ICI Radio-Canada Première

Médium large

Médium large rss

En semaine de 9 h à 11 h 30 
(en rediffusion à 22 h)

Catherine Perrin

Médium large
Logo Radio-Canada

Société

L'enfant d'avril : le récit touchant d'un avortement tardif

Le mercredi 3 juin 2015

Katherine Girard
Katherine Girard     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

« De l'intérieur, j'ai été complètement détruite. Comme si je ne pouvais plus vivre après ce que j'ai fait. Je me suis sentie comme une meurtrière », avoue Katherine Girard, auteure de L'enfant d'avril, un livre qui raconte son choix d'avoir recours à un avortement tardif thérapeutique à 23 semaines de grossesse. Des tests avaient indiqué que le foetus était atteint de tyrosinémie, une maladie qui cause la dégradation du foie. Catherine Perrin reçoit Katherine Girard. 
 
Au moment du diagnostic, l'auteure n'a eu que quelques jours pour prendre sa décision et elle doute toujours d'avoir fait le bon choix. Elle dit avoir été affectée par le cheminement de son frère, né avec une malformation rénale handicapante, et à qui Katherine Girard a fait don d'un rein. 
 
Pas de militantisme 
« Je ne milite pas du tout dans ce livre-là, ni pour ni contre l'avortement, surtout l'avortement tardif, précise-t-elle. Il y a tout un processus de réflexion dans le livre : pourquoi j'en suis venue à ça, qu'est-ce qui aurait été mieux, la façon dont on m'a guidée, la façon dont le Québec réfléchit à ça... » 
 
« La vie m'a aidée à guérir mes blessures, poursuit-elle. Mais il y a une blessure de nature philosophique qui va rester toute ma vie à l'intérieur de moi. »


Créer un compte

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes

Chroniques récentes

24 février 2017

Louis Riel : Melissa Mollen Dupuis fustige Peter Goldring

23 février 2017

L'histoire d'amour d'un imam libanais et d'une bibliothécaire québécoise

23 février 2017

Les menstruations à l'origine de l'inégalité hommes-femmes

23 février 2017

L'ère de la « double consommation » : acheter malgré les contradictions

23 février 2017

La normalité, ce mensonge qui nous domine inutilement

22 février 2017

Elkahna Talbi plonge au coeur des glaciers