
Selon une hypothèse étudiée par la communauté scientifique, la ménopause existerait, dans l'évolution humaine, pour permettre à la grand-mère de rester productive. 
 
Il est également question de l'exposition Le cerveau, c'est génial, présentée du 6 juin 2016 au 1er septembre 2017 au Musée Armand Frappier, à Laval.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Exposition Le cerveau, c''est génial sur le web
HYPERLIEN - Sonia Lupien sur le web

Art de vivre

Comment cuisiner l'asperge

Différentes variétés d'asperges
Différentes variétés d'asperges     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

Symboles culinaires du printemps par excellence, les variétés locales de l'élégant légume feront leur retour sur les étagères des épiceries dans quelques semaines. Celles-ci comptent des espèces vertes et blanches de différentes tailles. Pour bien se préparer, quitte à se rabattre sur celles qui sont importées de Californie et du Pérou, offertes à longueur d'année, la critique Lesley Chesterman donne à Catherine Perrin quelques trucs et une recette pour bien faire honneur à l'asperge.  
 
La spécialiste remet en question la nécessité de retirer la partie moins fibreuse de l'asperge : « Apparemment, ce n'est pas nécessaire. Ce qu'il faut faire, c'est trouver sur l'asperge la partie qui est desséchée, dure, et la couper au couteau. Moi, je la casse quand même. Il y a des pertes, mais on peut faire des soupes avec ça ou un guacamole! Au lieu des avocats, on prend des asperges cuites et on suit la même recette que pour un guacamole! » 
 
Asperges blanches avec sauce hollandaise et fines herbes 
Pour 4 portions 
 
Ingrédients (pour les asperges) 
 
- Environ 1 lb d'asperges blanches fraîches (plus grosses sont les tiges, meilleures sont les asperges) 
 
Préparation 
 
- Couper environ un pouce de la base de chaque tige d'asperge, et à partir du bas de la pointe, peler les tiges vers le bas avec un éplucheur. Dans une grande poêle, porter beaucoup d'eau salée à ébullition et ajouter les asperges. Cuire de 8 à 12 minutes (les plus grosses tiges peuvent prendre jusqu'à 14 minutes) ou jusqu'à ce que la partie la plus épaisse de la tige soit très tendre. Les asperges blanches doivent être complètement cuites, et non al dente
 
- Égoutter les asperges et les plonger immédiatement dans de l'eau glacée pour en arrêter la cuisson.  
 
- Servir froides avec une vinaigrette, ou chaudes, sautées dans du beurre ou avec une sauce hollandaise.  
 
Ingrédients (pour la sauce hollandaise) 
 
- 3 jaunes d'oeufs  
- 1 pincée de sel 
- 1 c. à thé de jus de citron 
- 6 c. à soupe de beurre fondu chaud 
- Herbes hachées, comme de l'estragon, du cerfeuil ou de la ciboulette 
 
Préparation 
 
- Mélanger les jaunes d'oeufs , le sel et le jus de citron à haute vitesse dans un mélangeur. Pendant que la machine est en marche, verser progressivement le beurre chaud, quelques gouttes à la fois, jusqu'à ce que la sauce s'émulsionne. Verser la sauce encore chaude sur les asperges et les parsemer d'herbes. Servir immédiatement.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Lesley Chesterman dans Montreal Gazette
HYPERLIEN - Lesley Chesterman sur Twitter

Science et technologie

Têtes de violon : gare à la cueillette d'espèces toxiques

À gauche, une tige d'onoclée sensible, une variété de fougère toxique. Au milieu et à droite, des tiges de <i>Matteuccia struthiopteris</i>, ou fougère-à-l'autruche
À gauche, une tige d'onoclée sensible, une variété de fougère toxique. Au milieu et à droite, des tiges de Matteuccia struthiopteris, ou fougère-à-l'autruche     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

La fin du mois d'avril et le début du mois de mai marquent le début de la cueillette des têtes de violon, ou crosses de fougère. La fougère est particulièrement abondante au pays, mais une seule espèce, la Matteuccia struthiopteris (ou fougère-à-l'autruche), est comestible. Pierre Gingras, journaliste spécialisé en horticulture et en ornithologie, explique à Catherine Perrin comment la reconnaître et ce qu'on peut attendre de sa croissance.  
 
Pierre Gingras prendra part au spectacle Migration musicale avec le quatuor à cordes Claudel-Canimex le 23 avril à l'Église Saint-Barthélémy, à Saint-Barthélémy, dans Lanaudière.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Spectacle Migration musicale sur Facebook

Santé

Comment l'aide médicale à mourir se vit jusqu'à maintenant

Le nouveau projet de loi sur l'aide médicale à mourir du gouvernement Trudeau, présenté la semaine dernière à la Chambre des communes, suscite de vives discussions au pays.
Le nouveau projet de loi sur l'aide médicale à mourir du gouvernement Trudeau, présenté la semaine dernière à la Chambre des communes, suscite de vives discussions au pays.     Photo : iStock

Avec le dépôt du projet de loi C-14, l'aide médicale à mourir est en passe de devenir réalité dans l'ensemble du pays. Le Québec est déjà doté d'une législation à cet effet depuis la fin de 2015 et, de fait, des Québécois ont déjà reçu cette aide pour mettre un terme à leurs souffrances. L'urgentologue Alain Vadeboncoeur explique comment patients et médecins vivent avec cette mesure depuis son adoption, et en quoi le projet de loi canadien change la donne.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - « Je ne serai plus jamais comme avant » dans La Presse
HYPERLIEN - L’aide médicale à mourir seulement lorsque la mort est « raisonnablement prévisible sur ICI Radio-Canada.ca/
HYPERLIEN - La Cour suprême dit oui à l''aide médicale à mourir sur ICI Radio-Canada.ca/
HYPERLIEN - Une dizaine de Québécois ont reçu l''aide médicale à mourir depuis l''entrée en vigueur de la loi sur ICI Radio-Canada.ca/
HYPERLIEN - Alain Vadeboncoeur sur le web
HYPERLIEN - Alain Vadeboncoeur sur Twitter

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
 
 
 
1
2
3
45678
9
10
1112131415
16
17
18
19
202122
23
24
2526272829
30

Prochainement à l'émission

Consultez le guide horaire

Dernière baladosiffusion disponible

Médium large

Réseaux Sociaux Suivez-nous sur Facebook Suivez-nous sur Twitter
AMS teaserConcours La route des 20 : votez maintenant