ICI Radio-Canada Première

Médium large

Médium large rss

En semaine de 9 h à 11 h 30 
(en rediffusion à 22 h)

Catherine Perrin

Médium large
Logo Radio-Canada

Santé

Santé mentale : la nouvelle psychiatrie à la rescousse

Le jeudi 9 octobre 2014

Illustration de la santé mentale
Illustration de la santé mentale     Photo : iStockphoto

À l'occasion de la Semaine de sensibilisation aux maladies mentales, nous discutons des nouvelles possibilités en matière de traitements. Catherine Perrin rencontre Élise St-André, psychiatre au CHUM de Montréal, Danielle Bergeron, psychiatre et psychanalyste au Centre le 388, à Québec, Claudia Larochelle, auteure et animatrice, Dany Bouchard, musicothérapeute, et Josiane Babin, coordonnatrice et animatrice au programme Solidaires pour la vie de la Fondation des maladies mentales. 
 
La médication n'est pas une panacée. Mais elle représente une première étape. « Ça fait partie des outils qu'on a pour aider les gens à construire leur avenir et à changer des choses dans leur vie, souligne Danielle Bergeron. C'est tout à fait juste de dire que les médicaments ne s'attaquent pas au problème à la source. Par contre, ils peuvent aider au sommeil et apaiser un certain nombre de symptômes. » 
 
Pour un suivi multidisciplinaire 
Un traitement psychiatrique efficace s'accompagne d'interventions parallèles telles que la psychothérapie, des activités socioculturelles et des ateliers d'arts.  
 
Élise St-André favorise la thérapie axée sur la technique EDMR (pour eye movement desensitization and reprocessing). « On utilise le mouvement des yeux pour revisiter un trauma et le ré-emmagasiner dans la mémoire autrement en utilisant ce qu'on appelle la mémoire de reconsolidation, explique-t-elle. En traitant l'origine des symptômes, on peut calmer les réactions pour essayer de répondre aux stresseurs. » 
 
Dany Bouchard pratique la musicothérapie aux Impatients, un organisme qui vient en aide aux personnes souffrant de troubles mentaux par le biais des ateliers d'art thérapeutique, mais aussi en milieu hospitalier. « Je travaille avec des groupes ou des individus à diminuer l'anxiété, à exercer les habiletés sociales, à ramener un petit peu le sentiment de plaisir », explique-t-il.  
 
L'éducation avant tout 
L'animatrice et auteure Claudia Larochelle a connu des problèmes de dépression à l'adolescence. Bien qu'elle ait été bien entourée, elle déplore que personne dans son milieu scolaire n'ait su identifier son problème. « J'exprimais une détresse, mais tous pensaient qu'elle venait de symptômes physiques. On me disait qu'on n'avait jamais vu ça », raconte-t-elle. 
 
C'est la raison d'être du programme Solidaires pour la vie de la Fédération des maladies mentales, qui donne notamment des ateliers dans les écoles pour aider à dépister la dépression. « Une personne en dépression ne comprend pas nécessairement ce qui lui arrive sur le moment, souligne Josiane Babin. Cette personne a beau avoir toutes les aptitudes sociales possibles, avoir une bonne estime d'elle-même; quelque chose s'est passé il y a une rupture dans son comportement et elle ne fonctionne plus. » 
 
La base d'un traitement efficace demeure la bonne volonté, rappelle Élise St-André : « La motivation, c'est la clé. Un patient motivé va faire beaucoup plus pour lui-même qu'un autre. »


Cr�er un compte

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes

Chroniques récentes

4 avril 2017

Garder son cordon ombilical pour mieux guérir dans l'avenir

4 avril 2017

Ces médicaments qu'on prescrit encore malgré les dangers

28 mars 2017

Les trolls, des sadiques qui attaquent en groupe

23 mars 2017

Un langage révolutionnaire pour communiquer avec les autistes

21 mars 2017

L'épuisement parental : quand les parents n'en peuvent plus

17 mars 2017

Un village sur mesure pour les gens atteints de maladies cognitives