#2a##5j##3# #5# 'Parfaites' : hommage cinématographique à la nage synchronisée | Médium large | ICI Radio-Canada Première
Radio-Canada - zone Radio

Médium large

Médium large rss

En semaine de 9 h à 11 h 30 
(en rediffusion à 22 h)

Catherine Perrin

Médium large
Logo Radio-Canada

Cinéma

Parfaites : hommage cinématographique à la nage synchronisée

Le mardi 26 juillet 2016

Jérémie Battaglia, Marie-Lou Morin et Sylvie Fréchette
Jérémie Battaglia, Marie-Lou Morin et Sylvie Fréchette     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

Le premier long métrage du photographe et réalisateur Jérémie Battaglia suit l'équipe canadienne de nage synchronisée dans ses efforts pour se qualifier en vue des Jeux olympiques de Rio. Le documentaire cherche à défaire les préjugés qui accablent ce sport souvent incompris. En compagnie de la capitaine de l'équipe nationale de nage synchronisée, Marie-Lou Morin, et de l'ancienne championne Sylvie Fréchette, Jérémie Battaglia explique à Isabelle Craig en quoi le film est un gros plan sur la passion. 
 
« Jérémie a su capter la beauté du sport à l'état brut, souligne Sylvie Fréchette, qui fait la narration de la version télévisuelle de Parfaites. On voit les athlètes comme elles sont vraiment, au naturel. Souvent, quand on voit des films sur le sport, c'est un peu à la Rocky, avec la grosse musique. C'est une mise en scène truquée. Parfaites, c'est vraiment le quotidien d'athlètes ordinaires qui font des choses absolument extraordinaires. » 
 
Bande-annonce de Parfaites 
 
 
L'illusion de la facilité 
« J'avais vraiment l'image que véhiculent les médias, c'est-à-dire celle d'un non-sport sans grand intérêt athlétique », dit Jérémie Battaglia sur sa perception de la nage synchronisée avant de faire son film. « C'est toute la problématique de ce sport : il faut prétendre que tout est facile. Où est le drame quand on a l'impression que [les nageuses] ne souffrent pas? Ce qui fait que les sports passionnent, c'est la souffrance. C'est la difficulté. Quand on a un sport qui prétend ne pas être difficile, il y a comme un problème à la base. » 
 
Parfaitesaborde également la question des troubles alimentaires chez les nageuses à travers l'histoire de Marie-Lou Morin. « C'est tellement de paillettes, de maquillage... On dirait un spectacle et les gens pensent qu'un spectacle, c'est toujours facile. Mais au fond, tout le travail pour amener le spectacle à la perfection ne finit jamais. » 
 
Le documentaire Parfaites sera en salle à la Cinémathèque québécoise, à Montréal, à partir du 29 juillet, ainsi qu'au Cinéma du Parc, à Montréal, les 4, 5 et 6 août. Une version courte du film sera diffusée le 30 juillet à 21 h sur ICI Radio-Canada Télé.


EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Parfaites sur le web
HYPERLIEN - Parfaites sur Facebook
Créer un compte

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes

Chroniques récentes

7 avril 2017

Frantz : une ode pacifiste sans pareil, selon nos critiques

4 avril 2017

Le mariage gai expliqué avec des toutous

3 avril 2017

C'est le coeur qui meurt en dernier : du roman au grand écran

3 avril 2017

En cavale : un documentaire sur la dure réalité des centres jeunesse

31 mars 2017

L'économie du couple : un film profondément émouvant, selon nos critiques

28 mars 2017

Lina El Arabi, une comédienne au coeur d'un dilemme culturel