ICI Radio-Canada Première

Médium large

Médium large rss

En semaine de 9 h à 11 h 30 
(en rediffusion à 22 h)

Catherine Perrin

Médium large

Archives

dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
1234
5
6
7891011
12
13
14
15
161718
19
20
2122232425
26
27
28293031
 
 

Les meilleurs moments : Émission du mardi 15 décembre 2015


Société

Éduquer des enfants après une tragédie : gare aux craintes excessives

Florence Marcil-Denault et Xavier Brouillette
Florence Marcil-Denault et Xavier Brouillette     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

La découverte des restes de la petite Cédrika Provencher ravive les craintes des parents quant à la sécurité de leurs enfants. En ce qui concerne le danger d'enlèvement, certains parents se montrent plus protecteurs; d'autres veulent favoriser l'autonomie de l'enfant. La psychologue Florence Marcil-Denault, le professeur de philosophie Xavier Brouillette et l'auteure Chantal Cadieux expliquent à Catherine Perrin en quoi vivre signifie prendre des risques.  
 
Florence Marcil-Denault rappelle que pour qu'un enfant puisse développer sa confiance, il ne doit pas toujours craindre le danger. « Il y a une onde de choc, mais ça ne devrait pas nous toucher plus de deux ou trois semaines », dit-elle au sujet de la médiatisation de l'affaire Cédrika Provencher. « Si l'on continue à être préoccupé et qu'on se dit : "Mon Dieu, ça y est, je ne peux plus laisser mes enfants sortir", c'est là qu'il faut vraiment essayer d'aller consulter pour ne pas nuire complètement à notre enfant et se mettre à déposer à l'intérieur de sa tête une anxiété, une peur. » 
 
Société de la sécurité 
« On vit dans une société de la sécurité, constate Xavier Brouillette. On veut une sécurité de plus en plus grande. Cette idée de surveillance constante [est répandue]. On valorise la sécurité au maximum. On veut une sécurité totale. Ça implique évidemment que les adultes reportent ça, très souvent, sur les enfants, alors que vivre, c'est en soi prendre un risque. Je ne pense pas que de dire à nos enfants qu'il y a un risque soit nécessairement mauvais, mais de leur dire que le risque est mauvais, ça, c'est autre chose. [...] Si l'on laisse tomber le risque, on laisse tomber la possibilité de découvrir. » 
 
L'éducation et non la peur 
Chantal Cadieux scénarise la série Mémoires vives, qui aborde le rapt d'enfants. Elle-même a perdu une amie enlevée par un récidiviste lorsqu'elle avait 14 ans. Elle dit se servir parfois des personnages pour passer des messages. « Il ne faut pas déserter les parcs. Il faut sortir, profiter de nos lieux, les habiter, dit-elle. Je faisais un parallèle avec les événements de Paris... Il ne faut pas donner aux psychopathes ce qu'ils souhaitent, soit nous faire peur et avoir ce contrôle sur nos vies. Il faut continuer de sortir avec nos enfants. Il faut les surveiller et il faut leur donner le conseil de rester en groupe. [...] Il faut amener les enfants à sentir quand ils sont dans une situation qui les rend mal à l'aise. »

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Florence Marcil-Denault sur Psycho-Med

Musique

Yannick Nézet-Séguin mise sur lui-même

Yannick Nézet-Séguin
Yannick Nézet-Séguin     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

Après avoir connu une ascension vertigineuse depuis 15 ans, le jeune chef d'orchestre dit maintenant sentir que ces ensembles, soit l'Orchestre philharmonique de Rotterdam, l'Orchestre de Philadelphie et, bien sûr, l'Orchestre métropolitain, sont les siens. Il explique à Catherine Perrin qu'après avoir misé sur sa carrière longtemps, il cherche maintenant à se développer en tant qu'artiste. 
 
Yannick Nézet-Séguin sera en concert avec l'Orchestre métropolitain le 16 décembre à l'église Notre-Dame-des-Sept-Douleurs, à Verdun; le 17 décembre à l'église Saint-Sixte, à Saint-Laurent; le 18 décembre à l'église Marie-Reine-de-la-Paix, à Pierrefonds; le 19 décembre au Théâtre Mirella et Lino Saputo, à Saint-Léonard, et le 20 décembre à la Maison symphonique de Montréal.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Yannick Nézet-Séguin sur le web
HYPERLIEN - Orchestre Métropolitain et Yannick Nézet-Séguin sur le Mont-Royal - Facebook

Société

La grande traversée : sur les traces des colons français

Le voilier sur lequel voyageront les participants à l'émission <i>La grande traversée</i> : le Kaskelot
Le voilier sur lequel voyageront les participants à l'émission La grande traversée : le Kaskelot     Photo : Rick Tomlinson

Une série de téléréalité cherche des candidats pour participer à la traversée de l'Atlantique sur un voilier à trois mats vers La Rochelle, en France, dans les mêmes conditions de vie que les colons qui ont navigué vers l'Amérique à l'époque de la Nouvelle-France. Le producteur Louis Paquin et le navigateur Benoît Villeneuve expliquent à Catherine Perrin quelles sont les qualités nécessaires pour faire un bon marin.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - La grande traversée sur le web
HYPERLIEN - Le Kaskelot sur le web

Arts et culture

Comment adapter les traditions culinaires de Noël

Lesley Chesterman propose de remplacer la bûche de Noël par de la bagatelle, un dessert anglais à base de fruits et de crème.
Lesley Chesterman propose de remplacer la bûche de Noël par de la bagatelle, un dessert anglais à base de fruits et de crème.     Photo : iStock

Noël est la fête conservatrice par excellence : malheur à qui s'éloigne trop des traditions! Les convives attendent invariablement la dinde, la bûche et les biscuits de Noël. Selon la critique gastronomique Lesley Chesterman, il est quand même possible de briser les règles tout en respectant la tradition. Elle donne quelques trucs pour faire plaisir autant aux amateurs de nouveautés qu'aux férus des classiques. 
 
« Les traditions, ça peut être très bien, mais parfois, cette idée de suivre les traditions de la famille peut être assez exaspérante », déplore Lesley Chesterman. 
 
Les trucs de Lesley Chesterman pour mettre à jour les traditions 
 
1. Créez des assortiments de biscuits en mélangeant les vôtres à d'autres, cuisinés par des amis ou encore achetés chez le pâtissier. Coupez dans les décorations. 
 
2. Remplacez la bûche de Noël par de la bagatelle, soit un mélange de crème pâtissière, de crème Chantilly, de gâteau imbibé et de fruits présentés dans un bol en verre. 
 
3. Remplacez la dinde québécoise par le rôti de boeuf des Anglais ou l'oie des Français, ou encore d'autres traditions d'Italie, d'Inde, de Chine ou de Syrie. 
 
4. Remplacez la tourtière du réveillon par un plat de poisson ou un repas végétarien. 
 
5. Changez l'heure des repas de Noël : contentez-vous d'un petit déjeuner et d'un souper tôt.  
 
6. Remplacez les pets de soeur au sirop et les beignes aux pommes de terre du petit déjeuner de Noël par un buffet scandinave, des oeufs brouillés aux truffes ou un pudding au pain fait avec des croissants. 
 
7. Donnez des cadeaux comestibles comme des truffes, des biscuits ou un pain fait maison. Utilisez les boîtes abordables vendues dans des magasins comme IKEA pour les emballer. 
 
8. Remplacez le lait de poule par un punch fait maison, du vin chaud, du champagne ou un mousseux, un piña colada, un mimosa d'orange sanguine ou encore par le cocktail branché du moment : un negroni.  
 
9. Pour le brunch du 26, servez un jambon avec gratin dauphinois et remplacez le bloody mary par un bullshot (voir recette ci-dessous). 
 
Recette du bullshot 
Pour 1 verre 
 
Ingrédients 
 
- 90 ml de consommé de boeuf  
- 45 ml de vodka 
- 2 traits de sauce Worcestershire 
- Le jus d'un quart de citron 
- 2 traits de Tabasco 
- Poivre noir 
 
Préparation 
 
1. Mélanger tous les ingrédients sauf le poivre. 
 
2. Secouez avec de la glace pilée et passez dans un verre à whisky rempli de glace. Finir avec un peu de poivre noir.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Encyclopédie de la cuisine en Nouvelle-France sur le web
HYPERLIEN - Lesley Chesterman dans Montreal Gazette
HYPERLIEN - Lesley Chesterman sur Twitter

Société

Claude Masson, barman d'exception

Claude Masson
Claude Masson     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

Il est barman au restaurant L'Express, à Montréal, depuis 35 ans. Les habitués de cet établissement le reconnaissent comme étant l'un des barmans les plus dignes de confiance en ville. Il dévoile à Catherine Perrin ce qui fait son style bien personnel ainsi que les règles à suivre pour garder une salle de clients satisfaits. 
 
« C'est un rôle qui me va à merveille, en ce sens que je ne mens pas dans mon rôle. C'est vraiment être moi-même et, pour moi, c'est correct, affirme le vétéran au sujet de son métier. Il faut que la visite soit aussi agréable au début qu'à la fin. Quand le client reçoit l'addition, il veut être vraiment sûr qu'il a profité de ce qu'il a eu. [...] Quand les gens quittent le restaurant mécontents, est-ce que ça vaut la peine pour un établissement qui se veut permanent? Il y a une volonté d'être pour longtemps. »

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - L''Express sur le web


Santé

La santé mentale des médecins suscite l'inquiétude

Un stéthoscope de médecin
Un stéthoscope de médecin     Photo : iStock

Si les médecins jouissent en général d'une meilleure santé physique que le reste de la population, leur santé mentale est problématique. Un état des lieux estime qu'un jeune médecin sur trois présente des symptômes dépressifs. C'est trois fois plus que dans la population générale. L'urgentologue Alain Vadeboncoeur fait part de cette étude et en explore les causes avec Catherine Perrin.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Alain Vadeboncoeur sur le web
HYPERLIEN - Alain Vadeboncoeur sur Twitter
HYPERLIEN - Alain Vadeboncoeur dans L’actualité

Science et technologie

Cadeaux à gogo pour les amants de la nature

Pierre Gingras montre quelques-unes de ses suggestions de cadeaux pour amants de la nature.
Pierre Gingras montre quelques-unes de ses suggestions de cadeaux pour amants de la nature.     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

Il est à la fois facile et peu coûteux de faire plaisir aux amoureux des plantes, des oiseaux et des animaux sous le sapin. Outils pour l'exploration, manuels, abonnements à des revues... le choix de manque pas. Pierre Gingras, journaliste spécialisé en horticulture et en ornithologie, donne quelques recommandations d'achats judicieux à Catherine Perrin. 
 
Les suggestions de Pierre Gingras 
 
- Une mangeoire à oiseaux; 
- Des jumelles; 
- Un guide d'identification des oiseaux; 
- Un guide d'identification des champignons; 
- Un guide d'identification des plantes sauvages, comme ceux de la série Fleurbec; 
- Un couteau Rapala, bon pour la pêche comme la cuisine; 
- Des abonnements aux magazines Nature sauvage, Québec-Oiseaux ou Quatre-Temps; 
- Livre : Quand la nature inspire les écrivains (Élizabeth Combres, éditions Plume de carotte); 
- Livre : Le grand business des plantes (Florence Thinard, éditions Plume de carotte); 
- Livre : Légendes d'arbres : 90 histoires illustrées (Éditions Delachaux et Niestlé); 
- Livre : Curieuses histoires de plantes du Canada (Asselin Cayouette Mathieu, éditions du Septentrion); 
- Livre : Voyages des plantes et les grandes découvertes (Éditions Chandeigne).

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
1234
5
6
7891011
12
13
14
15
161718
19
20
2122232425
26
27
28293031
 
 

Prochainement à l'émission

Consultez le guide horaire

Dernière baladosiffusion disponible

Médium large

Réseaux Sociaux Suivez-nous sur Facebook Suivez-nous sur Twitter
AMS teaserConcours La route des 20 : votez maintenant