#2a##5j##3# #5# Pourquoi on a longtemps oublié le clitoris | Médium large | ICI Radio-Canada Première
Radio-Canada - zone Radio

Médium large

Médium large rss

En semaine de 9 h à 11 h 30 
(en rediffusion à 22 h)

Catherine Perrin

Médium large
Logo Radio-Canada

Santé

Pourquoi on a longtemps oublié le clitoris

Le mardi 26 mai 2015

Selon le sexologue français Jean-Claude Piquard, le clitoris a disparu des ouvrages médicaux vers 1880 pour réapparaître à la fin années 1960.
Selon le sexologue français Jean-Claude Piquard, le clitoris a disparu des ouvrages médicaux vers 1880 pour réapparaître à la fin années 1960.     Photo : iStock

Le site web du magazine Les Inrockuptibles publiait il y a quelques jours un article intitulé « Neuf choses que vous ignorez sur le clitoris ». Cité dans l'article, le sexologue français Jean-Claude Piquard est l'un des artisans de la redécouverte de cet organe par la science. Il décrit à Isabelle Craig la longue guerre que la religion a menée contre le plaisir féminin. 
 
Auteur de La fabuleuse histoire du clitoris, Jean-Claude Piquard dit avoir commencé à s'intéresser au clitoris en voyant le peu d'information qu'il y avait sur cette partie de l'anatomie féminine dans ses manuels de médecine. « J'ai cherché à comprendre d'où ça venait. J'ai cru comprendre que le clitoris avait toujours été connu et reconnu comme l'organe du plaisir féminin... sauf au 20e siècle », dit-il. 
 
Un organe du péché 
Décrit dans les ouvrages médicaux dès 1560, le clitoris en est disparu vers 1880 à cause des pressions des protestants natalistes, qui voyaient l'acte sexuel sans procréation comme un péché. « Des idéologies sont venues impacter la science. C'est quand même incroyable, ajoute le sexologue. Bien sûr, la masturbation masculine a longtemps été interdite, mais l'homme a toujours trouvé comment faire. Par contre, le mouvement idéologique nataliste a réussi à arrêter la masturbation féminine. Les femmes ne reconnaissaient pas leur sexe, elles ne reconnaissaient pas le clitoris. » 
 
Un médecin pour « soigner » l'hystérie 
Pendant tout le 19e siècle en France, une croyance voulait que les liquides, dont les liquides sexuels, circulent librement dans le corps. L'hystérie étant associée à un blocage des liquides sexuels, il fallait les libérer, et pour ce faire, il fallait se masturber. N'ayant pas le droit de se masturber, les jeunes femmes et les veuves avaient recours au service de leur médecin. Une industrie qui représentait 30 % du chiffre d'affaires des médecins, rien de moins.


Créer un compte

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes

Chroniques récentes

4 avril 2017

Garder son cordon ombilical pour mieux guérir dans l'avenir

4 avril 2017

Ces médicaments qu'on prescrit encore malgré les dangers

28 mars 2017

Les trolls, des sadiques qui attaquent en groupe

23 mars 2017

Un langage révolutionnaire pour communiquer avec les autistes

21 mars 2017

L'épuisement parental : quand les parents n'en peuvent plus

17 mars 2017

Un village sur mesure pour les gens atteints de maladies cognitives