ICI Radio-Canada Première

Médium large

Médium large rss

En semaine de 9 h à 11 h 30 
(en rediffusion à 22 h)

Catherine Perrin

Médium large

Archives

dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
 
 
 
1
2
3
45678
9
10
11121314
15
16
17
1819202122
23
24
2526272829
30

Les meilleurs moments : Émission du vendredi 15 avril 2016


Société

Lavage de la semaine : Comité olympique canadien et Printemps démocratique

Sophie Brochu et Michel Seymour
Sophie Brochu et Michel Seymour     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

La présidente de Gaz Métro, Sophie Brochu, et le professeur de philosophie Michel Seymour passent en revue les événements marquants de l'actualité. Sophie Brochu accorde le titre de tache de la semaine au Comité olympique canadien pour sa culture de l'obscur qui a mené à la démission de Jean-Luc Brassard comme chef de mission. Michel Seymour estime que le printemps démocratique, un mouvement qui prend de l'ampleur aux États-Unis contre la corruption du système politique, aurait besoin d'un cycle délicat.  
 
Il est également question des Autochtones, de la vente d'armes du Canada à l'Arabie saoudite, de l'Université Harvard, du mouvement Nuit debout, de Roger Ebeling et de Bernie Sanders.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Democracy Spring sur le web
HYPERLIEN - Democracy Spring sur Facebook
HYPERLIEN - Sophie Brochu sur le site de Gaz Métro
HYPERLIEN - Michel Seymour sur Twitter

Science et technologie

Stephen Hawkins veut explorer l'espace avec des microsondes

Yuri Milner et Stephen Hawkins présentent, lors d'une conférence de presse, le prototype d'une microsonde qui pourrait un jour se rendre dans l'Alpha du Centaure.
Yuri Milner et Stephen Hawkins présentent, lors d'une conférence de presse, le prototype d'une microsonde qui pourrait un jour se rendre dans l'Alpha du Centaure.     Photo : Getty/Getty Images Entertainment/Jemal Countess

L'astrophysicien Stephen Hawkins et le milliardaire russe Yuri Milner entendent explorer le système stellaire de l'Alpha du Centaure, considéré comme « la cour arrière » en termes astronomiques. L'envoi d'une flottille de microsondes pourrait permettre d'atteindre l'étoile en une génération au lieu des dizaines de milliers d'années que demande la technologie actuelle. L'astrophysicien Robert Lamontagne explique à Catherine Perrin comment cette idée permettrait aux humains d'entrer dans « l'ère de Star Trek ». 
 
« L'idée est d'atteindre l'Alpha du Centaure non pas en 30 000 ou 100 000 ans, mais plutôt en une vingtaine d'années. Pour réussir ça, il faut voyager à 1/5 de la vitesse de la lumière, c'est-à-dire environ 1000 fois plus vite que ce que nous faisons présentement », précise Robert Lamontagne.  
Tout reste à faire 
Selon lui, les sondes auraient la taille d'une carte SIM de téléphones intelligents et devraient être déployées à partir d'une fusée, avant d'être propulsées vers leur destination au moyen d'un puissant rayon émis depuis la terre.  
 
« En termes de physique, ce projet-là est tout à fait raisonnable, dit Robert Lamontagne. Il n'y a pas de physique impossible là-dedans. En termes de technologie, on n'a pas le quart des technologies qui sont requises. Il va falloir tout développer. »

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Des petits vaisseaux à la conquête de l''espace sur ICI Radio-Canada.ca
HYPERLIEN - Robert Lamontagne sur le site de l''Institut de recherche sur les exoplanètes

Arts et culture

La vie après 30 vies selon trois comédiens

Benoît McGinnis, Patrick Drolet et Nathalie Mallette
Benoît McGinnis, Patrick Drolet et Nathalie Mallette     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

Nathalie Mallette, Benoît McGinnis et Patrick Drolet ont fait partie de la série de Fabienne Larouche qui a pris fin, jeudi soir, après 5 ans et 660 épisodes à l'antenne. Leurs personnages faisaient partie du personnel de l'École du Vieux-Havre, dont la série racontait chaque saison les aventures d'un professeur différent. Ils font part à Catherine Perrin de souvenirs de tournage et lui expliquent comment ils ont composé avec le rythme de tournage effréné de 30 vies.  
 
Nathalie Mallette jouait le rôle d'Ariane Lesage depuis la deuxième saison. Comme à la fin de chaque aventure artistique, elle a senti un pincement lors de la fin du tournage, mais elle est soulagée d'en finir avec l'horaire contraignant de 30 vies. « C'est la chose que j'ai trouvée la plus exigeante, indique-t-elle. Beaucoup plus que d'avoir les textes à la dernière minute ou [le fait de] tourner rapidement. Savoir le vendredi quels jours j'allais tourner la semaine suivante, pour moi, c'était plus difficile. Pour la vie de famille, aussi. [...] J'étais souvent sur la chaise de maquillage à 5 h 30 le matin. »  
 
Proximité 
Benoît McGinnis a tenu à prendre de gros rôles au théâtre pendant le tournage de 30 vies, ce qui l'a souvent privé de sommeil. Il garde cependant de bons souvenirs de la camaraderie entre les comédiens. Il se souvient : « Le plateau nous permettait d'avoir une proximité. Nos loges étaient toutes dans le même coin. Quand on avait des pauses, on parlait ensemble, on allait dans les loges les uns des autres, on papotait sur l'émission et sur nos vies. » 
 
Effet inattendu  
Patrick Drolet s'étonne encore de l'importance de la série dans la vie du public. « Je ne croyais pas que le petit écran avait autant de portée, à quel point ça peut être dans toutes les maisons du Québec, souligne-t-il. Mon personnage aimait les chats de manière un peu maladive, et les blagues de chats à l'épicerie, j'en ai eu et j'en ai eu!  »

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - 30 vies sur le web

Cinéma

Mon roi : des montagnes russes émotives

Emmanuelle Bercot et Vincent Cassel dans <i>Mon roi</i>, de Maïwen
Emmanuelle Bercot et Vincent Cassel dans Mon roi, de Maïwen     Photo : facebook.com/MonRoi.LeFilm

« Ça n'a aucune substance et ce manque de substance est constamment remplacé par des crises d'hystérie sur crises d'hystérie, » dit Helen Faradji au sujet du nouveau film de Maïwen. « C'est un film faire-valoir à des numéros d'acteurs. Pour nous, c'est insupportable! » Georges Privet n'est pas du même avis et a plutôt aimé : « Ce film-là, sur 2 h 10, va un peu loin dans sa poursuite de la passion comme drogue. [...] C'est un portrait assez bouleversant de la passion qui transporte et de la passion qui détruit. » 
 
Bande-annonce de Mon roi 
 
 
Il est également question des films Made in France, de Nicolas Boukhrief, et The Jungle Book, de Jon Favreau. 
 
Bande-annonce de Made in France 
 
 
Bande-annonce de The Jungle Book 

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Georges Privet sur le web
HYPERLIEN - Helen Faradji sur Twitter

Musique

Pardessus de viole : gros plan réussi sur un instrument méconnu

Pochette de l'album <i>Pardessus de viole</i> de Mélisande Corriveau et Eric Milnes, paru sous étiquette Atma classique
Pochette de l'album Pardessus de viole de Mélisande Corriveau et Eric Milnes, paru sous étiquette Atma classique

« C'est très, très intime et très soigné. C'est un très beau son et ça amène peut-être une renaissance de l'instrument », dit Frédéric Lambert au sujet de cet album mettant en vedette Mélisande Corriveau au pardessus de viole, une version plus petite de la viole de gambe, et Eric Milnes au clavecin. L'opus est constitué de pièces de Jean Barrière, de Louis De Caix d'Hervelois, de Jean Bodin de Boismortier et de Charles Dollé. Notre chroniqueur explique à Catherine Perrin en quoi la prise de son sert magnifiquement l'album. 
 
Mélisande Corriveau enseignera les 17, 18 et 19 juin à l'Académie de musique ancienne Sainte-Camille.  
 
Elle prendra également part au spectacle Les 4 saisons pour 4 violes de gambe le 17 avril à l'église de la Visitation, à Montréal. 
 
Il est aussi question du grand concert du printemps de l'Orchestre symphonique régional de l'Abitibi-Témiscamingue, qui aura lieu le 16 avril à la Polyvalente Polyno de La Sarre. 

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Orchestre symphonique régional de l''Abitibi-Témiscamingue sur le web
HYPERLIEN - Pardessus de viole sur le site
HYPERLIEN - Isabeau et Mélisande Corriveau sur le web
HYPERLIEN - Frédéric Lambert sur Twitter

Arts et culture

Assume : Fabien Cloutier s'élève contre la passivité

Fabien Cloutier
Fabien Cloutier     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

Dans le premier spectacle qu'il présente en son nom propre, et non derrière des personnages, l'auteur humoristique cherche à secouer les épaules des adeptes de la téléréalité. Le Québec contemporain, à son sens, est trop indolent et « attend d'être pris en charge ». À l'approche de la première montréalaise d'Assume, l'homme aux multiples chapeaux explique à Catherine Perrin la différence entre le Fabien Cloutier de scène et la personne qu'il est véritablement, et indique comment il entend dépasser le titre de saveur du mois.  
 
« On assume beaucoup trop la bêtise de nos dirigeants, déplore Fabien Cloutier. On n'assume pas assez qu'on pourrait avoir plus de pouvoir dans le cas des Panama Papers. Dans certains endroits, il y a eu des manifs, il y a eu des gens qui sont sortis pour dire : "Ça n'a pas de sens!" [...] Nous, ici, j'ai l'impression qu'on se laisse chanter la chanson libérale et qu'on s'y est tellement habitué, qu'on la laisse jouer derrière. Elle fait maintenant partie de notre vie, mais ça ne devrait pas faire partie de notre vie, [le fait] qu'on accepte le mensonge et qu'on accepte la corruption. » 
 
Le spectacle Assume sera présenté les 26 et 27 avril au Théâtre Outremont, à Montréal.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Fabien Cloutier sur le web
HYPERLIEN - Fabien Cloutier sur Facebook
HYPERLIEN - Fabien Cloutier sur Twitter

Arts et culture

Monster Spectacular : « des camions qui nous racontent des histoires »

L'événement Monster Spectacular se consacre aux prouesses effectuées au volant d'énormes camions modifiés. Ici, une photo prise lors d'un événement Monster Jam, dont le Monster Spectacular s'inspire.
L'événement Monster Spectacular se consacre aux prouesses effectuées au volant d'énormes camions modifiés. Ici, une photo prise lors d'un événement Monster Jam, dont le Monster Spectacular s'inspire.     Photo : PC/AP

« Un peu comme à la lutte, il y a une trame narrative », dit Pascale Lévesque au sujet de l'événement Monster Spectacular, qui aura lieu ce week-end à Montréal et en mai à Québec. La chroniqueuse en culture populaire est étonnée d'aimer cet univers de gros camions modifiés, qu'elle ne connaissait pas : « J'aurais dû en tomber amoureuse avant! » Elle explique à Catherine Perrin comment ce culte, apparu aux États-Unis au milieu des années 1970, s'est développé pour se rendre jusqu'à nous. 
 
L'événement Monster Spectacular aura lieu le 16 avril au Stade olympique de Montréal, et le 28 mai au Centre Vidéotron, à Québec.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Monster Spectacular sur le web
HYPERLIEN - Pascale Lévesque sur Twitter

Arts et culture

WhoHaha : l'humour féminin dans l'oeil d'Elizabeth Banks

Sur le site WhoHaHa, la comédienne Elizabeth Banks (à droite) présente l'humoriste Hannah Hart.
Sur le site WhoHaHa, la comédienne Elizabeth Banks (à droite) présente l'humoriste Hannah Hart.     Photo : WhoHaHa.com

« On ne va pas se le cacher, ce nouveau site a des visées féministes évidentes », dit Helen Faradji au sujet du nouveau site de la comédienne, réalisatrice et productrice américaine Elizabeth Banks, consacré à la découverte de l'humour féminin. Le site y présente le travail d'humoristes féminines connues, mais aussi de la relève. Helen Faradji attire également l'attention de Catherine Perrin sur une alternative francophone, soit les capsules web Filles d'aujourd'hui, offertes sur le site de la chaîne française Canal+.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - WhoHaha
HYPERLIEN - Filles d''aujourd''hui sur le site de Canal+
HYPERLIEN - Helen Faradji sur Twitter

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
 
 
 
1
2
3
45678
9
10
11121314
15
16
17
1819202122
23
24
2526272829
30

Prochainement à l'émission

Consultez le guide horaire

Dernière baladosiffusion disponible

Médium large

Réseaux Sociaux Suivez-nous sur Facebook Suivez-nous sur Twitter
AMS teaserConcours La route des 20 : votez maintenant