ICI Radio-Canada Première

Médium large

Médium large rss

En semaine de 9 h à 11 h 30 
(en rediffusion à 22 h)

Catherine Perrin

Médium large

Archives

dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
 
123
4
5
678910
11
12
1314151617
18
19
2021222324
25
26
27
28
2930
 
 

Les meilleurs moments : Émission du mardi 28 avril 2015


Santé

Pourquoi il faut faire méditer les enfants

Joseph Flanders et Andréanne Larocque
Joseph Flanders et Andréanne Larocque     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

À l'école comme à la maison, le maintien de l'attention et du calme des enfants est un défi de tous les instants. Certains croient que la solution est la méditation pleine conscience, qui se pratique en situation d'éveil. Catherine Perrin en discute avec Andréanne Larocque, enseignante au primaire, Joseph Flanders, fondateur d'une clinique de méditation, et Sonia Lupien, docteure en neurosciences. 
 
Former son cerveau 
« C'est un état d'esprit dans lequel on essaie de garder notre attention dans le moment présent avec une certaine attitude de non-jugement ou d'ouverture d'esprit », dit Joseph Flanders pour définir la méditation pleine conscience. « On peut la voir comme un genre de formation du cerveau pour cultiver cet état d'esprit pour qu'il devienne plus naturel, plus automatique. » Selon lui, des recherches démontrent les bienfaits de cette pratique pour le cerveau chez les adultes, mais le nombre d'études menées auprès des enfants est encore insuffisant. 
 
Routine sécurisante 
« Ça s'insère de façon vraiment efficace dans une gestion de classe routinière qui est constante et très sécurisante pour les enfants », souligne Andréanne Laroque, qui a réalisé un mémoire de maîtrise sur l'application de la méditation pleine conscience en milieu scolaire. « Ça peut être au retour de la récréation : on pratique trois respirations, l'élève se recentre et on voit le calme dans la classe. » Elle dit ne jamais avoir vu d'élève mal réagir à cette activité.  
 
Pas pour tout le monde 
Sonia Lupien se réjouit de voir qu'on apprend la régulation des émotions aux enfants, mais craint que cela ne convienne pas à toutes les personnalités. « Ce qui fonctionne pour les uns ne fonctionne pas nécessairement pour les autres », fait-elle remarquer. « Est-ce que la classe est le meilleur endroit pour faire ça? Je n'en suis pas sûre. »

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - « Méditation pleine conscience : couper le son pour épouser l'instant présent » chez Catherine Perrin, émission du 7 janvier 2015
HYPERLIEN - Clinique MindSpace sur le web
HYPERLIEN - Sonia Lupien sur le web

Société

Fin de parcours pour Simon Durivage

Le journaliste et animateur Simon Durivage
Le journaliste et animateur Simon Durivage     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

L'animateur Simon Durivage a annoncé hier qu'il quittera Radio-Canada en juin prochain, au terme de la présente saison du Club des ex, émission dont il tient la barre depuis 2007. C'est une carrière de près de 50 ans qui se conclura alors. Catherine Perrin reçoit Simon Durivage. 
 
« D'être neutre ne nous empêche pas de poser des questions qui font avancer le débat », souligne-t-il au sujet de son métier. Il se considère comme choyé d'avoir eu la chance d'animer Le club des ex. « Quand j'ai vu cette occasion-là, j'ai dit : c'est le jackpot! » 
 
Il ne détesterait pas écrire des chroniques d'opinion pour les journaux ou enseigner. « Je n'ai rien inventé dans la vie, mais j'ai réalisé qu'on est là pour raconter, dit-il. Si je peux communiquer ce que j'ai appris, que ça intéresse les gens, je serai heureux de le faire. » 

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Simon Durivage sur Twitter

Arts et culture

La famille Bélier : émerger du silence

Le réalisateur Éric Lartigau et la chanteuse et comédienne Louane Emera
Le réalisateur Éric Lartigau et la chanteuse et comédienne Louane Emera     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

Immense succès en France, le film La famille Bélier sortira bientôt sur les écrans québécois. C'est l'histoire d'une famille presque entièrement sourde et muette dont l'unique membre entendante se découvre un talent musical. Catherine Perrin reçoit la chanteuse et comédienne Louane, qui y tient le premier rôle, le réalisateur Éric Lartigau ainsi que l'auteure Véronique Poulain, dont le livre Les mots qu'on ne me dit pas a inspiré le film. 
 
Le réalisme à tout prix 
Éric Lartigau tenait à tout prix à faire un film réaliste. C'est pour cela qu'il a recruté, pour le rôle-titre de La famille Bélier, une chanteuse sans expérience comme comédienne. « Parce que le corps chante aussi. Il y a une position dans le corps et une expression dans le visage qui sont importantes et singulières. Je voulais avoir ça en direct », dit-il. Il avait découvert Louane lorsque celle-ci avait participé à l'émission The voice, en 2013. 
 
Bande-annonce de La famille Bélier 
 
 
Une langue riche  
En apprenant le langage des signes et en arrivant à signer en même temps qu'elle parle, Louane Emera a accompli l'équivalent de sept à huit ans de travail pour un traducteur. La chanteuse attribue cela à sa facilité pour les langues. L'apprentissage du jeu dramatique lui a paru beaucoup plus ardu. 
 
Si certaines parties du film sont romancées, Véronique Poulain a bel et bien déjà chanté, durant un spectacle pour l'école, en signant pour ses parents. « J'adore cet exercice, parce que ça permet aux entendants d'être émus et de comprendre que cette langue, malgré tout ce qu'on en dit, a quelque chose d'extrêmement riche et sensible », souligne-t-elle. 
 
La famille Bélier sort en salle au Québec le 8 mai.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - La famille Bélier sur Facebook
HYPERLIEN - Louane sur le web

Santé

Poursuite médicale 101 : quand le médecin fait mal

Un maillet de juge
Un maillet de juge     Photo : iStock

Quand une procédure médicale cause plus de torts qu'elle ne fait de bien, il est envisageable de poursuivre son médecin. Alain Vadeboncoeur, chef de l'urgence à l'Institut de cardiologie de Montréal et blogueur à L'actualité, a mené plus d'une centaine d'expertises médicolégales depuis 10 ans. Il explique à Catherine Perrin les causes et les implications d'une poursuite médicale. 
 
« Le médecin peut parfois faire une erreur. Ça fait partie du risque qu'on accepte, alors qu'une faute, c'est vraiment un écart significatif [à la norme]. C'est quelque chose qu'un autre médecin ne ferait pas, s'il était placé dans une situation semblable », explique Alain Vadeboncoeur. Il ajoute que la plupart des poursuites sont réglées à l'amiable. « Ce sont les cas les plus complexes et les plus balancés qui se rendent jusqu'à un procès. »

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Vaccins : un sujet piquant d’actualité sur ICI EXPLORA
HYPERLIEN - Alain Vadeboncoeur sur le web
HYPERLIEN - Alain Vadeboncoeur sur Twitter
HYPERLIEN - Alain Vadeboncoeur dans L’actualité

Science et technologie

À la recherche de l'arbre de l'année

Un arbre
Un arbre     Photo : iStock

Jusqu'au 31 mai, le public québécois est invité à élire l'arbre de l'année. Il s'agit de choisir un arbre qui a une signification particulière, qui a ou a eu un rôle dans la vie d'un individu ou d'un groupe. Pierre Gingras, journaliste spécialisé en horticulture et en ornithologie, explique les détails de ce concours, inspiré d'une initiative tchèque lancée en 2000. 
 
« L'arbre est souvent l'espèce la plus négligée », déplore Pierre Gingras. « L'objectif de ce concours-là n'est pas de trouver un arbre qui est le plus vulnérable [...]. On veut un lien, soit avec une communauté, [soit avec] un individu. Un arbre qui a une histoire qu'on veut raconter. »

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Site de l'arbre de l'année au Québec
HYPERLIEN - Site de l'arbre de l'année en France
HYPERLIEN - Association A.R.B.R.E.S. sur le web

Art de vivre

Gérard Bertrand, un vigneron pas comme les autres

Gérard Bertrand
Gérard Bertrand     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

Ancien champion de rugby, Gérard Bertrand s'est retrouvé à la tête d'un domaine vinicole à l'âge de 22 ans. Il s'est démarqué en misant sur le terroir de sa région, le Languedoc-Roussillon, ainsi que sur la culture biodynamique, inspirée des principes de l'homéopathie. Il a publié le livre Le vin à la belle étoile et présente aujourd'hui un vin sur lequel il a longuement travaillé, le Clos d'Ora, décrit comme un « vin quantique ». Catherine Perrin le reçoit.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Gérard Bertrand sur le web
HYPERLIEN - Le vin à la belle étoile sur le site de Diffusion Dimedia

Art de vivre

10 trucs pour mieux cuisiner

Une femme qui cuisine
Une femme qui cuisine     Photo : iStock

Certains ont un talent naturel derrière les fourneaux. D'autres y perdent leur latin. Tous peuvent bénéficier de quelques trucs pour améliorer leur performance. Lesley Chesterman, critique gastronomique au quotidien Montreal Gazette, nous fait part de quelques trucs dont les experts comme les novices peuvent tirer profit. 
 
Les 10 trucs de Lesley Chesterman pour mieux cuisiner 
 
1. Équipez-vous : en cuisine, le matériel compte pour beaucoup.  
 
2. Faites de la place sur vos comptoirs. 
 
3. Évitez les huiles bon marché qui ne goûtent rien.  
 
4. Rehaussez le goût de vos plats : les herbes fraîches font des miracles, surtout le persil et le basilic.  
 
5. Le sel est votre ami. 
 
6. Sortez du supermarché : trouvez de meilleurs aliments en magasinant dans les marchés publics.  
 
7. Préparez tous vos ingrédients avant de commencer à cuisiner. 
 
8. Trouvez votre héros ou héroïne culinaire : Jamie, Nigella, Ricardo, Martha, etc.  
 
9. Gardez votre garde-manger bien rempli, mais ne remplissez votre frigo qu'avec ce que vous allez utiliser cette semaine. 
 
10. Expérimentez!

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Lesley Chesterman dans Montreal Gazette
HYPERLIEN - Lesley Chesterman sur Twitter

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
 
123
4
5
678910
11
12
1314151617
18
19
2021222324
25
26
27
28
2930
 
 

Prochainement à l'émission

Consultez le guide horaire

Dernière baladosiffusion disponible

Médium large

Réseaux Sociaux Suivez-nous sur Facebook Suivez-nous sur Twitter
Teaser automneSalon du livre 2016AMS teaser